Polémiques sur l’expulsion des migrants maliens :Et s’il en sortait quelque chose de bien pour le Mali ?

45
3113
Polémiques sur l’expulsion des migrants maliens
Moussa Mara

C’est indéniablement le fait marquant de la fin d’année 2016 et sans doute du début de 2017, le Gouvernement malien a toutes les peines du monde à se sortir d’une polémique ayant entrainé des troubles, créée par sa participation supposée à l’expulsion de certains de nos compatriotes expatriés. La polémique a déjà valu aux autorités de faire face à une motion de censure à l’Assemblée Nationale. Elle a entrainé l’occupation des locaux du consulat général du Mali en France et suscité en d’autres endroits des manifestations hostiles de nos compatriotes, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays à l’égard de l’Etat malien. Cela n’est guère étonnant quand on sait la place de l’émigration pour des millions de familles maliennes aujourd’hui.

Il est souhaitable, eu égard justement à l’importance de la question pour le Mali, qu’on essaie de sortir des polémiques, des passions, des invectives et des échanges non productifs pour poser les vraies questions autour de ce phénomène. Qu’on essaie d’apporter des réponses véridiques, objectives, structurelles et porteuses de valeur ajoutée pour le futur. Autrement dit, au-delà de la situation présente, il est peut-être possible que notre pays profite des troubles actuels pour regarder de manière lucide les réalités du phénomène migratoire et les intégrer dans son intérêt et celui de ses fils !

C’est une tâche à laquelle nos autorités doivent réfléchir. Elles doivent, en cette perspective, agir dans plusieurs directions.

Le Gouvernement doit mieux élaborer sa réponse face aux polémiques actuelles en apportant des réponses claires à certaines questions clés. Y a-t-il eu un accord verbal ou écrit sur le dispositif du Sommet de la Valette sur la migration des 11 et 12 novembre 2015 ?

Quelle est sa compréhension de la déclaration commune et du plan d’action (5e axe) du Sommet de la Valette ?

Quelle est sa compréhension de l’article 13 de l’Accord de Partenariat de Cotonou sur les Migrations qui évoque clairement la question des réadmissions (expulsion des illégaux) ?

Quelle est sa stratégie pour ne pas appliquer ces dispositions ?

Quid alors des projets et programmes dont doit bénéficier notre pays en application de ces dispositifs ?

Quelle contrepartie nous devons mettre dans la balance face à ces projets ?

A-t-il commencé à appliquer cet éventuel accord ?

Si non quelles preuves concrètes pour démentir les autorités européennes qui l’affirment ainsi que les acteurs politiques et de la société civile qui fournissent des documents, des témoignages et des images de l’implication des autorités maliennes dans les expulsions de Maliens ?

La réponse claire à ces questions, étayée par des actes, contribuera à faire baisser la tension. L’attitude du Gouvernement depuis le début de la polémique le démontre, aucune autorité malienne ne peut s’engager dans la direction de participer à l’expulsion de Maliens vers le Mali. La cause des migrants est une cause nationale au Mali, au même titre que l’intégrité du territoire ou la souveraineté du pays. Les autorités maliennes doivent le dire très clairement à nos partenaires. On ne doit et on ne peut accepter de signer ni Communiqué, ni Accord, ni Convention qui contient des dispositions nous impliquant dans le rapatriement de nos compatriotes au pays. Les autorités doivent l’indiquer aux partenaires avec deux arguments significatifs : le caractère sensible de la question pour la stabilité politique du Mali et l’importance de la diaspora pour l’équilibre socioéconomique de notre pays.

Le Gouvernement doit également convaincre nos partenaires que sur la question de l’émigration illégale, le flux des départs est beaucoup plus important que le stock de migrants illégaux sur leur sol.

Il est compréhensible que leurs populations et notamment leurs électeurs soient plus sensibles à l’image d’immigrés qu’ils côtoient mais il ne sert à rien d’engager des efforts immenses pour expulser quelques dizaines d’individus quand ce sont des vagues de milliers d’autres qui déferlent chaque jour sur l’Europe. Les efforts doivent donc être mis sur la question des départs. Et dans ce domaine, nous devons être actifs car il s’agit avant tout de nous. C’est là où le Gouvernement doit se tourner vers la population malienne avec la pleine participation de la diaspora.

