Mali : La CEDEAO Délivre Un ’’ Message Ferme’’ À La Junte Sur Les Élections (Délégation)

18

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la conférence des chefs d’Etat ouest-africains, s’est rendu dimanche au Mali pour délivrer à la junte au pouvoir un « message ferme » sur la tenue d’élections en février, a dit un membre de sa délégation.

Nana Akufo-Addo, dont le pays assure la présidence tournante de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), a effectué dimanche une visite de quelques heures, en plein doute sur le respect de ses engagements par la junte. « Notre message est sans ambiguïté et nous l’avons clairement dit : il faut que les élections se tiennent aux dates prévues », a dit à l’AFP un membre de haut rang de la délégation après les entretiens. « L’objectif était de faire passer un message ferme. Et nous l’avons fait », a-t-il dit sous le couvert de l’anonymat.

Le chef de la junte et président de transition, le colonel Assimi Goïta, s’est livré pour sa part à « un plaidoyer pro domo », a-t-il dit sans plus de précision. Une délégation de la Cédéao reviendra à Bamako avant fin octobre « en espérant obtenir des assurances », a-t-il dit.

En septembre, la Cédéao avait demandé aux autorités de soumettre « au plus tard » fin octobre un calendrier des « étapes essentielles » en vue d’élections en février 2022. Les autorités ont réservé une rencontre avec les médias à la seule presse d’Etat après des entretiens avec les dirigeants maliens au palais présidentiel, a rapporté un correspondant de l’AFP. Au même moment était organisée près du palais une manifestation de soutien aux autorités, derrière une banderole proclamant « Seul le choix du peuple souverain du Mali compte », une réponse aux pressions exercées par la Cédéao ou la France. Cette visite a eu lieu dans un contexte sécuritaire et politique délicat dans un pays plongé dans la tourmente depuis 2012 et le début d’insurrections indépendantiste et salafiste dans le nord. Les militaires, qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 et l’ont conforté par un nouveau putsch en mai 2021, se sont engagés sous la pression des voisins ouest-africains et d’une bonne part de la communauté internationale à céder la place aux civils après des élections programmées fin février 2022.

Or, depuis des semaines, la junte et le gouvernement qu’elle a installé signalent de plus en plus clairement que l’échéance risque de ne pas être respectée. Simultanément, la relation avec le partenaire français, qui déploie plus de 5.000 soldats au Sahel contre les jihadistes mais a décidé de réduire ses effectifs à 2.500-3.000 hommes d’ici à 2023, traverse sa plus grave crise depuis le début de l’engagement français en 2013. Paris estime que le recours possible de Bamako à la société privée Wagner, objet de discussions malgré les agissements décriés du groupe russe de mercenaires en Afrique ou ailleurs, est incompatible avec la présence française.

Bamako invoque sa souvenaineté et a accusé Paris « d’abandon ». Les partenaires du Mali jugent minimes les progrès politiques accomplis sous la junte depuis août 2020. Le pays reste en proie aux violences, au centre et près des frontières avec le Burkina Faso, et s’inquiète de leur progression vers l’ouest et le sud. Un soldat malien a été tué dimanche matin dans une attaque attribuée à des « éléments non encore identifiés » contre un poste à Acharane, dans la région de Tombouctou (nord), a indiqué l’armée. La riposte « vigoureuse » a tué au moins quatre assaillants, a-t-elle dit.

 

Commentaires via Facebook :

18 COMMENTAIRES

  1. La France cherche à sauver ceux qui ont mis le Mali à travers eux. Poutine a dit qu’un jour la France sera une colonie de l’Afrique. Ce n’edt qu’un début leur descente aux enfer vient de commencer au Mali. Les Maliens sont un peuple pacifique jusqu’ ce qu’on marche sur les pieds alors ils sont près à toutes les sacrifices pour rester debout

  2. La cédéao devra passer sur le corps des maliens pour faire le sale boulot à la place des Maliens. Qu’elle nous fiche la paix nous avons d’autres problèmes plus urgents que les élections. La France n’exploitera plus le sous sol malien.

  3. Pour mettre fin aux chantages et aux conditions que la CEDEAO nous impose, il faut divorcer avec elle une bonne fois pour toute !!, comme ça, personne nous imposera quoique ce soit.
    C’est aux Maliens de décider pour le Mali et pas la CEDEAO, nous voulons qu’elle nous foute paix !!!
    Cela fait presque 10 ans que nous vivons avec tout le misère dans notre Pays et on a pas entendu un seul mot de la part de CEDEAO.
    Elle n’a pas à nous dire ce que nous devons faire.
    Pas des élections avant 3 ans, soit jusqu’à ce que l’armée malienne soit déployée sur l’ensemble du territoire national.

