Remaniement ministériel : Faites- leur de la place, An be Kun

3

An be Kun, ce nom d’une émission musicale traditionnelle sur l’ORTM (L’Office de la Radio et de la Télévision Malienne) sied bien à cet autre remaniement, cinquième du genre  en 3 ans de mandat du Président IBK et certainement pas le dernier. Ce changement au sein de l’appareil exécutif, qui a vu l’entrée des représentants de la CMA, de la plate-forme, du COREN et d’autres, fait couler beaucoup d’encre et de salive.  Le remaniement en lui-même n’a pas été une surprise, pas seulement que nous en sommes finalement habitués, mais du fait que la mise en place d’un gouvernement « d’union nationale » était prévue dans le cadre de l’accord de paix et de réconciliation. Ce qui dérange visiblement et fait polémique a trait plutôt au  casting opéré, et en cela les positions sont bien tranchées. Le choix porté sur certains parmi les nouveaux entrants a-t-il été judicieux ?

Les protagonistes de la crise sécuritaire ont été « récompensés ». Ce qui en soi déjà faisait grincer des dents, avec ce que la Coordination des Mouvements de l’Azawad a fait subir au Mali ces dernières années. Mais l’Etat du Mali, engagé résolument dans le processus de paix, se devait d’honorer ses engagements et surtout par cette ouverture, prouver sa bonne foi et sa volonté d’aller vers la paix. Faire de la place aux « ennemis d’hier » n’était plus véritablement un problème, mais quelle surprise de voir des personnages au parcours sombre, des gens sans relief aucun, des individus vils qui n’ont aucun mérite et même certains qui, dans un passé récent crachaient sur le Mali, faire leur apparition au sommet de l’Etat comme si de rien n’était.

La fin justifie les moyens, et visiblement on n’en lésine pas au regard du spectacle pitoyable qu’on nous offre. Une chose est sûre, les nouveaux ministres ne sont pas là par hasard. Ces nouveaux entrants, chacun en ce qui le concerne, doit sa place pour X ou Y raison  qui échappe très souvent au commun des Maliens.

Certes  il y a des méritants dans le lot,  mais il y a également des gens qui n’ont absolument rien à faire à ce niveau de responsabilité si ce n’est au bon désir du prince du jour pour « services rendus ».

Le cas Nina Wallet Intallou, une insulte au peuple Malien.

La nouvelle Ministre du tourisme et de l’artisanat défraie la chronique. Non pas sans raison. Voilà une dame, qui ces derniers temps s’est fait beaucoup remarquer par ses prises de position contre l’Etat du Mali et pour l’indépendance d’un « Etat » nommé AZAWAD. Elle faisait partie de l’aile dure du MNLA si ce n’est toujours le cas, et a énormément mobilisé pour une séparation du Mali. Elle a humilié le Mali, elle a combattu le Mali, elle a accusé le Mali de tous les péchés d’Israël souvent avec des prises de position d’une radicalité incroyable. Eh bien, aujourd’hui c’est cette même dame qui devient Ministre de la république…… pas de l’Azawad pour le moment, mais du même Mali qu’elle a brocardé, piétiné, malmené dans tous les sens. De qui se moque-t-on ?  L’Etat Malien marcherait-il sur la tête pour « honorer » une dame qui ne se considérait plus Malienne il y a seulement quelques mois et travaillait à la création d’un Etat Indépendant des entrailles du Mali ? Soyons sérieux ! Quelque soit la situation, l’Etat Malien se doit d’avoir des principes, des valeurs, et une ligne de conduite empreinte de dignité, de bravoure et d’honneur. Quelle gloire avons-nous à tirer de cette nomination après tout ce que cette dame a dit et fait contre le Mali ? Tout ça pour ça !! La moindre décence et le minimum de respect vis-à-vis du peuple Malien auraient commandé à ce que les autorités Maliennes renoncent à une telle infamie ou que Madame Wallet décline elle-même cette offre mal à propos. Mais visiblement, dans les hauteurs de Koulouba, le peuple est méprisé et il peut aller se faire foutre !  Réconciliation Oui,  mais pas à n’importe quel prix. En procédant à la nomination de cette dame, l’Etat du Mali s’humilie davantage, déshonore tout un peuple meurtri et fait preuve de couardise.

