Tribunal de Bougouni Accusé de vol, Idrissa Koné a écopé de 60 mois de prison dont 18 mois fermes

    0

    Arrivé à Bougouni à la faveur des dernières mutations intervenues au sein de la magistrature, le tout nouveau Président du Tribunal de Bougouni n’entend pas lésiné avec le droit. Après avoir condamné des voleurs de motos à cinq ans fermes chacun, il y a environ une semaine de cela; le Président Yaya Karambé, lors de l’audience du jeudi 6 octobre dernier, a collé 60 mois au détenu Idrissa Koné déclaré coupable des faits de vol, et qui était placé sous mandat de dépôt depuis le 29 août 2011.

     

     

    A la barre pour répondre des faits qui lui sont reprochés, Idrissa Koné avant de reconnaître la faute qui lui a conduit en taule, a dû échouer dans ses tentatives de rouler, le Président Yaya Karambé du Tribunal de Bougouni, dans la farine. En réalité l’inculpé Idrissa Koné n’avait pas compté avec le professionnalisme de l’homme qu’il avait en face de lui. Après de multiples tournures souvent ponctuées par des explications incohérentes et incompréhensives, Idrissa Koné finalement bloqué dos au mur, n’ayant pu donner de réponses valables aux pertinentes questions du Président Karambé, a fini par reconnaître son forfait. Ainsi ayant la parole en dernier lieu, Idrissa Koné n’a eu d’autres mots que de demander la clémence du Président en sa faveur. Il a juré, qu’il ne recommencera plus de tels actes. Avant d’ajouter que s’il était libéré de la prison, il sera un conseiller pour plusieurs de ses camarades jeunes.

     

    Le Tribunal après avoir statuer sur le dossier conformément aux dispositions en vigueur, a accordé à l’accusé, le bénéfice de l’article 18 (circonstances atténuantes) et l’article 19 (le sursis) qui lui a été accordé en partie. C’est ainsi qu’après délibération, Idrissa Koné a écopé de 60 mois de prison dont 18mois fermes. En outre, il devra payer à la partie civile, notamment, aux sieurs : Tiéblen Diakité et Souleymane Sylla, la somme de 112 000FCFA.

    Pour dommages causés aux cultures à autrui, Karim Konaté a écopé de 3 ans fermes

     

    Toujours au cours de la même audience, Karim Konaté, placé sous mandat de dépôt depuis le 15 octobre dernier, a écopé de 3 ans fermes. Il a également été condamné au paiement de la somme de 137 000FCFA, pour dommages causés aux cultures à autrui. Quant à la partie civile, représentée par le sieur Ali Bolly, elle s’est dite satisfaite du verdict rendu par le juge Karambé.

     

    Coupable des faits d’abus de confiance, Amadou Dembélé a écopé de 18 mois fermes

    Pour abus de confiance, l’inculpé Amadou Dembélé, sous mandat de dépôt depuis le 28 juin 2011, reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés a écopé de 18 mois de prison ferme. Il est aussi condamné à la partie civile, particulièrement à M. Adama Danioko, la somme de 600 000FCFA.

    Par ailleurs le délai de l’affaire concernant Gaoussou Dagnioko et Mamadou Kéita, qui sont inculpés pour des faits de blessures involontaires, excès de vitesse, défaillance de maîtrise entre autres, a été prorogé au 27 octobre. Il en fut de même pour le dossier d’homicide et blessures involontaires et dont le sieur Soulama Tièkoura est inculpé.

    Par Zhao Ahmed A. Bamba

    Envoyé spécial !

     

     

    Bougouni suite

     

    Inculpé pour des faits d’abus de confiance, Boubou Silimana devra attendre le 20 octobre prochain pour connaître son sort

     

    Aussi faut-il signaler que le délibéré du dossier le plus attendu lors de cette audience de ce jeudi 6 octobre 2011, portait sur un cas d’abus de confiance. Etait à la barre Boubou Silimana, inculpé pour des faits d’abus de confiance portant au départ sur plus de 21 millions FCFA, dans un premier temps ce montant a été revu à la baisse par la partie civile à 13 millions de FCFA, avant d’être à nouveau revu à la baisse à 10 518 240FCFA.

     

    Dans ce dossier, il est rapporté que le 28 août 2011 à 14 heures 20 minutes s’est présenté devant la police, le sieur Auguste Boudo, le directeur général adjoint du Groupe Anastasias basé à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso et partenaire de la Société Commerce Général Import-export (COGIMEX) dont une représentation est à Bougouni, pour porter la plainte contre leur employé Boubou Silimana, chargé de l’achat des noix de cajou. Le motif de la plainte : Boubou Silimana s’est rendu coupable d’une malversation financière portant sur un montant total de 10 518 240FCFA.

    Des informations, il est indiqué que lors d’une première accusation, Auguste Boudo et le Groupe Anastasias reprochait à Boubou Silimana, le détournement de 21 millions de FCFA, avant de revoir ce montant à 13 millions de FCFA et finalement, le montant reproché à Boubou Silimana s’élèverait à 10 518 240FCFA. Toute chose qui démontre l’incohérence totale da  ns les propos du sieur Auguste Boudo et de son Groupe. Ayant fait l’objet de fouille régulière à la police, aucun objet ni somme d’argent n’a été trouvé sur l’inculpé.

    Maître Tiessolo Konaré, avocat à la Cour qui assurait la défense de l’inculpé a fait ressortir dans ses propos, que l’absence dans la salle de la partie civile dénote toute la fausseté qui mine cette affaire. Il dira que contrairement au reproche fait à son client, il n’existe aucune preuve. Et Maître Tiess de soutenir « Monsieur le Président, Auguste Boudo et son Groupe savent qu’ils ne disent pas vrai. Sinon comment comprendre que le montant reproché à mon client puisse varié de la sorte, allant de rabais en rabais. De 21 millions de FCFA, ils sont descendus à 13 millions de FCFA, puis, ils parlent maintenant, de 10 518 240FCFA. Et dans tout çà, ils n’ont pas dit que la quantité de marchandise, qu’ils auraient reçue de la part de Boubou Silimana. Alors ». A la tombée du verdict prévue pour le 20 octobre prochain, nous reviendrons « Inch Allah » plus en détail sur cette affaire.

    Par Zhao Ahmed Amadou Bamba

    Envoyé Spécial !

     

    PARTAGER