Réforme monétaire en Afrique de l’Ouest

8

La mise en œuvre de la monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déjà été reportée cinq fois. Un sixième report était-il envisageable ?

Fort heureusement, le Président Alassane Dramane Ouattara annonçait en compagnie de son homologue français, Emmanuel Macron, le lancement en 2020 de la monnaie ÉCO en remplacement du franc CFA en Abidjan, le samedi 21 décembre 2019 en ces termes :

“Par un accord avec les autres chefs d’État de l’UEMOA, nous avons décidé de faire une réforme du franc CFA avec les trois changements majeurs suivants :

Tout d’abord, le changement du nom de la monnaie du franc CFA à l’ÉCO.

Deuxièmement l’arrêt de la centralisation de 50% de nos réserves de change au Trésor et la fermeture du compte d’opération.

Troisièmement le retrait des représentants de la France de tous les organes de décision et de gestion de l’UEMOA.”

L’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) rassemble les 8 pays de l’ Afrique de l’Ouest ayant en partage le franc CFA fait partie de la CEDEAO. Le problème majeur dans l’harmonisation entre l’UEMOA et la CEDEAO se trouve au niveau des convergences et politiques économiques. Cela pose beaucoup de difficultés, surtout avec le géant nigérian qui constitue 70% du PIB de la CEDEAO et qui devra fournir d’inlassables efforts pour la mise à niveau de  sa gouvernance économique et financière, mais aussi politique, en tant que pays phare et leader naturel de la CEDEAO.

En effet, l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA), instituée par le Traité du 12 mai 1962 auquel se sont substitués ceux du 14 novembre 2007, regroupe les huit Etats membres suivants : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, et Togo formant l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui a été créée le 10 janvier 1994.

Rappelons aussi que la BCEAO est l’Institut d’émission commun des Etats membres de l’UMOA et de l’UEMOA, chargé notamment d’assurer la gestion de leur monnaie commune, le Franc de la Communauté financière africaine (FCFA), de leurs réserves de change et de mettre en œuvre la politique monétaire commune. Le Franc CFA possède les caractéristiques suivantes :

  1. sa parité est fixe avec l’euro (1 euro = 655,997 FCFA);

2. le Franc CFA est librement transférable à l’intérieur de l’UEMOA;

3. la centralisation des réserves de change des 8 pays de l’UMOA se fait auprès de la BCEAO;

4. la garantie de convertibilité illimitée du Franc CFA en euro est assurée par la centralisation de 50% des avoirs extérieurs nets de la BCEAO dans un compte d’opérations ouvert auprès du Trésor français.

Ainsi, avec les nouvelles réformes annoncées, de nouvelles fonctions sont attribuées à la BCEAO qui pourraient les relever aisément si son indépendance du pouvoir politique est préservée.

Aussi, les 6 autres États de la CEDEAO ( Gambie, Ghana, Guinée, Libéria, Nigéria et Sierra Leone) possédant leurs propres devises nationales au sein de la Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO) plus le Cap-Vert en entreprenant les réformes économiques et financières appropriées pourront alors lancer la monnaie unique de la CEDEAO avec un taux de change flexible basé sur un panier de monnaies avec le leadership du Nigéria et sans la garantie de la France pour réaliser l’intégration économique et monétaire afin d’améliorer les conditions de vie et le bien-être des populations en Afrique de l’Ouest.

Bamako, 22 décembre 2019

Modibo Mao MAKALOU, MBA

Économiste et gestionnaire financier

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Je voudrais ton point de vue, analyser
    Ce sujet mais malheureusement tu nous donnes un expose . L’intelectuel
    Africain est comme l’electrophone ou
    Magnetophone. Desole de l’article, on
    Peut l’avoir sous Google.

