Le ministre Sadio Camara lors de la remise officielle de nouveaux avions de chasse, hélicoptères et radars : “En recevant ces nouvelles acquisitions, nous donnons un coup d’accélérateur à la montée en puissance de nos forces”

11

“Cette Armée doit refléter les valeurs guerrières du Maliba, la diversité, l’unité et la cohésion de la Nation”

Le ministre en charge de la Défense et des Anciens combattants, le colonel Sadio Camara était visiblement très heureux, mardi 9 août dernier, lors de la remise officielle de nouveaux avions de chasse, hélicoptères et radars aux Forces armées et de sécurité par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. “Le parking sur lequel nous nous trouvons, serait d’ailleurs trop étroit pour recevoir l’ensemble du matériel récemment acquis grâce au leadership de Son Excellence, le colonel Assimi Goïta et au partenariat gagnant-gagnant avec la Fédération de Russie. Les équipements présents offrent un échantillon des capacités qui font de l’Armée de l’Air malienne un outil complet de combat”, précisera le ministre de la Défense et des Anciens combattants. L’événement s’est déroulé à l’Aéroport international Modibo Kéita en présence de plusieurs personnalités dont le Premier ministre, Dr. Choguel Maïga. Voici le discours intégral du ministre Sadio Camara à cette occasion.

C’est un honneur pour moi, de prendre la parole à cette cérémonie de remise officielle de vecteurs aériens, au pavillon présidentiel de l’Aéroport international Président Modibo Kéita, Bamako-Sénou.

Au nom des Forces armées maliennes, en mon nom propre, et en ma qualité de ministre de la Défense et des Anciens combattants, je voudrais d’abord exprimer ma reconnaissance à Son Excellence le colonel Assimi Goïta, président de la Transition, chef de l’Etat, chef suprême des Armées, pour l’engagement personnel et constant, dans le renforcement de notre outil de défense et de sécurité, dont les vecteurs aériens constituent une composante importante, permettant de prendre et garder l’initiative, pour remporter la décision, dans un pays aussi grand que le Mali.

Connaissant votre souci constant pour les militaires, je voudrais encore m’incliner devant la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie pour le Mali, notamment les héros de Tessit tombés récemment en défendant la justice et la paix dans notre pays. Qu’ils sachent que leur sacrifice ne sera pas vain.

Je voudrais également exprimer ma vive reconnaissance, au peuple malien tout entier, pour les sacrifices consentis et les énormes soutiens, dans le cadre de l’avènement d’un Mali Kura, que les dignes filles et fils appellent de tous les vœux, malgré les énormes pressions et les turpitudes de certains acteurs externes, qui veulent nous convaincre qu’ils aiment le Mali, plus que les maliens.

Depuis la rectification de la Transition, le Peuple du Mali est devenu un exemple en Afrique, car il ne cesse de prouver que la volonté d’un peuple surmonte toutes les adversités, si le Peuple est déterminé à prendre son destin en main, et résolument tourné vers un avenir radieux. L’acceptation de la servilité n’est ni une fatalité, ni une stratégie de survie efficace.

Comme vous le répétez régulièrement à vos collaborateurs, «le rôle fondamental d’une armée est d’abord d’éviter la guerre, afin de préserver les populations des souffrances qui découlent toujours de ce phénomène violent. Lorsqu’une armée est forcée d’entrer en guerre, cela doit être perçu comme un échec. Il devient donc impératif, pour en limiter les conséquences négatives, d’agir pour que la guerre se termine au plus vite, dans des conditions favorables aux intérêts de la nation».

Suivant cette logique, on doit faire le constat du douloureux échec de l’Armée malienne, qui n’a pas pu éviter la guerre il y a une décennie, au début de cette profonde crise multidimensionnelle, que nous traversons encore. Au-delà de ce constat, il importe de poser les bonnes questions, et d’y apporter les réponses idoines, dans les meilleurs délais, pour pacifier et stabiliser au plus vite le pays, et jeter les bases d’un nouveau départ. C’est la mission que vous nous avez donnée. C’est un devoir générationnel, une responsabilité devant l’Histoire du Mali éternel.

Le Peuple malien, si riche et si fort, durement éprouvé par une succession de tragédies naturelles et artificielles, a accepté de confier son sort et sa survie à ses braves enfants, qui ont choisi le métier des armes. Ni les frustrations causées par des décennies de mauvaise gouvernance, ni les rigueurs de la vie dans un contexte économique difficile, ni même le matraquage médiatique des nostalgiques d’un ordre colonial en voie de disparition, n’ont pu entamer la résolution de ce vaillant Peuple.

Soumis à d’injustes pressions et manipulations, le Peuple malien s’est montré prêt à supporter la faim, la soif, le froid, la chaleur, pourvu qu’il retrouve sa dignité, son honneur et son indépendance.

