Non satisfaite de la prise en charge de certaines de ses revendications : L’Untm menace de se faire entendre après le 1er mai, si…

2
Yacouba Katile, SG de l'Untm
Yacouba Katile, SG de l'Untm

Au regard des multiples reports de l’exécution de ses  points de revendication, l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), par la voix de son Secrétaire général adjoint, Maouloud Ben Kattra, pense qu’aujourd’hui, le gouvernement est en train de faire semblant d’honorer ses engagements. Face à cet acte qu’il qualifie de dialogue de sourds, Ben Kattra affirme que le Bureau exécutif va tirer la sonnette d’alarme si des dispositions ne sont pas prises avant le 1er mai 2016. L’information a été donnée à la faveur d’un entretien qu’il nous a accordé hier à la Bourse du travail.

Maouloud Ben Kattra a d’abord précisé qu’à 10 jours de la fête commémorative des travailleurs du monde entier, l’Untm n’est pas complément satisfaite de l’évolution des doléances du protocole d’accord signé en octobre 2014. Par rapport à ce qui est convenu entre le Conseil national du patronat, le gouvernement et l’Untm, Maouloud Ben Kattra affirme qu’il y a eu des points qui ont été satisfaits. Si certains peuvent considérer ces points comme essentiels, cela n’est pas forcément le point de vue de l’Untm. A ce titre, il dira que la satisfaction de l’Union viendra de l’exécution de l’application de l’ensemble des points de revendication. «En posant la question au gouvernement du Mali, il vous dira qu’il a fait beaucoup pour l’Untm en augmentant les salaires, le Smig, les allocations familiales. Le gouvernement dira en outre qu’il est en train de faire baisser l’ITS. Nous dirons à l’Untm que çà ne suffit pas, parce que les autres points que certains, y compris le gouvernement, considèrent comme des points qui peuvent venir en deuxième position, pour nous, ce sont des points essentiels, au même titre que ceux qui ont été appliqués», précise le Secrétaire général adjoint.

Les points de blocages

Maouloud Ben Kattra affirme qu’il y a un véritable blocage pour l’exécution de plusieurs points de revendication. Selon lui, l’Untm a mis en place une commission de suivi afin de procéder à une évaluation exhaustive des points qui ont fait l’objet d’accord avec le gouvernement qui en a fait pareil. Il regrette qu’aujourd’hui, l’application de plusieurs points fasse défaut. Il s’agit d’abord de la situation des compressés, notamment de l’Itema, l’Hôtel Azalaï Tombouctou, l’Huicoma, la Smecma, etc. Ensuite, le bilan de la privatisation signée depuis 2011 constitue un point de blocage. S’y ajoute l’ITS. «Même si réglementairement les députés ont voté le principe de diminuer l’impôt sur les salaires, à présent il n’a pas été appliqué. Nous n’avons rien senti sur nos salaires. En outre, nous avons demandé l’intégration à la fonction publique de tous les contractuels, surtout dans le domaine de l’enseignement et de la santé, mais jusqu’à présent le gouvernement s’est engagé de passer ce projet à côté», déplore t-il.  Un autre point, selon Ben Kattra, est l’harmonisation des indemnités et primes dans tous les secteurs de la fonction publique.

Ben Kattra a également rappelé que chaque fois qu’il y a une augmentation de salaire chez les fonctionnaires, par principe, il est convenu entre le Conseil national du patronat et l’Untm de se retrouver afin que cette mesure soit appliquée à tous les travailleurs de l’Untm qui sont dans le secteur privé. Selon lui, malgré les nombreuses lettres adressées au Cnpm, jusqu’à présent aucune mesure dans ce sens n’a été prise. En outre, il a aussi cité le cas des conventions comme point de blocage. «Il y en a qui ont été relues avant celle des banques, mais qui n’ont toujours pas été appliquées. Il s’agit des sociétés de gardiennage, et à ce jour le Cnpm traine les pieds par rapport à la mise en application de leur convention», déplore Ben Kattra.  Un autre point de blocage est  la situation des partants volontaires à la retraite. Au regard de toutes ces situations, Maouloud Ben Kattra est convaincu que l’Untm a usé de toute sa stratégie en privilégiant le dialogue social. Mais, il dira qu’à l’impossible nul n’est tenu. Car, selon lui, l’Untm prendra toute sa responsabilité à l’occasion du 1er mai 2016. Les syndicalistes de l’Untm regrettent le fait que le gouvernement est en train de faire semblant de satisfaire les points de revendication qu’il s’est engagé à satisfaire. Pour Ben Kattra, cette situation s’explique par le fait que lors de la rencontre du 8 avril dernier, le gouvernement a proposé des dates qui amènent jusqu’en 2017. Ce qui le pousse à dire que l’Untm est sur sa garde et que son Bureau exécutif a tiré la sonnette d’alarme.

Grogne contre l’Etat

Maouloud Ben Kattra a cité des syndicats affiliés à l’Untm qui connaissent des difficultés aujourd’hui. Selon lui, le premier syndicat qui souffre  est le celui de la presse, notamment de l’Office de radiodiffusion et télévision du Mali. Sur ce point, il est convaincu que le gouvernement botte le problème en touche. Le deuxième syndicat qui a des problèmes actuellement, pour Maouloud Ben Kattra, est le Syndicat national des banques et établissements financiers (Synabef). A cela s’ajoute le Syndicat national de l’éducation et de la culture (Snec) où il parle de violations flagrantes de la liberté syndicale dans les écoles privées. L’autre syndicat en difficulté est celui des postes et télécommunications.

Pour terminer, il dira que l’ensemble de ces problèmes peuvent constituer des nouvelles revendications pour l’Untm, qui seront ajoutées aux points non satisfaits du protocole de 2011 et de 2014 à l’occasion du 1er mai 2016.

Ibrahim M.GUEYE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Je préviens, s’il y a grève, je ne suivrai pas le mot d’ordre. Le Gouv a déjà trop fait. Ne tompez pas dans les manœuvres politiciennes.

Comments are closed.