Programme TPAE : Le cadre interministériel en conclave contre le travail des enfants

0

Le cadre interministériel de la lutte contre le travail des enfants  dans les sites d’orpaillage et les champs agricoles se tient présentement dans la capitale malienne. Il réunit tous les acteurs de la société civile,  les organisations non étatiques et les structures étatiques  impliqués dans la protection des enfants et les pires formes du travail. 

L’objectif de cette réunion de plusieurs jours est de renforcer les actions du Comité Directeur National sur  la protection des enfants et la lutte contre les pires formes du travail dans les sites d’orpaillage et les champs agricoles. Il est établit au Mali que bien que le travail des enfants soit interdit pour les moins de 14 ans par le code du travail et les travaux difficiles ou dangereux pour les moins de 18 ans, environ un enfant sur trois est obligé de travailler au Mali souvent dans des conditions précaires.

La majorité de ces enfants travaillent comme des aide-ménagères dans l’agriculture et dans les mines s’exposant du coup aux dangers, aux maladies et aux blessures liées au travail. Les organisations de défense des droits des enfants estiment que plusieurs d’entre n’arrivent pas à mener une scolarité  en parallèle  de leur travail et abandonnent l’école.  Malgré la ratification des accords internationaux et régionaux, le trafic et la traite des enfants restent une véritable problématique avec des milliers d’enfants maliens vendus ou exploités  dans les champs de coton, café et cacao dans les pays voisins comme la Côte d’ivoire et le Ghana.

C’est cette tendance que le programme ‘’ le travail : pas affaire des enfants’’ veut renverser en réunissant  tous les acteurs qui évoluent dans la lutte contre le travail des enfants.  Présidant les travaux de cette rencontre, le conseiller du ministre en charge du travail, Salif Bagayoko, a indiqué que les engagements du programme TPAE cadre avec ceux pris  par le gouvernement malien sur le plan international. Il s’agit surtout des conventions 138 et 182 de l’organisation internationale du travail (OIT) relatives à l’âge d’accès au travail et aux pires formes du travail des enfants.

Conformément à ses engagements internationaux, le conseiller du ministre du travail a exhorté les acteurs de la protection du droit de l’enfant a incité le secteur privé et associatif (mine et agriculture) à s’aligner sur la dynamique de la lutte contre le travail des enfants et la promotion de leurs droits sociaux et éducatifs. L’occasion a été indiquée par le représentant du gouvernement pour reconnaître le travail du consortium ‘’ Save the children, la coalition Stop Child Labor et l’Unicef pour les efforts conjugués dans le développement de la lutte contre le travail des enfants sur les sites d’orpaillages et agricoles dans les régions de Bougouni, Sikasso, Yanfolila, Bla et San.

Il faut noter que ce programme est soutenu dans 30 communes des régions susmentionnées par le Ministère Néerlandais des affaires étrangères en faveur des enfants. Mis en œuvre pour une durée de cinq,  il vise à libérer les enfants et les jeunes du travail et leur permettre de jouir de leurs droits à une éducation de qualité et un travail décent dans l’avenir.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here