Par ces sacrifices, les maliennes et les maliens, dignes filles et fils ont démontré leur attachement, leur foi inébranlable, au Mali berceau des grands empires, fidèles à notre hymne national qui nous prévient en ces termes :

“La voie est dure, très dure, Qui mène au bonheur commun,

Courage et dévouement, Vigilance à tout moment,

Vérité des temps anciens, Vérité de tous les jours,

Le bonheur par le labeur, fera le Mali de demain.”

Le processus de refondation du Mali, qui vise à réaliser et concrétiser les aspirations du peuple malien, initié sous la Transition, a reconnu le rôle primordial dévolu aux actions de sécurisation du territoire, des populations et de leurs biens.

La vision du président de la Transition, pour la défense et la sécurité du Mali a été traduite en directives très claires pour les Forces armées maliennes : il s’agit d’abord de se battre pour gagner les guerres imposées à la Nation malienne, et ensuite de créer les conditions pour une paix durable et juste, avec toutes les filles et tous les fils de ce pays.Pour cela, nous avons comme objectif de refonder une Armée malienne professionnelle, bien équipée, bien entraînée, dotée d’un bon moral, proche du peuple dont elle est issue, et dominant l’espace des opérations, dans le respect des règles et coutumes adéquates, et suivant des règles d’engagement strictes. Cette Armée doit refléter les valeurs guerrières du Maliba, la diversité, l’unité et la cohésion de la nation, ainsi que la noblesse, la fierté et la soif d’indépendance héritées de nos ancêtres. En fixant cette mission à son Armée, la Nation malienne a consenti d’énormes sacrifices pour lui en donner les moyens et les ressources nécessaires.

Respectant cette volonté, et connaissant parfaitement les réalités de ce beau pays, vous avez tenu à mettre l’Armée dans les meilleures dispositions. Vous avez transformé sa stratégie, son état d’esprit, sa posture tactique. Vous l’avez réorientée vers des partenaires plus variés, pour plus d’ouverture, plus de compétence, plus de fiabilité, plus de sincérité. Vous lui avez redonné l’initiative, toujours tournée vers l’avant, sans esprit de recul. Vous l’avez équipée en quantité et en qualité dépassant ce que beaucoup pouvaient imaginer.

Malgré les succès déjà engrangés, qui prouvent à suffisance le bien-fondé de votre stratégie, vous avez décidé de ne jamais relâcher l’effort.

Nous avons déjà organisé plusieurs cérémonies de remise officielle au cours des 20 derniers mois, que ce soient des systèmes d’information pour une gestion assainie et transparente, des infrastructures modernes pour de meilleures conditions de vie et de travail, des ressources matérielles ou financières pour nos veuves et nos orphelins, ou encore des équipements terrestres ou aériens pour la combativité de nos hommes. Mais je dois dire, que la cérémonie de ce jour est historique, tant par la nature, la qualité que par le volume de ce que vous nous remettez, dont nous n’exposons ici qu’une partie, le reste étant bien sûr engagé en opérations au moment même où se tient cette cérémonie.

Le parking sur lequel nous nous trouvons, serait d’ailleurs trop étroit pour recevoir l’ensemble du matériel récemment acquis grâce au leadership de Son Excellence, le Colonel Assimi Goïta et au partenariat gagnant-gagnant avec la Fédération de Russie. Les équipements présents offrent un échantillon des capacités qui font de l’Armée de l’Air malienne un outil complet de combat.

Nous consolidons notre capacité de reconnaissance et d’attaque avec les avions de chasse de type L-39 et Su-25, qui s’ajoutent aux Super Tucano et autres appareils déjà en dotation, ainsi que les hélicoptères d’attaque de type Mi-24P, qui s’ajoutent aux Mi-35 et Mi-24 déjà livrés.

La mobilité est également renforcée avec les hélicoptères de manœuvre de type  Mi-8, ainsi que le deuxième avion de transport tactique de type Airbus Casa 295, qui complètent ainsi les Mi-171, le premier Casa et les autres moyens de transport existants.

La capacité de surveillance et de contrôle de l’espace aérien, facteur essentiel de souveraineté, est une autre composante importante de ces nouvelles capacités. Les radars de surveillance et les systèmes de défense anti-aérienne acquis il y a quelques semaines sont déjà déployés sur le terrain et permettent de réguler le trafic aérien dans le ciel malien, et de protéger nos sites sensibles ainsi que les volumes d’évolution de nos aéronefs et de nos forces terrestres.

En recevant ces nouvelles acquisitions, nous donnons un coup d’accélérateur à la montée en puissance de nos forces. Je sais que le chef d’Etat-major général des Armées et le chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air sauront en prendre le plus grand soin et procéderont, en fonction des urgences et priorités sécuritaires, à l’actualisation du concept d’emploi des moyens, pour une performance optimale de notre outil de défense.

Permettez-moi de terminer en renouvelant, l’engagement des Forces armées maliennes à accompagner le processus de Refondation du Mali, jusqu’à son terme.

La défense et la sécurité, piliers majeurs du processus de refondation, de l’avènement du Mali Kura ont déjà enregistré des résultats encourageants, pour la construction de notre avenir commun.