  4. President Addo was asshole many said he would be before he delivered his message. His primary concern is holding of February 2022 elections not what is in people of Mali best interest. With foreign religions ass kissing niggers like him in Negroid Africans leadership roles all Negroid will be sacrificed to genocide under Global Warming to improve survival conditions for those of caucasian plus mongoloid races with little sacrifice of lives of those races. We need to stop producing bitch niggers like him plus making them leaders. Africa do not need anymore like President Addo of Ghana. He remind me of what my deceased godfather former US Navy military intelligence officer acknowledged Negroids had to be to make it in US military. Beyond loyalty I would not have made it. That is tap dancing step n fetch niggers to superior ranked Caucasian officer.
    Well my Dad pretty much told President General Eisenhower to go fuck himself when he wanted my Dad to turn over his world superior ” hunt would would you you” interrogation ability open to Eisenhower doing whatever he like. My Dad reward was general discharge from military despite having earned honorable discharge for Frontline fighting plus interrogating of enemy in Korean war. My Dad also held to same position when Presidents John F. Kennedy plus L.B. Johnson called with same request. My Dad did not ever trusted Eisenhower evil ways or anyone with him. That is how we should perceive President Addo of Ghana
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  5. 🙂 LE MALI DOIT SORTIR DE LA CEDEAO S IL LE FAUT, NOUS N AVONS PAS BESOIN D ELECTION POUR METTRE DES IDIOTS DE CIVILS AU POUVOIR, POUR QU ILS VOLENT ET LAISSER LES MILITAIRES TREPASSER AU FRONT! CES CIVILS SONT GENERALEMENT 99% DES CORROMPUS ET LARBINS DES OCCIDENTAUX! IL FAUT VOTER POUR DES VIEUX QUI N ONT JAMAIS FOUTU
    UN PIED NI DANS UNE ECOLE DU FRANCAIS NI DANS LE MADERSA DES ARABES! UN VRAI KAFARO HABITANT DES TERRES DES FAROHW… 🙂

  6. “« Notre message est sans ambiguïté et nous l’avons clairement dit : il faut que les élections se tiennent aux dates prévues », a dit à l’AFP un membre de haut rang de la délégation après les entretiens. « L’objectif était de faire passer un message ferme. Et nous l’avons fait », a-t-il dit sous le couvert de l’anonymat.”
    IL AURAIT MIEUX FAIT DE SE TAIRE… CAR, EN FAITE, IL N’A RIEN DIT DE POTABLE OU DE CONCRET…

  7. De toute façon les élections ne se tiendront pas à la date indiquée, nous voulons d’abord nous débarrasser des candidats voleurs et faire les élection avec ceux qui sont moins mouillés. Nous demandons patience à la CEDEAO, les maliens sont favorables pour une prolongation, ce pouvoir militaire marche bien au Mali, laissez notre frère Assimi de poursuivre notre combat, celui de la luttre contre la corruption et la délinquance financière, le renforcement de la justice, restaurer l’Etat au Mali, organiser des élections crédibles, et relancer l’économie malienne par le travail et le mérite

  8. D’ABORD ET AVANT TOUT, QUE FAIT LA MÊME CEDEAO CONCERNANT LE TCHAD ET LA GUINÉE OÙ IL Y A EU AUSSI DES COUPS D’ÉTAT SOUTENUS ET MÊME PROBABLEMENT ORGANISÉS PAR LA FRANCE?

    CET AGENDA N’EST PAS CELUI DE LA CEDEAO. C”EST CELUI DE LA FRANCE CONTRE LE MALI ET LES PEUPLES AFRICAINS.

    MAIS NOUS SOMME DEBOUT MAINTENANT. NOUS NE NOUS LAISSERONS PLUS JAMAIS FAIRE. CE BRAS DE FER AVEC LA FRANCE, NOUS ALLONS L’ENGAGER DANS TOUS LES PAYS AFRICAINS JUSQU’À CE QUE CE MAUDIT PAYS QUI SUCE NOTRE SANG ET NOUS MAINTIENT EN ESCLAVAGE QUITTE NOS TERRES AVEC INTERDICTION TOTALE D’Y REVENIR. LES FRANÇAIS CROIENT QU’ILS SONT EN TRAIN DE FAIRE DU MAL AU MALI OU AUX AUTORITÉS MALIENNES MAIS C’EST CONTRE LEUR PROPRE PAYS QU’ILS SONT EN TRAIN DE TRAVAILLER À CAUSE DE LEUR ARROGANCE CONGÉNITALE. ILS N’ARRIVENT PAS À COMPRENDRE ET NE COMPRENDRONT JAMAIS QUE L’AFRIQUE A CHANGÉ ET QUE LA JEUNESSES, DANS TOUS LES PAYS AFRICAINS SANS EXCEPTION, EST VENT DEBOUT CONTRE LA FRANCE. IL N’Y AURA PAS DE RECUL. CE MOUVEMENT NE FERA QUE S’AMPLIFIER JUSQU’À LA LIBÉRATION TOTALE DE NOS PAYS. NOUS ALLONS CHASSER LES SUCEURS DE NOTRE SANG QUI NOUS EMPÊCHENT DE VIVRE UNE VIE HUMAINE DIGNE DE CE NOM. NOUS ALLONS COMBATTRE SANS PITIÉ TOUS LES TRAITRES QUI LES SUPPORTERONT. NOUS SOMMES DÉJÀ DANS LA RUE AU MALI, AU BURKINA, EN CENTRAFRIQUE. AU TCHAD, SEULE UNE RÉPRESSION FÉROCE A PERMIS DE RETARDER LE TRISTE SORT QUI ATTEND LES SUPPÔTS DE l’IMPÉRIALISME EN AFRIQUE. DANS TOUS LES AUTRES PAYS LA NÉCESSITÉ DE CHASSER LA FRANCE EST MAINTENANT ADMISE DANS TOUTES LES COUCHES SOCIALES: CE N’EST QU’UNE QUESTION DE TEMPS AVANT QUE LES GENS S’ORGANISENT PARTOUT POUR CHASSER NOS OPPRESSEURS:

