Front social : Quand la CSTM cornaque le Réveil citoyen

0

Un Collectif de jeunes regroupant plusieurs mouvements et associations, dénommé “RCM”, décide de répondre à l’invitation de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) ce jeudi pour une marche pacifique de protestation contre les dérives du régime.

 

Coordonné par un certain Yacouba Diakité, le Réveil citoyen semble un mouvement  avorton. De son lancement jusqu’à ce jour, il n’a posé aucun acte quand bien même s’il se réclame de la société civile. En réalité, il n’a fait que brasser du vent jusque-là. Il ne cherchait qu’à sauter sur une opportunité pour se faire voir. La CSTM vient de la lui offrir sur un plateau d’argent.

En compagnie du secrétaire général du CSTM, Hamadoun Amion Guindo, et quelques représentants d’associations anti-régime, il était mardi après-midi à la Maison de la presse pour, dit-on, une conférence de presse qui a fini par devenir un meeting, car aucun journaliste n’a eu droit à la parole ne serait-ce que pour poser une question sur le bien-fondé de la marche.

Yacouba Diakité et ses compagnons ont passé plus d’heure à dénoncer les lacunes du régime sans pour autant justifier les raisons profondes de leur soutien à un syndicat qui a choisi de fermer les yeux sur la difficile situation actuelle du pays pour faire de l’exhibitionnisme.

Last but not the least : le coordonnateur a même affirmé qu’IBK devait se faire opérer à Bamako pour prendre la pleine mesure du calvaire du citoyen en matière de soins de santé, feignant d’oublier que le président de la République, première institution, n’est pas un citoyen ordinaire.

En tout cas, en décidant d’accompagner la CSTM dans son aventure, le RMC risque d’emblée de s’aliéner beaucoup de sympathies.

Zoumana Coulibaly

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER