Ce que je pense

1

Face au phénomène d’achat des consciences qui  prend de l’ampleur dans notre pays, lors des élections, des voix non des moindres s’élèvent du côté des observateurs les plus avertis afin de parer au pire. C’est le cas de cette contribution de Djigui Kéïta, Spécialiste en Communication, qui vient de parvenir à notre Rédaction dont voici la teneur. 

La Cour Constitutionnelle reste le seul rempart pour empêcher les candidats cités dans l’achat de consciences de siéger à l’Assemblée Nationale de notre cher Mali.

Gagner une élection par l’achat des consciences est la pire espèce des pratiques pour mériter le port de l’écharpe et du macaron aux couleurs nationales.

Nul n’a le droit de pousser son concitoyen à vendre sa conscience contre des petites coupures de 2000, 5000 ou 10000 F CFA au moment d’accomplir son devoir civique, de sa prise de décision et sa participation dans la construction nationale.

Cette mauvaise culture de la politique, selon laquelle «j’ai payé pour ma place ou mon poste», doit cesser pour léguer aux générations futures un esprit d’honnêteté, de sérieux et de travail.

A ce rythme, les vrais partis et Hommes politiques intelligents, intègres et engagés pour sortir le pays du marasme socioéconomique, risquent fort de disparaitre de la scène politique nationale.

L’art de penser des programmes de développement et d’épanouissement des concitoyens n’est pas dans l’achat de consciences, la fraude et la corruption!

Ceux qui le font sont généralement ceux qui cherchent à se mettre à l’abri des ennuis judiciaires…

Je ne doute pas un seul instant.

La Cour Constitutionnelle annulera purement et simplement tous les cas de fraudes et d’achat des consciences pour épargner à notre Assemblée Nationale les demandes de LEVEE DE L’HUMINITE PARLEMENTAIRE.

Djigui Kéïta

Specialist en Communication

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here