L’émigration est profondément négative pour le pays de départ. Elle le prive d’une partie de ses bras valides, de ses intelligences et surtout installe une culture de départ qui est dramatique pour nos terroirs. Les citoyens inscrits dans un projet de départ, souvent depuis le bas âge, ne s’intéressent pas à l’essor de leur collectivité qui se trouve privé de ses ressources, totalement orientées vers d’autres horizons. Si nous recevons des revenus de l’extérieur, nous perdons nos hommes, notre créativité, nos énergies qui sont indispensables au développement de nos villages et de notre pays. Tous doivent être convaincus de cela, dans un contexte où la situation est difficile dans les pays d’accueil, que ce soit en Europe, en Asie ou en Afrique dont certains pays font subir aux Maliens des supplices bien plus intolérables qu’en Europe.

La lutte contre les départs, la fixation des Maliens au Mali, l’accueil de nos expatriés qui souhaite revenir comme la protection de nos compatriotes dans les pays d’accueil ou encore l’amélioration de leurs conditions de vie (obtention de pièces d’identité, respect de leurs droits…) doivent constituer des objectifs majeurs de notre pays sur cette question des migrations. C’est tout l’intérêt de la Politique Nationale des Migrations (PONAM) qui a été adoptée en 2015 par le Gouvernement et dont il serait inspiré de profiter de la situation actuelle pour faire la promotion. Cette politique, dont l’existence est ignorée par l’essentiel des Maliens, y compris parmi les élites, doit être expliquée, débattue et surtout doit enfin bénéficier d’un financement adéquat pour être mise en œuvre.

Nous devons définir ensemble les objectifs que nous voulons atteindre dans ces différents domaines et engager des actions dans ce sens. Nos partenaires doivent nous aider à mettre en œuvre les stratégies que nous nous-mêmes nous décidons et n’ont pas à nous dicter ce qu’ils souhaitent nous voir faire. Si l’émigration illégale est une perte, elle l’est d’abord pour le Mali et non pour la France où la Belgique. Ce sont les jeunes maliens qui meurent dans les océans et les déserts, ce sont les familles maliennes qui sont endeuillées et c’est la société malienne qui perd en premier lieu. C’est donc au Mali de fixer le cap en matière de lutte contre les mafias de passeurs et leurs complices à différents niveaux et de montrer sa détermination à agir sur tous les segments susceptibles de limiter les flux de départs.

Au-delà, les autorités maliennes doivent engager un vrai partenariat avec notre diaspora, forte de plusieurs millions de personnes, et qui peut induire de profonds changements au Mali. Cette collaboration doit recouvrir plusieurs aspects et s’installer dans la durée. Il doit contenir des aspects politiques et institutionnels à travers la profonde association des maliens de l’extérieur à la gouvernance du pays. Il doit se traduire par des initiatives concrètes dans les domaines administratifs, économiques, sociaux (éducation, formation, santé…), culturels…Il est temps que les autorités convainquent les maliens de la diaspora que leur place au pays et leur rôle dans son essor sont plus que jamais indispensables à occuper, à exercer et à tenir.

C’est à ces conditions que toutes ces polémiques s’avéreront finalement très productives pour le Mali. Gageons que cela puisse être le cas et en ce début d’année, période de vœux, prions pour ce faire !

Moussa MARA

www.moussamara.com

 

Ajouter un commentaire

45 Commentaires sur "Polémiques sur l’expulsion des migrants maliens :Et s’il en sortait quelque chose de bien pour le Mali ?"

avatar
3500
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshock???cooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsad!?ideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouthpintadehangman223love
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Rinz<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 216</span>
Rinz 216
Alors comme ça cette Afrique si critique envoie ses enfants aux quatre coins du monde pour étudier , se développer, travailler, vivre.. Bref profiter des infrastructures des pays qui nous accueillent ..mais sans se poser la question de savoir ce qu’en pensent les habitants de ces contrées Moussa Mara dit que l ‘immigration illégale est une perte pour le Mali pas pour la Belgique ou la France..Cette immigration rapporte de l’argent au Mali non ?…Cet argent aurait été bon pour l’économie de la France et de la Belgique… Pour un peu il nous dirait que nous sommes indispensables ..Je me souviens de l’époque ou les éboueurs étaient africains ..Les communes ont mieux payées ces éboueurs et les africains ont disparus Avec 500 millions d’Européens si nous rentrions tous en Afrique nous serions vite remplacés..Un peu de modestie svp Il parle cependant des passeurs et de la limitation du flot des migrants..Enfin.. Cet homme est directement responsable de la fuite en avant de milliers de gens ,il connait les zones d’émigration … quand il était PM a t-il lancé une étude sur le sujet ..? A t-il réfléchi à des solutions concrètes ?
Kankan<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 419</span>
Kankan 419

