Concours de beauté féminin : Entre contestations et scandales

2

Mariam Traoré, Miss Koulikoro remplace Zalihatou MaigaAu Mali, l’organisation la «Nuit ORTM » dédiée au concours de beauté de la plus belle femme a donné lieu, cette année, à un bras de fer entre le Comité syndical de l’ORTM et le ministère de tutelle qui a fini par lâcher prise. Une polémique qui n’est pas une première du genre dans notre pays. Pour cause, on se rappelle qu’en 1998, certaines organisations issues des milieux islamistes s’étaient opposées à l’organisation de Miss Cédéao jugé plus exhibitionniste du sexe féminin contraire aux principes religieux. Cette polémique n’est pas propre à notre pays. En Europe aussi, considéré comme le berceau des libertés, ce concours ne semble pas faire l’unanimité. En effet, dans les milieux féministes, ce concours est de plus en plus assimilé à une violation du droit de la femme en ce sens qu’il a tendance à rependre une image de la femme comme un objet de valeur. Le dernier exemple remonte au dimanche 14 décembre 2014 à Londres(Angleterre) qui a vu la victoire de la sud-africaine, Rolene Strauss, comme Miss monde 2015 sur 121 postulantes.  Soixante trois ans après sa création à Londres, le concours Miss Monde, intitulé au départ Festival Bikini Contest (« Concours bikini »), place toujours la beauté comme premier critère. Mais face aux critiques de plus en plus nombreuses, les organisateurs demandent désormais aux candidates de présenter un projet caritatif. Raison pour laquelle, la nouvelle reine de beauté du monde, Rolene Strauss,  s’est, pour sa part, efforcée de s’engager pour la  promotion de  la scolarisation des jeunes filles. Un problème qui touche de plein fouet le continent. Mais, ces bonnes intentions n’ont, néanmoins, pas empêché plusieurs organisations féministes de manifester devant l’Excel(Londres). Elles dénoncent la ringardise du concours et l’accusent de perpétuer le cliché de la femme-objet. Toujours en Europe, notamment en France, on parle de truquage à l’occasion de Miss nationale 2015. Histoire de prouver, si besoin en était, que  ce genre concours n’est pas toujours saint.  Sous d’autres cieux, au Honduras (Amérique Central), la miss n’a pas eu la chance de défendre les couleurs de son pays au niveau mondiale(Londres). Maria José Alvarado, alias Miss Honduras 2014, était censée représenter son pays à Londres pour le concours de Miss Monde. Elle a été assassinée le mois dernier par balle, avec sa sœur Sofia Trinidad Alvarado. Signe d’une extrême contestation où acte de jalousie ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que le concours de la reine de beauté est loin de faire l’unanimité à travers le monde. Mais, il est difficile de croire, un seul jour, à une interdiction sur quelque plan que ce soit en raison du gros business qui entoure l’évènement.

Abdoulaye Ouattara

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Je n’est jamais vu ou entendu que pays a avancer a cause des et j’ai honte pour les syndicats de l ortm qui ce sont tromper de bataille en posant un préavis de grève juste pour des élection de miss le devoir des syndicats est de protège le droit des travailleurs et. Non une un défilé des jeunes filles dans les autres pays les syndicats revendique des causes nobles et non pour de l’amusement heureusement le ridicule ne tue pas

    • Mr SIKASSO tu dois être un aigri social. Le mali est un pays laïque avant tout. Pourquoi empêché l’ortm de fêter pour des promesses fallacieuses? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Comments are closed.