En formulant le vœu de plein succès des armes du Mali, je demande encore au vaillant Peuple malien de continuer à soutenir son armée nationale, de se mobiliser comme il l’a encore fait, en réaction aux lâches attentats terroristes ayant récemment visé la ville de Kati. Pour réaliser l’ambition de nos illustres devanciers, souvenons-nous du deuxième couplet de notre hymne national, je cite :

“Debout villes et campagnes, Debout femmes, jeunes et vieux,

Pour la patrie en marche, Vers l’avenir radieux,

Pour notre dignité, Renforçons bien nos rangs,

Pour le salut public, Forgeons le bien commun, 

Ensemble au coude à coude, faisons le sentier du bonheur. “ Fin de citation.

Vive les Forces de défense et de sécurité du Mali,

Vive le Mali uni, stable et prospère,

Un Peuple uni visant un But commun, avec une Foi inébranlable en l’avenir de ce beau pays.

Que Dieu bénisse le Mali.

 

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Camara bana ani makabana, nous sommes tres fiers de toi Sadio car depuis l’empire du Ghana le Mali a connu des braves honnetes et patriotres Camara

  2. Kinguiranke, chez nous Bambara on dit:’Kononi kili kayi ayere bolo ‘. littéralement en français ‘qui peut mieux garder les oeufs de l’oiseau que l’oiseau lui-même?’
    Qui peut mieux aimer le Mali que les Malien eux-mêmes?
    Qui peut mieux défendre le mali que les Maliens eux-mêmes ?
    Pourquoi l’Europe ne nous vend pas les avions de combat et les hélicos? En plus ils ont bloqué l’avion que nous avons acheté.
    Que chacun s’occupe de ses Problèmes.
    La taylorisation du travail lès gens l’oubli et pourtant se fut l’un des éléments clé du boom de l’industrie.trop d’ouvriers dans un atelier rend le travail inefficace .
    Trop de forces hétéroclites chez nous, même Népalais et Salvadoriens…
    Plus de 1000 soldats Deutsch chez nous, et pourtant Deutschland est un pays sérieux.
    Mais que fait tout ce beau monde chez nous depuis 10 ans sans résultat ?
    Le gros problème c’est que ces pays Euro ne peuvent rien faire sans les ricains.ils ne peuvent pas tenir une guerre pendant 3 mois.ils seront en manque de munitions….
    Alors aider efficacement le Mali.Un mirage
    Le covid et la guerre en ukraine ont montré les limites de l’Europe.
    L’Europe doit se battre pour sa suivre .
    Comme le Mali.
    En Bamabara on dit:’Kodimi bagato fila té semè yongona’ pour dire 2 malades de dos ne peuvent pas s’appuyer l’un sur l’autre.
    Nous, nous sommes obligés d’aller chercher ailleurs.Russie, Chine…

  3. Acheter pour manger quand tu as une maison, un village, bref un Pays
    Alors que tu es entrain de perdre tout cet immense territoire, tu parles de manger.
    Nous aimerions que nos FAMAS restent concentrés sur l’essentiel, à savoir leur mission régalienne, au lieu de tomber dans l’exibitionnisme.
    Au moment où les FAMAS exposent leurs acquis, la déconcentration gagnent nos rangs, et l’ennemi en profite. C’est ce qui s’est passé lors du massacre de Tessit.
    Rehaussez votre niveau de vigilance, dans les airs, au sol, dans les grottes, dans le moindre coin de notre joli pays que des forces obscures voudraient faire disparaitre.
    Nous soutenons de toutes nos forces nos FAMAS en toute circonstance. Salut !!!

    • Ce n’est plus Karim Keita le fils de Boua le ventru IBK, le Mande Zonkeba, l’amateur des cuisses des prostituees Espagnoles sur mer et la beau-fils de Isaac Sidibe l’amateur des jeunes filles a l’Assemblee Nationale qui gére le budget des FAMAS a l’Assemblee Nationale du Mali, c’est fini1

  4. Beau discours qui cache la réalité.

    Pourquoi acheter des radars ? Les terroristes n’ont pas de forces aériennes. Il va encore nous dire que la France, les Allemands, l’ONU sont les alliés des terroristes. Nous n’y croyons plus.

    Le bruit cours que notre ministre se construirait son armée personnelle et aurait des ambitions personnelles grandissantes.

    • Ce n’est plus le generrali Mbemba Keita le gros corrompu qui est Ministre de la Defence au Mali et generali Moussa Diawara le corrompu et corrupteur qui en charge de la sécurité nationale au Mali!

  5. Combien ont coûté ces avions ? Il faut de la transparence car entre ces achats, le paiement des soldats russes et ce qu’ils prennent comme ressources naturelles sur notre terre ça commence à faire beaucoup alors que le peuple ne peut plus acheter suffisamment pour se nourrir.

    • Ce n’est plus Tieman Hubert Coulibaly le Ministre de la Defence du Mali, il a fui a dos de moto et est en Cote d’ivoire avec les autres corrompus et apatrides Maliens!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here