Comrades there is little of value we are able to do about condition except use it as motivation to make Mali a more modern developed nation well on its way to Self-sufficiency plus Self-sustainment. A condition where we truly have self-determination in every meaningful way possible. Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu Il-Khan aka Kankan.

amazone<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 58</span>
amazone 58

Très bonne analyse MARA. Je me demande juste si la majorité des maliens est prête à voir les choses sous cet angle…

COULIBALY Yacouba<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2424</span>
COULIBALY Yacouba 2424

Prions qu’il en soit ainsi, mais je doute fort si les blancs orienterons quelque chose de bon pour les africains. Car depuis la nuit des temps tous ceux qu’ils font pour l’Afrique, c’est des actes de destruction de toute sa structure sociale et économique. Il suffit d’accepter de faire les choses normalement et toutes les parties s’en sortent dignement, mais ils posent des actes qui détruisent même la quintessence de nos valeurs structurelles, sociales et économiques. Quelle méchanceté?

Lebleu<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2</span>
Lebleu 2
Pour poser une question plus pratique et moins polémique, il faudra se demander non pas si le Mali a signé ou pas l’accord, mais est-ce que les autorités actuelles ont envoyé des agents de l’Etat pour identifier nos compatriotes afin qu’ils soient expulsés. Si tel est le cas, nous demandons aux autorités: 1) de mettre fin à cet acte méprisant pour tous les maliens, 2)Si des agents consulaires et diplomatiques sont appelés à effectuer de telles reconnaissances, de le stopper immédiatement, 3) d’aider les maliens qui souhaitent volontairement retourner avec des projets ambitieux et non des projets de 3 à 5 millions de FCFA. Comment pensez-vous aider quelqu’un qui a investi presque autant sinon plus pour aller en immigration? sans oublier qu’avec ou sans papier ces maliens travaillent au su et au vu des pays concernés en payant impôts, sécurité sociale, et faisant fonctionner leur économie en exerçant souvent des activités que leurs compatriotes refuseraient? 4) dire non aux aides de ces pays si la contrepartie est le rapatriement forcé de nos compatriotes, 5) rappeler à ces pays que eux aussi ont besoin de nous dans beaucoup de domaines. De grace arrêter de marchander nos compatriotes pour des aides qui… Lire la suite »
vizion2012<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2731</span>
vizion2012 2731
C’est bien d’arguer avec tous ces détails mais la réalité de notre cas c’est tout autre chose. L’entier problème de migration des maliens se résume en une seule phrase: FAILLITE ABSOLUE DE L’ÉTAT. Voila l’histoire (État du Mali “indépendante”-dépendant a jamais en réalité): -1960 État jeune aux hommes (pas très nombreux ) bien éduqués, dignes, de principe et conscients de leur culture…. Un état extrêmement ambitieux, sérieux, promettant, courageux et sur une trajectoire bien définie (en dépit des difficultés face au sabotage colonial) – 1968 État militaire …aux hommes moins éduqués, un peu sérieux …. mais sans ambition ni plan concret, culminant enfin en une dictature militaire morose qui transforma le Mali en état mendiant de première catégorie (famine, sous-développement, sécheresse, illettrisme, maladie etc..) ainsi que le renvoyant parmi les 5 pays les plus pauvres au monde….de 1968 -1991 les acquis de 1960-1968 (éducation, moralité, patriotisme, sens de l’état, technique, industrie, aviation civile, infrastructure, ) ont progressivement chute de la trajectoire de l’avancement vers l’abime. Résultat: état extrêmement faible, vulnérable et en stagnation absolue sans aucune perspective économique…il ne restait que de tête (vu de loin )…seul l’Armée y restait un peu tenue ( bien sure pour maintenir une dictature… Lire la suite »
vizion2012<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2731</span>
vizion2012 2731

Pour ce qui est de 1992-2012 je suis honnêtement obligé de faire une petite exception: de 2002 a 2012 bien que ATT n’a pas détourné le Mali de la trajectoire sur laquelle les “démocrates” l’avaient launché ( fausses élections, marches fictifs, manque du sérieux, clientélisme, laxisme, négligence de l’Armée, milliarderisme illicites de fonctionnaires, liquidation des terres par les maires et les gouverneurs milliardaires etc…) il a au moins été extrêmement concret sur deux choses: programme ambitieux d’ infrastructure et gestion courageux et réaliste de question de migration (dans l’intérêt immuable du Mali)