  2. Il est difficile et très difficile de crier victoire, car la France est dans la garantie de cet “echo”, avec çà sachez très cher Macalou que rien n’est gagné d’avance, nous faisons face à un acteur très machiavélique, très calculateur, très pro-actif, doté de grandes capacités de nuisances avec une mémoire d’éléphant, il n’oublie jamais et quand il maintient un cap, c’est pour très longtemps. Quant aux pauvres négros, ils sont les contraires de ces blancs, ils s’ouvrent à ces blancs sans calcul et attendent d’être agressés avant d’agir, ils dorment sur leur laurier et non pas de mémoire, ils sont prêts à partir d’un bord à l’autre sans aucun soucis. Avec ces tares, pour l’echo rien n’est gagné d’avant, nous restons certains que la France à un agenda caché qu’elle exhiberait à temps opportun, pendant ce temps les pauvres africains applaudissent sans réflexion, pourtant il suffit de voir autour de nous pour comprendre que les africains ne pourraient pas gérer cet echo sans heurt, car nous ne savons pas respecter même nos propres constitutions et si l’echo rentre dans cette dynamique, nous allons vers le chaos monétaire sans délai. Nous nous comportons comme des gros enfants pourtant, il y a plusieurs grands intellectuels dans nos pays mais qui se comportent exactement comme des illettrés car au lieu de fédérer leurs efforts pour combattre l’obscurantisme, ils s’acoquinent aux plus médiocres pour détruire les plus capables, quelle ignominie? Quelle lâcheté? Quelle honte? C’est ainsi que la médiocrité s’installe et les plus médiocres chassent les capables comme exactement dans un espace économique où la mauvaise monnaie chasse la bonne monnaie, c’est regrettable pour l’Afrique.

  3. Le problème c’est plutôt le respect des critères de convergence qu’aucun des pays de la cedea ne répond actuellement: déficit inférieur à 3%, dette publique inférieure à 70% et le taux d’inflation inférieur à 10%. Également, les économies sont disparates, il faut donc aller progressivement. D’abord les 8 pays de l’uemoa ensuite les 15 Pays de la cedeao. Le processus sera long et fastidieux.

  4. LE CIEL LEUR TOMBE DESSUS…!

    Accord franco-africain pour une profonde réforme du franc CFA qui deviendra l’Eco..???

    NI LES FRANCAIS, NI LES AFRICAINS N’ ONT ÉTÉ CONSULTÉS DANS CETTE MANOEUVRE FASCISTE D’ UN AUTRE TEMPS.

    LES MOTS CFA OU ÉCO NE SONT JAMAIS SORTIS DE LA GGGUUUEEEEUUUULLLLEEEE DE NOS “DIRIGEANTS” MALIENS.

    DU PRÉSIDENT, DU PREMIER MINISTRE, DU MINISTRE DE L’ ÉCONOMIE ET DES FINANCES, DU PRÉSIDENT DE L’ ASSEMBLÉE NATIONALE, DU PRÉSIDENT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE , LE PEUPLE MALIEN N’ RIEN ENTENDU CONCERNANT CETTE MONNAIE ÉTRANGERE NOMMÉE ÉCO.

    LE SUJET EST-IL TABOU..???

    “WHAT A RAT” annonce le remplacement du franc CFA par l’éco en Afrique de l’Ouest…??

    QUI EST CE RAT QUI ANNONCE CECI AUX MALIENS..???

    FUT-IL CE RAT ÉLU PAR LES MALIENS??

    LA QUESTION MONÉTAIRE EST UNE QUESTION RÉGALIENNE EN RÉPUBLIQUE DU MALI.

    LE PEUPLE MALIEN N’ A JAMAIS ÉTÉ CONSULTÉ LORS DE L’ ABANDON DE LA POLITIQUE MONÉTAIRE NATIONALE.

    AUCUN DIRIGEANT MALIEN NE S’ EST PRONONCÉ SUR LE SUJET DE L’ ÉCO.

    LE PEUPLE MALIEN N’ EST PAS UN TROUPEAU DE MOUTONS QU’ ON PEUT PASSER Á GRÉÁ AUTRUI POUR TEL OU TEL FAVEUR ÉGOISTE INDIVIDUEL.

    SI LE POUVOIR MALIEN EST INCAPABLE D’ ASSUMER CETTE RESPONSABILITÉ MONÉTAIRE, L’ INDÉPENDANCE MONÉTAIRE DU PAYS , ALORS QU’ IL DÉMISSIONNE.

    QUE LA NOUVELLE GÉNÉRATION PLUS INSTRUITE ET PLUS PATRIOTE PRENNE LE POUVOIR.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here