Le front social en ébullition au Mali : Jusqu’où iront ces grèves illimitées ?

6

Les nouvelles autorités du Mali ont du pain sur la planche. À peine démarrée, la transition fait face à un front social sans précèdent. Avec comme corollaire des arrêts de travail par-ci et par-là. D’où l’inquiétude de la réussite de la transition qui n’a qu’une durée de 18 mois. Par conséquent, la situation inquiète à tel point que l’on se demande jusqu’où peuvent aller ces grèves illimitées.
Après la démission du président Ibrahim Boubacar Keita, le mardi 18 août 2020, le Mali est confié à des organes transitoires. Ces organes sont appelés à jeter les bases d’un nouveau Mali à travers une feuille de route bien définie. Mais la tâche ne semble pas facile pour ces nouvelles autorités qui, d’ores et déjà, font face au retour de la recrudescence des grèves syndicales menaçant même la période transitoire.
En effet, ils sont au nombre de quatre syndicats ayant opté pour l’arrêt de travail sur l’étendue du territoire national depuis le lundi 9 novembre 2020. Et cela, après l’échec des négociations entre leurs responsables et le gouvernement. Il s’agit, entre autres, du Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’administration territoriale  et le Syndicat autonome des administrateurs civils. S’y ajoutent, le Syndicat des collectivités territoriales et le Comité syndical des agences de développement régional. Sans oublier d’autres grèves en gestation.
Certains observateurs pensent que le moment est mal choisi pour aller en grèves illimitées, lesquelles mettent le doute sur la réussite de la transition qui n’a qu’une courte durée. Des interrogations s’en suivent : pourquoi autant de syndicats grévistes en cette période de transition ? Ces grévistes ont-ils un agenda caché ?
Cette situation constitue une menace pour la transition en cours. De surcroît, elle risque d’empêcher le gouvernement à réussir les missions qui lui sont assignées. En sommes, le rétablissement et le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; le redressement de l’État et la création des conditions de base pour sa refondation ; la promotion de la bonne gouvernance ; la refonte du système éducatif et l’adoption d’un pacte de stabilité sociale. S’y ajoutent, la réforme de l’éducation ; le lancement du chantier des réformes politiques, institutionnelles, électorales et administratives ; l’organisation des élections générales et en fin, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.
Si c’est sur cette base que le Mali nouveau se fera, les syndicats grévistes au-delà de la nécessité de comprendre qu’une transition ne saura tout faire, doivent mettre de l’eau dans leur vin car l’heure n’est pas aux revendications, mais plutôt à une synergie des actions pour la construction d’un Mali dont le peuple aspire.
Adama Coulibaly

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. La transition ne veut pas dire que l’État cesse d’exister. L’État continue et est une continuité.
    Que les dirigeants incapables cèdent le pouvoir à d’autres.

  2. > Dites à Dit-Con, à Chaos-Jinn, à Sotte-Gueule et à tous ceux du m5-rfp qu’ils iront en enfer et y demeureront éternellement pour diffamation satanique et mensonge grotesque.
    > Ce sont eux qui ont dit que c’est IBK la source de tous les problèmes du Mali.
    > Pourquoi IBK parti, les problèmes s’enflent encore et toujours ?
    > Que des maudits !

    • L’imam est naif et les voyous qui l’entourent savent la realite’ mais ce sont leurs poches qui les interessent!
      QU’ILS AILLENT DEMANDER PARDON AUPRES DU MANDE’ MASSA!
      Si les uns et les autres ne reviennent pas a’ la sagesse, nous nous acheminons vers un autre coup d’etat, ce qui n’est point bon pour notre faso qui traverse toujours une crise profonde!

  3. Root problem is misplaced priorities. This is due to selfishness, lack of due loyalty to war effort, M5- RFP greed for power that will facilitate their desire to obtain riches by way of corruption plus transitional government that have not found suitable way to deal with control Shagari crime Family of Nigeria plus other foreigners have on M5- RFP. This have resulted to taking government attention away from where it best serve Malians.
    President Bah N Daw have professed he intend to keep as possible plus timely all agreements made however M5- RFP show intentions to create likely murderous chaos thus I will be totally honest about recent past concerning IBK governing in hope honesty will lead all to do as in all Malians best interest.
    M5- RFP leaders proclaim that they did work that caused resignation of IBK with exception of military seizing control of government in IBK final daya to prevent massive plus overwhelming crackdown on M5- RFP seizing plus imprisoning all of its leaders plus violently prohibiting protest in manner that live ammunition was used unto protests no longer were carried out.
    Military actions in fact was most significant occurrence leading to IBK resignation thus M5- RFP claim that change would not have occurred without them is lie. Instead more controlled plus positive change is occurring in spite of them. They need give President Bah N Daw transitional government chance to timely act. It have shown after making evaluations on information it gather on some conditions it move quickly plus on others it need move slower. With priority condition being to win war so Malian government may continue to exist we must focus adequate resources on that goal to provide equipment plus supplies that allow our military to be capable of fighting plus winning at every battle against terrorists. Thus M5- RFP members greedy ambitions to raid Mali depleted treasury to fulfill greedy corrupt desires must wait unto our military needs are fulfilled. There is nothing complicated about that. Is M5- RFP filled with would be traitors? It seem like it. Maybe all their leaders should be arrested plys held unto war over. Stupis is how stupid act.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  4. nul part!!!!!!!! ces imbéciles de politiciens et complices verront ceux que nous aussi sont entrains de préparer contre eux .
    tous ces apatriés de syndicats seront enlevés de leur service.
    MALI s’envolera sans eux….
    a part les enseignant aucune revendication ne sera traitée !!!!!entende après les 18 mois et laissé nous travailler svp.
    aucun cout d’état ne sera comme ATT; nous sommes venu pour redresser pour donner un nouvel élan a notre pays

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here