tolérance<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 28</span>
tolérance 28
Bonne analyse de la question ,la compréhension du problème est la condition incontournable,pour une meilleure vision du projet. Il faut absolument dissocier les avantages et les inconvénients, des deux parties.L’expulsion des étrangers en situation irrégulières a toujours été d’actualité,depuis des années on parle de quota de 27.000 expulsions annuelles,et même aujourd’hui des sans papiers seront expulsés le Mali ne peut rien contre,sauf que leurs droits humains soient respectés.IL y’a une autre vague: beaucoup de nos compatriotes prennent le risque de se jeter à la mer ,sans être sûr d’arriver en Europe,et même arriver aucune perspective d’avoir des papiers,un travail.A cette vague s’ajoute les migrants ,les gens qui viennent des pays en guerre,qui pour des raison humanitaires sont accueillis mais dans qu’elle limite?LE nombre,dépasse les possibilités d’accueil.Les populations Européenne s’insurgent contre les pouvoirs publics ,pour faire face à cette situation qui fait que leur avenir est menacée.Tout gouvernement qui ne prononce pas des mots durs sera disqualifié auprès de l’opinion.Le phénomène le plus dangereux dont Moussa Mara vient d’en parler ce que les candidats à l’immigration sont de plus en plus jeunes(des mineurs). Cela revient à dire :SI l’avenir d’un pays c’est sa jeunesse et si le pays se vide de… Lire la suite »
LEKESSE<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 367</span>
LEKESSE 367

MOUSSA MARA
CE N’EST PAS UNE POLÉMIQUE C’EST UN SCANDALE.
L’ACCORD DE DÉFENSE
L’ACCORD D’ALGER SUR LA DISLOCATION DU MALI
L’ACCORD SUR LE RAPATRIEMENNT DES MALIENS
TOUS CES ACCORDS SOUS MANDÉ FOUGARIBA ONT ÉTÉ IMPOSÉ AU MALI.

AUCUN MALIEN, N’A PARTICIPÉ À LA RÉDACTION DE L’ACCORD D’ALGER
L’ACCORD D’ALGER N’A PAS ÉTÉ SOUMIS À L’ASSEMBLÉE NATIONALE..

L’ASSEMBLÉE NATIONALE N’A VU L’ACCORD QUE QUAND L’OPPOSITION A CONTESTÉ SA CONSTITUTONNALITÉ…IL ÉTAIT DÉJÀ SIGNÉ PAR LE GOUVERNEMENT BIEN AVANT LES BANDITS DU MNLA

LE MALI REGORGE DE GRANDS JURISTES EN DROIT INTERNATIONAL ET EN RELATIONS INTERNATIONALES.
C’EST VOTRE DEVOIR ET JE PARLE DE TOUS LES FILS ET FILLES DU MALI.
DES JURISTES EN DROIT INTERNATIONAL ET EN RELATIONS INTERNATIONALES…

PERSONNE NE DIT MOT ALORS QUE NOTRE PAYS EST BAFOUÉ PAR UN FÊTARD, UN INCAPABLE, UN INCONSCIENT, UN IMPOSTEUR, UN USURPAPTEUR, UN MALADE, UN MÉGALOMANE, UN MAFIEUX…

SI VOUS NE VOUS REVEILLEZ PAS, VOS ÉTUDES NE VOUS AURAIENT SERVI À RIEN…PARCE QUE C’EST LA SEULE ET UNIQUE OCCASION DE REDONNER AU MALI NOTRE PATRIE..CAR CETTE PATRIE NOUS A TOUT DONNÉ.
UTILISEZ LES RADIOS PRIVÉES, LES TÉLÉ PRIVÉES, LES FORUM, ORGANISEZ DES CONFÉRENCES, DES DÉBATS CONTRADICTOIRES…
FAITES TOUT CE QUE VOUS POUVEZ…..

Ibk traitre<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 3</span>
Ibk traitre 3

Tous ceux qui son concernés Vous perdez votre temps avec le Mali. Votre malheur vient du Mali. La solution aujourd’hui à votre problème c’est la sécession. Regardez autour de vous dans toutes les présentation diplomatique Maliennes au monde ils sont fous de vous !!. Votre problème les concerne pas !! vos soucis les regarde pas. Il ne connaissent pas vos réalités !!! La seule et unique solution pour vous c’est la sécession au risque de disparaître simplement

balantigui<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 883</span>
balantigui 883

La récupération politique devient le ressort quotidien de nos leaders politiques en quête de Koulouba même s’ils sont convaincus de leur avenir incertain.

wpDiscuz