N’y a-t-il pas d’autres ministrables parmi les Touaregs de la CMA pour que Madame Wallet revienne encore une seconde fois dans le Gouvernement après avoir commis un crime de haute trahison ? L’Etat du Mali n’a pas trouvé mieux que cette dame ? Fait- elle autant peur pour qu’on la nomme malgré tout ?  Un peu de logique et surtout de courage et de dignité. On fait un choix, on assume, et on s’assume !  Madame Nina wallet devrait refuser ce poste par dignité et par conviction. L’Etat malien n’aurait jamais dû tomber aussi bas pour un choix pareil !  Une autre figure de la CMA moins décriée  que cette dame aurait pu faire l’affaire, et l’honneur aura été sauf pour tout le monde.

La sulfureuse Nina Wallet Antallou, l’amazone du Mnla, celle qui dans un passé récent combattait frontalement, violemment l’Etat du Mali et ne jurait que par la création de l’Etat de l’Azawad a capitulé, la raison : un poste ministériel. Adieu les convictions,  l’indépendance de l’Azawad peut toujours attendre. Du coté de Bamako, le pouvoir est prêt à toutes sortes de compromissions et d’humiliation pourvu qu’on ne le perturbe pas ou plutôt qu’on ne le trimballe pas……

La CMA dans tout ça ? Elle dit ne pas reconnaitre Nina comme sa représentante au sein du gouvernement, et ne confirme même pas son adhésion  malgré la présence d’autres Touaregs, comme pour dire implicitement qu’elle n’est pas dans le gouvernement. Quel cafouillage au sommet de l’Etat et surtout quel bal de faux culs ! C’est à ne rien comprendre. Quand est ce que l’Etat du Mali va cesser de se faire trimballer par des pleutres qui disent oui aujourd’hui et le contraire demain. D’ailleurs, Bamako n’est pas leur tasse de thé, c’est Kidal. Le Mali n’y est plus la- bas et ne peut y être. Pire la mise en place des autorités intérimaires est juste un moyen déguisé de légitimer et conforter les groupes rebelles armés à administrer les villes annexées. En avant pour la séparation et la création d’un nouvel Etat prochainement !

Pour se faire respecter, il faut se respecter déjà. Les autorités Maliennes n’ont que faire visiblement de certains principes élémentaires indispensables à l’exercice du pouvoir. A travers cette nomination, le Mali récompense ses bourreaux, si ce n’est pas de l’autoflagellation ça !

Amadou Koita où le prototype du jeune politicien malien ?

Amadou Koita, il a fait fort dans la prostitution politique, et malheureusement, il n’est pas le seul dans la situation, pas le premier et certainement pas le dernier non plus. Combien de jeunes maliens l’auraient fait à sa place ou sont prêts à suivre ses traces ? Voilà quelqu’un qui ne doit nullement inspirer la jeunesse malienne, autrement le pays est foutu à jamais. Ce Monsieur n’est pas un modèle et l’on ne doit pas se réjouir de sa nomination.

La course pour le pouvoir et l’argent, voilà ce à quoi se résume aujourd’hui la politique au Mali et tous les moyens même les plus crasseux, les plus vils sont bons pour y parvenir. Ce qui est affligeant, c’est surtout le fait d’encourager cette pratique. Ceux qui l’encouragent sont pires que ces pitoyables personnes et sont les ennemis de la nation. Qu’on me dise objectivement quelles sont les raisons qui sont à l’origine de la nomination de ce Monsieur en dehors  des manœuvres politiciennes de bas étage ?

Amadou Koita a fait un virage à 300° en l’espace de 4 ans, pour le pouvoir et ses avantages. L’honneur, la dignité, l’honnêteté, connait pas !  Inconditionnel du Président ATT, il fut membre fondateur du PDES, parti des héritiers de ce dernier. Il sera membre actif du Front pour la Démocratie et la République au lendemain du coup d’Etat de 2012, opposé à l’époque à une coalition dont IBK faisait partie. Fervent opposant d’IBK Président de la république et de son régime et n’hésitant jamais à donner de la voix à l’occasion pour brocarder l’action gouvernementale, ce personnage d’une moralité que je me garde de qualifier, s’est laissé éblouir par les attraits du pouvoir et de l’argent facile. Aujourd’hui, il a définitivement tourné casaque sans aucune gêne. L’appât du gain. Il avait hérité d’un poste de Directeur national en attendant, et voilà qu’il devient Ministre. Mais enfin, qu’est ce qui se passe au sommet de l’Etat ? Il est où la morale, la dignité ? Ce Monsieur, par son parcours donne à vomir. Il n’a aucun mérite si ce n’est sa propension à dribbler tout le monde pour arriver à ses fins, et comme par hasard, il hérite du département de la jeunesse et de la construction citoyenne. Quel culot, et quel pied de nez à l’ensemble de la jeunesse ! Jeunes du Mali, vous êtes bien avertis, voilà comment faire désormais pour être un grand « quelqu’un » dans ce pays ! Les valeurs de dignité, de moralité, d’honnêteté,  c’était hier, aujourd’hui le Maliba est à un autre niveau d’échelle des valeurs.

