Direction Nationale du Travail : Le Syndicat menace d’observer une grève de 72 heures

0

Le Comité Syndical des Services du Travail (CSST) est à couteau tiré avec son département de tutelle. Pour preuve, il est dans la logique d’observer une grève de 72 heures à partir du 8 février 2016 si ses 24 points de revendications ne sont pas résolus par le gouvernement. L’information a été donnée hier jeudi 28 janvier 2016 lors d’une conférence de presse à la Bourse du travail par les responsables du comité syndical. Cette conférence de presse était animée par le secrétaire général du CSST, Sékou Bagayoko en présence de son secrétaire administratif, Samba Bah, du secrétaire à la revendication, Moulaye Haïdara et des syndicats. Dans leurs préavis de grève en date du 19 janvier, déposé sur la table du gouvernement, le comité syndical exige l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs.

Les responsables du Comité syndical des Services du Travail (Direction Nationale du Travail, Inspections Régionales du Travail et la Cellule nationale de lutte contre le travail des enfants) étaient devant la presse hier pour  informer l’opinion publique nationale et internationale sur leur intention d’aller en grève les 8, 9 et 10 février 2016. Le syndicat revendique 24 points parmi lesquels : l’application immédiate de tous les points d’accord du Protocole de 2011 signé entre le Gouvernement de la République du Mali et le Comité Syndical des Services du Travail; le rappel des primes et indemnités ayant fait l’objet d’accord dans ledit protocole à compter d’octobre 2011 comme convenu; la dotation des Services du Travail en moyens matériels, financiers importants et en personnel qualifié ; l’adoption et la mise en œuvre d’un nouveau plan d’actions pour le renforcement des Services du Travail à l’instar du plan d’actions triennal 2005-2007 qui n’a pas été totalement appliqué ; l’augmentation substantielle des crédits de fonctionnement des Services du Travail (DNT, DRTS, CNLTE) qui ne font que diminuer d’année en année ; la dotation des Services du Travail  en véhicules de mission et engins à 2 roues en bon état et la prévision d’une ligne budgétaire pour leur entretien régulier ; la sécurisation des Services du Travail (Agents de sécurité, Gardiens, Entretien des bâtiments etc.) ; le paiement régulier des frais de mission des agents des Services du Travail et le rappel des frais des missions déjà effectuées; la dotation en équipements de bureau, en équipements informatiques et la connexion à internet de tous les Services du Travail ; la création de l’Inspection Générale du Travail et l’adoption d’un plan de carrière ; le respect et l’amélioration du cadre de formation existant et la mise en place d’un plan de formation diplômant pour les cadres des Services du Travail. « Si ces points ne sont pas satisfaits, le Comité Syndical déclenchera une grève de 72 heures allant du lundi 08 au mercredi 10 février 2016 inclus sur l’ensemble du territoire national. Le travail reprendra le Jeudi 11 février 2016 à 07h30. Le syndicat se réserve le droit d’entreprendre des actions plus vigoureuses en cas de non satisfaction après cette grève », a précisé le segal Sékou Bagayoko. « Tous nos points de revendications, tournent autour de l’acquisition des moyens humains, matériels et financiers qui nous permettront d’exercer nos missions en toute impartialité », a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

PARTAGER