Mali : Malgré l’« Acte fondamental » qui fait du colonel Goita le Chef de l’État, la CEDEAO exige une transition dirigée par un civil

14

Les Chefs d’État de la CEDEAO, à l’issue de leur sommet extraordinaire tenu par visioconférence le vendredi dernier sur la crise sociopolitique au Mali, ont exigé une transition d’un an dirigée par un civil et un gouvernement dirigé par un civil. Un jour avant, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), à travers un Acte fondamental ayant une valeur constitutionnelle publié dans le journal Officiel, a fait de son président, le colonel Assimi Goita, le Chef de l’État du Mali.

Le bras de fer entre la junte au Mali et les Chefs d’État de la CEDEAO est loin de prendre fin. Malgré la libération de l’ex-président de la République Ibrahim Boubacar Keita , la CEDEAO n’est pas toujours satisfaite des militaires et n’a pas levé ses sanctions contre le Mali. L’institution sous régional conditionne la levée de ces sanctions au transfert du pouvoir aux civils. Les résolutions  de ce sommet extraordinaires sont, entre autres : il prend acte de la démission du Président Ibrahim Boubacar KEITA comme indiqué par le Médiateur qui a été chargé d’en informer la Conférence ; il prend acte de la libération du Président Keita ainsi que celle des autres officiels détenus ; il demande aux Responsables du CNSP d’engager une transition civile immédiatement en consultation avec la Cour Constitutionnelle, les Partis politiques et les Organisations de Société Civile et tous les autres acteurs engagés ; il décide que cette transition civile prenne en compte les éléments suivants : Nomination d’un Président de la transition. Cette personnalité, civile, reconnue pour ses qualités professionnelles et sa probité intellectuelle et morale, sera chargée de diriger la transition. Le Président de la transition ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle ; nomination d’un Premier ministre civil, Chef de gouvernement, reconnu pour ses qualités professionnelles et sa probité intellectuelle et morale. Il sera chargé de conduire le gouvernement sous la responsabilité du Président de la transition. Ce Premier ministre ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle ; mise en place rapide d’un gouvernement pour faire face aux différents défis du Mali et, en particulier, préparer les élections législatives et présidentielles dans un délai de 12 mois ; aucune structure militaire ne devrait être au-dessus du Président de la transition.

Le Sommet décide que les sanctions énoncées aux points 13 (h) et 13 (i) de la Déclaration des Chefs d’État et de gouvernement du 20 août 2020 seront levées progressivement en fonction de la mise en œuvre des décisions ci-dessus ; il appelle à la finalisation urgente d’un accord sur la transition politique entre la CEDEAO et le Mali et invite l’Union africaine et les Nations Unies à endosser cet accord ; il décide de la mise en place d’un Comité de suivi comprenant le Médiateur, le Président du Conseil des ministres et le Président de la Commission de la CEDEAO, et incluant les Représentants de l’Union africaine et des Nations Unies à Bamako ; il félicite le Médiateur et sa Délégation pour les résultats obtenus lors de leur précédente mission ; il décide de demeurer saisi de la situation au Mali.

 Assimi Goita déjà Chef de l’État

Un jour avant le Sommet extraordinaire des Chefs d’État de la CEDEAO, qui a exigé une transition dirigée par un civil, le CNSP a pris un « Acte fondamental » publié dans le journal Officiel le jeudi dernier. Cet Acte fondamental, qui a une valeur de constitution, a déclaré le président du CNSP, le colonel Assimi Goita, Chef de l’État. Cette décision des militaires a été diversement appréciée par les Maliens. Si certains l’ont applaudi, d’autres l’ont qualifié d’une décision « solitaire ».

La menace de la CEDEAO poussera-t-elle le CNSP à transférer le pouvoir aux civils ? Le futur nous le dira. Mais avant, beaucoup de formations politiques réclament un civil à la tête de la transition.

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. Pourtant attention très chers Colonels, il faut écouter les autres appartenant au M5-RFP sinon vous allez directement dans le mûr, car la CEDEAO et ses acolytes sont aux aguets et ils n’hésiterons pas à vous sacrifier d’un moment à l’autre. Acceptez rapidement donner la tête de la transition à un civil, cela permettrait de dénouer beaucoup choses auprès des bailleurs de fonds multi et bilatéraux qui n’ont jamais confiance quand un militaire est à la tête du pays à cause des antécédents que les militaires ont infligé au Mali et à ailleurs du Mali. Dès qu’on parle de militaire, ils se renferment sur eux-mêmes en disant qu’ils agirons après la transition et pendant ce temps c’est les maliens qui en souffrirons, les programmes seraient tous suspendus sans tenir compte de la souffrance du peuple malien. A cause de çà, vous junte devrait comprendre que cette suspension des programmes pendant deux ou trois ans n’est pas bon pour notre très cher Mali. Qu’Allah le tout puissant vous donne la capacité de compréhension des bocages qui attendent le Mali très prochainement, ne posez pas des actes que vous pourriez regretter bientôt.

  2. La Cédéao nous fait pitié, si le ridicule ne tue pas avec les gouverneurs africains de l ouest🤑🤪😜😜 le peuple malien à une fois raison de chasser l incompétent et le plus corrumpu des Présidents ( gouverneurs) pour prendre son destin en main vu les présidences à vie via le tripatouillage des constitutions dans certains pays côte de l’ivoire puis en Guinée Sékou Touré, bientôt le tour du Sénégal. Je vous ai toujours dis que l’ internationale social est un cancer metastasé en Afrique francophone précisément en Ouest. Peuple souverain du Mali reste debout jusqu’à la victoire car le chemin est long

    • Que la CEDEAO nous laisse respirer . Notre transition se fera sans elle. Quelle s’occupe d’autres choses , le destin du Mali appartient à Allah . Inchallah, dans quelques jours ce syndicat de Chefs d’État va se chercher .

