9e édition du festival de Masa 2016 à Abidjan : Le DG Yacouba Konatey à Bamako, pour annoncer l’évènement

0

Le Masa se tenait du  05 au  12 mars 2016. Pour l’édition 2016, Yacouba Konatey a précisé qu’il se déroulera du 5 au 12 mars. L’explication de ce changement de date est simple. «D’une part, aucune administration ivoirienne ne dispose de son budget à partir du 26 mars, et d’autre part, c’est entre le 5 et 12 mars aussi qu’il ne pleut pas», a dit le DG de Masa. Il ajoutera que c’est déjà la bousculade des groupes artistiques pour prendre part à ce festival. «Le dépôt des dossiers a été clôturé le 31 août dernier. Et nous avons reçu plus de 500 dossiers. Les dépouillements sont en cours. La liste des troupes retenue pour Masa festival sera publiée le 15 décembre 2015», souligne le Pr Konatey. Selon lui, 2000 professionnels, 100 troupes dont 68 dans le Masa In et 32 dans le Masa festival sont attendus. De plus, indique-t-il, il y aura des nocturnes de 10 à 25 000 spectateurs ; le village Masa avec 50 restaurants, 50 stands d’artisans, 100 stands professionnels. Les festivités se dérouleront en conte, humour, danse, théâtre, musique au Palais de la culture d’Abidjan et sur d’autres sites. Le budget prévisionnel de Masa 2016 est, selon le directeur général, de 1,800 milliard de F Cfa. Pour Yacouba Konaté, la proportion de l’aide internationale au Masa en 2016 sera considérablement réduite. Elle sera à hauteur de 20 %.  Comme innovations au Masa de 2016, l’on note une meilleure articulation de la dimension marché avec l’institution systématisée des rendez-vous rapides, pour permettre de cadrer les rencontres entre les diffuseurs et les groupes artistes qui vont venir, pour que les contrats se fassent. Autre innovation, a-t-il dit, mieux cadrer la dimension festival. «Le Masa ne doit pas être enfermé seulement dans un lieu avec des professionnels et des diffuseurs. C’est pourquoi, on en fera en 2016, une fête à l’échelle du plus grand nombre», ajoute Konatey. Selon lui, les arts de la rue (cirque, marionnette) seront impliqués davantage. Car, dit-il, de manière évidente aujourd’hui, l’économie des arts de la scène est en train de bouger vers les arts de la rue. Les formations dédiées aux humoristes de la sous-région sont aussi prévues. Le DG de Masa a demandé aux pays africains en crise de s’inspirer de l’exemple ivoirien. «La Côte d’Ivoire est l’exemple d’un pays qui est sorti des crises et qui essaie de mettre en place ses fondamentaux. Je pense que le Masa fait partie de ses fondamentaux. Et heureusement, ce fondamental n’est pas seulement pour la Côte d’Ivoire. Mais aussi pour que tous les créateurs de l’Afrique viennent se rencontrer ensemble, échanger, se dire que le patrimoine africain, c’est la première chose que nous pouvons vendre au monde. L’humain et nos valeurs culturelles nous sont spécifiques en Afrique. On doit apprendre à mieux présenter pour que ça puisse créer la valeur ajoutée qui leur manque beaucoup aujourd’hui», a-t-il déclaré.

Hadama B. Fofana

PARTAGER