  9. Il faut certainement des élections crédibles pour asseoir un pouvoir démocratiquement légitime.
    La date du février 2022 a été d’abord annoncée par la junte elle-même, et non la CEDEAO.
    Certes les conditions sécuritaires se dégradent de jour en jour, mais par ses deux coups d’État cette même junte s’est assigné la responsabilité d’assurer la protection de nos populations. S’il ya un échec dans en matière de sécurité qui pourrait éventuellement empêcher la tenue des élections en février 2022, la junte ne peut pas s’en dissocier; car c’est aussi son échec.
    Qu’est ce qui nous garantit que les conditions sécuritaires vont s’améliorer dans les prochaines semaines?
    Et si elles s’améliorent, quel est le niveau minimum de sécurité que nous devons atteindre pour pouvoir organiser des élections crédibles?
    Comment allons-nous quantifier ce niveau de sécurité?
    Quels sont nos stratégies pour y arriver?
    Et si par malheur nos stratégies ne fonctionnent pas comme prévues, est-ce que la junte restera au pouvoir aussi longtemps que les conditions sécuritaires se détériorent?

    Mon sentiment est que la junte pourrait transformer son échec en matière de sécurité en une victoire populiste pour se maintenir au pouvoir aussi longtemps que possible sans nécessairement apporter de solutions concrètes aux problèmes des Maliens.

    Personnellement, je ne pense pas qu’il soit possible d’organiser des élections crédibles dans les conditions actuelles. Mais, je crois que nous devons tout d’abord et absolument chercher des réponses consensuelles à des questions ci-haut mentionnées…

  10. La confrontation peuple malien vs CEDEAO risque fort d’être inévitable. Les conséquences de cette confrontation seront énormes a travers la sous région. Comment une telle organisation incohérente pourra continuer a jouer le jeu des autres contre les intérêts de notre pays?

    Quelles élections en février 2022??? Pour élire qui par quel peuple? Le Peuple malien est a 99& contre la tenue d’une élection a cette date… que veut alors la CEDEAO, soumettre le Mali ou quoi?

  11. A mon avis, un réexamen du chronogramme de la transition s’imposait dès le lendemain du coup d’état contre Bah Daou. A cette occasion, on évalue le parcours (ce qui a été fait et ce qui reste à faire). On établit un nouveau chronogramme sur la base des actions non réalisées du chronogramme et fixer les nouvelles dates qu’on allait discuter avec les partenaires du Mali. Je suis d’accord que la situation du Mali est critique et qu’il est difficile de respecter le délai de février 2022. Mais sans établir un calendrier réaliste avec des responsabilités bien définies, il est difficile de convaincre nos partenaires de la nécessité de prolonger le délai de la transition. Le nouveau calendrier calendrier convenu avec la CEDEAO doit être périodiquement évalué par les Maliens d’abord et par la CEDEAO ensuite. Ne pas faire un calendrier (certains se disent contre le fétichisme des dates) ouvre la porte à une transition qui se transformera en un régime. Ce qui nous mettra dos à dos avec la communauté internationale (à éviter à tout prix).

  12. Que cette CEDEAO nous foute la paix; elle incapable de prévenir et de gérer les conflits occasionnés par les chefs d’État et après elle vient faire pression sur les populations et les dirigeants pour mal faire les élections pour avoir les mêmes problèmes. Ajourd’hui, si ça ne tient qu’à la population malienne il faut quitter cette organisation de merde.

    • C’est nous qui devrions laisser la CEDEAO tranquille. Notre organisation a des principes pour lesquels nous avons signé, il est donc compliqué à comprendre tout cela, bon sang !
      Que vaut le Mali face aux 15 états dont deux (le Nigeria 1ère économie d’Afrique) et le Ghana faisant partie des 10 premières économies d’Afrique?. Descendons un peu de nos chevaux de nationalisme inutile. Plus vite nous nous réveillerons et nous nous mettrons au travail pour les élections, mieux nous pourrons abréger nos souffrances.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here