  3. “l’« Acte fondamental » qui fait du colonel Goita le Chef de l’État”

    Le CNSP à eu beau faire passer son AUTO-PROCLATION ARBITRAIRE au journal officiel pour la rendre crédible, celle-ci, totalement illégitime, n’a AUCUNE VALEUR JURIDIQUE !😎😎😎

    Que Goita et les autres rentrent bien sagement dans leur camp, LEUR RÔLE EST TERMINÉ !😎😎😎

  4. UNE TRANSITION AVEC LES CIVILS EST UN ÉCHEC PROGRAMME.
    LA DÉCISION DU CNSP EST SALUTAIRE AVEC LA DÉSIGNATION DU COLONEL HASSIM GOITA COMME PRÉSIDENT DE LA TRANSITION.
    MAINTENANT UN PM COMME TATAM LY ET LE MINISTRE DE LA JUSTICE MALICK COULIBALY AVEC ABDOULAYE DIOP MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DE LA COOPÉRATION ET ABDOULAYE DAFFE A L’ECONOMIE SERA UN BON DÉPART POUR LA TRANSITION.VOICI LES TECHNOCRATES, APOLITIQUE, EXPÉRIMENTÉS ET CRÉDIBLE.

    • LE MAL DU MALI N EST PAS AU NIVEAU DES PERSONALITES COMME MALIK OU AUTRES HONNETES GENS, C EST TROUVER UNE MASSE CRITIQUE D HONNETES GENS TRAVAILLANT EN SYMBIOSE ET PROTEGES DE LA MALVERSATION ET L HYPOCRISIE, LA DEMAGOGIE DEVENUEES RELIGIEUSES AU MALI!

      SEULE UNE MASSE CRITIQUE D HONNETES MALIENS ET NON UN HOMME HONNETE , POURAI TIRER LE MALI DU TROU PROFOND DANS LEQUEL L ISLAM PRIMAIRE-ESCLAVAGISTE ET LA FRANCOFOLIE L ONT MIS

  5. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

    LA PEUR CHANGE DE CAMP…!

    ….. Appel réitéré à l’Armée française ……

    https://youtu.be/OgoCKG2bW-M

    ….. Appel réitéré à l’Armée française ……

    ….. Appel réitéré à l’Armée française ……

    LA PEUR CHANGE DE CAMP…!

    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP…!

    SAÁNÉÉ ANI KONTRON..!!

    • MAITRE! LE VRAI PEUPLE FRANCAIS ESCLAVAGISE SE RESSAISIRA UN BEAU JOUR, COMME L ONT FAIT LES ALLEMANDS A QUELQUES REPRISES ET SE LIBERERONT DE LA DOMINATION CRIMINELLE ETRANGETE ET MOYENAGEUSE!

  6. du n’importe quoi pourquoi un civil à la tête de la transition . les civils ont échoués donc le mieux c’est un militaire qu’il soit en fonction ou à la retraite.

  7. Le CNSP devrait avancer main dans la main avec le M5-RFP. L’un ne doit pas se croire plus méritant que l’autre.
    Les manifs contre le Régime du Président IBK ont commencé dès le lendemain de ” sa Réélection “.

    Les marches, les meetings et autres Sit-in se sont succédés pendant deux longues années.

    Certes avec des moments de trêves et de compromis.

    Les litiges à la suite des dernières législatives, avec plus de trente Députés mal-élus…, qui, diront certains ont été plus nommés qu’élus, a été la goute d’eau qui a fait déborder le vase.
    Et le pire est arrivé avec les morts de Jeunes manifestants. Il parait que le Président n’était pas au courant… ?
    Tout cela pouvait pourtant durer jusqu’en 2023. IBK ne démissionnait pas.

    Il a fallu ce coup de main plus qu’un Coup d’ETAT des Militaires.

    Donc, M5-RFP et le CNSP même combat…

    Il n’est pas juste non plus que les Militaires fassent le sale boulot. Et une fois le sale boulot terminé… On leur dit ” … maintenant…, on n’a plus besoin de vous…, rendrez dans vos Casernes… ” Contentez-vous d’aller faire ce qu’on vous a appris à faire. C’est à dire la guerre et la sécurisation du pays. C’est pas correct… !
    Et de dire, pour la Gestion du pays…, laissez ça à nous autres Civils, c’est notre domaine de compétence.
    Sauf que si les Civils étaient si compétents que ça nous n’en serions pas là.

    Ils sont aussi Citoyens de ce pays au même titre que les Civils.

    Il y a bien sûr des Civils très compétents, mais ils n’ont tous accès à la gestion des Affaires du pays, à cause du copinage entre Politiciens, à cause de la corruption et là les plus forts c’est les sans scrupules…
    Il n’y a pas de partage de gâteau, comme disent certains. Mais il est question de permettre à chacun d’apporter sa pierre à la construction de l’Edifice MALI.
    On vient apporter quelque chose à la construction da la Patrie, on vient pas s’en servir pour un enrichissement personnel.

    Non aux discriminations.
    Non aux Communautarismes.
    Non aux inégalités liées aux origines sociales des Citoyens

    Non au racisme.
    Non à l’ostracisme.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here