Mali/Mois de la Santé : un cadre d’échange et de partage avec la population en vue d’accroître l’accès aux services de santé

0

Dans le but de créer un cadre d’échange et de partage avec l’ensemble des populations en vue d’accroître l’accès aux services de santé, le ministère de la Santé et Développement social a initié le mois de la Santé et de la Protection sociale. La cérémonie de lancement s’est déroulée le lundi 21 novembre au CICB. C’était sous l’égide du Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga.

Initié par le gouvernement de transition à travers le ministère de la Santé et du Développement social, le mois de la Santé de la Protection sociale vise à créer un cadre d’échange et de partage avec l’ensemble des populations en vue d’accroître l’accès aux services de santé à travers des activités spécifiques. Cette initiative qui offrira un cadre de communication, d’échanges avec les acteurs du système et surtout ceux bénéficiant des prestations en vue de leur permettre de mieux cerner leur rôle et responsabilité, a rappelé le Premier ministre par intérim.

Le Colonel Abdoulaye Maïga a insisté sur l’approche innovante du mois de la Santé et de la Protection sociale qui s’inscrit en droite ligne de l’atteinte des objectifs du développement durable. Ce qui est une volonté du gouvernement. Toutefois, malgré les investissements faits dans le domaine de la santé, les indicateurs de santé ne sont pas à hauteur de souhait témoin, les différentes enquêtes de santé au Mali.

A titre illustratif : le taux de mortalité infantile est de 54 décès pour 1 000 naissances vivantes ; le taux de mortalité infanto-juvénile est de 101 décès pour 1 000 naissances vivantes ; 33 % de naissances ont lieu en dehors d’un établissement de santé ; seulement 45 % d’enfants de 12 à 23 mois ont reçu tous les vaccins de base ; 1 sur 3 des enfants de moins de trois ans ont un retard de croissance ; forte méconnaissance des systèmes de protection sociale.

Améliorer le niveau de connaissance de la population

Fort de ce constat, de nouvelles stratégies doivent être envisagées afin de rapprocher les soins aux populations et de mieux faire comprendre notre système de santé et de protection sociale, a souligné le Premier ministre par intérim. Avant de terminer, le Colonel Maïga a félicité la ministre de la Santé et du Développement social, Diéminatou Sangaré, pour cette initiative.

La célébration du mois de la Santé et de la protection sociale s’inscrit dans le cadre de la déclaration de la politique sectorielle de santé et de population que le gouvernement du Mali a adopté le 15 décembre 1990, a rappelé la cheffe de file des partenaires techniques et financiers. L’objectif de ce mois est d’augmenter le niveau de connaissance de la population pour qu’elle puisse être l’actrice de l’amélioration de sa santé en adoptant les bons comportements dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19, a insisté Mme Andrea Berther, par ailleurs représentante de l’UNICEF au Mali. Enfin, elle a réitéré l’engagement des partenaires techniques et financiers à accompagner le gouvernement dans l’atteinte de ses objectifs.

Pour la société civile, il faut une conjugaison d’efforts en vue de parvenir à une  synergie d’action.  Ce qui va permettre d’atteindre les objectifs escomptés, a indiqué le secrétaire général du Conseil national de la société civile, Amadou Diarrisso.

Cette première édition du mois de la santé et de la protection sociale s’organise au moment où le Mali s’est engagé à atteindre l’immunité collective par la vaccination contre la COVID 19. En plus du Premier ministre par intérim, la cérémonie de lancement s’est déroulée en présence de la ministre de la Santé et du Développement social et l’ensemble des chefs de services centraux de son département.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here