D’autres ministres reviennent après une traversée du désert pour le moins éprouvante. Ouf qu’il était temps !  Entre nous, Le Mali serait-il  finalement ce pays où le pouvoir est une histoire de clans, de familles, de copains et de coquins ? Vivement le  véritable changement !

 

Makan DIALLO

Docteur en droit Privé

Avocat aux Barreaux de Paris et du Mali

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. stp maître Diallo soit court tu abordes souvent des sujets intéressants mais trop long et confu dans ce dernier tu aurais pu traiter les sujets séparément,

  2. Il est à croire que Maître Diallo ne maîtrise pas totalement certains détails. Il ignore peut-être que dans ce pays, la dignité, l’honneur, ont changé de nationalité. Le déshonneur est un relique ici, soit qu’on le porte sur la tête ou à la ceinture. La honte, elle même a honte des dirigeants Maliens .Depuis que des hommes politiques, et pas de vulgaires inconnus, en rang serré, sont allés faire allégeance à Sanogo dès le lendemain du coup d’état, le déshonneur s’est emparé du cœur des politiques de ce pays. Me croirez-vous, si je vous dis qu’IBK était de ceux-la? La valeur a fuit ce pays, depuis que Dioncounda a été fait Président. Il a quitté le pouvoir avec environ neuf cent mille barils de pétrole et plus de huit milliards de francs, des dons en nature et espèces, par des pays pétroliers frères, attribué au peuple Malien, au titre de contribution à l’effort de guerre. Mme Wallet et Ibk partagent les mêmes valeurs; le manque de dignité et de conviction, c’est bien le Président de la Rue Publique qui l’a choisie au mépris de son groupe, parce que se ressemblant. Et, ils ont entraîné le Mali avec eux dans leur déchéance. Maître, savez-vous que les coupeurs de mains des habitants du nord, sont les compagnons de table de IBK, tous les soirs que Dieu fait? Ils n’ont pas besoin d’audience pour Sébéninkoro. Alors que le Général Gamou qui accepté d’énormes sacrifices pour le Mali, n’est pas reçu par cette sorte de Président, depuis deux ans qu’il est au pouvoir, sous le fallacieux prétexte que le Général est un proche de ATT, qu’il faudra désormais insulter pour accéder à son poste. Des hommes de l’acabit de Koita n’ont pas dérogé cette nouvelle règle. Maître, sait-il que certains djihadistes, sont députés à l’assemblée sous les couleurs du Parti majoritaire?. D’autres occupent de grands postes de responsabilité. Pour des coupeurs de mains. Tout ça, c’est au nom de la paix? Est-ce que Maître sait comment fonctionnent les députés au Mali? A part quelques uns, tous sont des prostitués. La transhumance est désormais la règle à l’assemblée. Aucun député n’est à l’hémicycle au nom de son parti. Tous des vendus, sans idéal, comme des girouettes, ils s’offrent direct à la majorité avec dote et colas, armes et bagages. Le plus ridicule dans l’affaire, aucun ne saurait vous dire s’il est libéral, socialiste ou centriste. Il ne savent pas. Ils sont députés, c’est tout. Malheureusement, mon cher Maître, les moyens crasseux ne dérangent plus personne. Vous ne pouvez même pas imaginer comment certains obtiennent leurs postes. Des soient-disant personnalités, que vous êtes loin de soupçonner, passent la nuit dans des anti-chambres, somnolant, attendant d’être reçues par le fils du Président. D’aucuns peuvent patienter, sommeillant jusqu’à cinq heures du matin, retournent chez eux, sans être reçues, et recommencent le même manège,le soir venu, dans la plus grande discrétion, en dépit des sommes inimaginables qu’ils payent pour ces audiences nocturnes. Une vraie rente pour les larbins de l’honorable gosse. Ce n’est plus le Mali des Grands Hommes. Cet ère est terminé. C’est aujourd’hui, le Mali des petits Messieurs, des, minables, des prostitués politiques. C’est celui de ceux qui ont oublié la dignité et leur honneur aux vestiaires, ceux qui ont perdu leur virginité politique. Voici, à quoi ressemble l’homme politique Malien d’aujourd’hui. Un pays où les Parrains Corses règnent en maîtres absolus.

  3. La nomination de Mme Nina Wallet a ete mal pensee du cote du gouvernement.Aucune personne serieuse ne comprend le sens de cette nomination.C’est vraiment donner Mme Wallet plus d’importance qu’elle n’en a.

Comments are closed.