PAPAM : les réalisations financières du PETF 2015 se chiffrent à 9.832.450.849 Fcfa

0

Le Projet d’accroissement de la productivité agricole au Mali (Papam) a tenu la 6ème session  de son Comité d’orientation et de pilotage le mardi 29 décembre 2015 dans la salle de conférence de la Direction des finances et du matériel du ministère du Développement rural. L’ordre du jour portait sur le procès-verbal, l’état d’exécution des recommandations de la 5ème session du Comité d’orientation et de pilotage 2014, le rapport-bilan des activités réalisées en 2015, et le Programme d’exécution technique et financière (PETF) 2016.

Conscient que l’économie du Mali repose essentiellement sur les sous-secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, le gouvernement a signé un accord avec la Banque mondiale, le Fonds international de développement agricole (Fida), l’Union européenne et le Fonds pour l’environnement mondial (Fem), pour mettre  en place le Papam dont l’objectif est d’accroître la productivité chez les petits producteurs et les professionnels de l’agrobusiness dans les systèmes de production et dans les zones d’intervention ciblées. Son objectif environnemental, faut-il le rappeler, consiste à accroître l’utilisation des pratiques de gestion durable de la terre et de l’eau dans les systèmes et zones de production ciblées.

Les activités du projet sont structurées autour de trois composantes. Il s’agit de la composante génération et transfert de technologies et services aux producteurs ; de la composante infrastructure d’irrigation et de la composante approche programmatique et suivi sectoriel. Depuis mars 2013, s’est ajoutée une nouvelle composante consacrée au financement du programme d’Adaptation de l’agriculture paysanne  (Asap). Mise en œuvre à travers le Fida, l’objectif de cette composante est d’améliorer la résilience des petits producteurs ruraux et des écosystèmes ciblés face aux changements climatiques, à travers la mise à disposition d’approches, de technologies et des services innovants.

Selon le Secrétaire général du ministère du Développement rural, Daniel Siméon Kélema, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de la session, la mise en œuvre du Papam, démarré en 2011, a été perturbée par la crise politico-sécuritaire de 2012. Il dira que nonobstant ces perturbations, il est réconfortant de constater que le projet contribue déjà à la sécurité alimentaire du Mali avec l’aménagement et l’exploitation des bas-fonds, des périmètres irrigués villageois, des périmètres maraîchers, et le commencement du programme d’insémination artificielle et d’autres activités.

La réalisation de ces activités a permis de relever le taux de mobilisation des ressources (décaissements et engagements) à 74 % pour le prêt Ida ; 29,8% pour le don Fem ; 56,54% pour le Fonds Fida (prêt) et 29,16% pour le Fonds don Fida/ Asap.

S’agissant du Programme d’exécution technique et financière (PETF) 2015, il ressort du bilan que les réalisations financières se chiffrent globalement à 9.832.450.849 Fcfa, soit 76,82% du budget révisé. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt, au fil de sa mise en œuvre, le Papam a fait face à de nombreuses difficultés. Il s’agit, entre autres, de la faible qualité des sous-projets ; de la difficulté de mobilisation des contributions des bénéficiaires ; de la passation des marchés ; du niveau de suivi insuffisant des sous-projets.

Notons que les planifications opérationnelles futures du projet devraient viser, entre autres, l’aplanissement de ces difficultés. C’est pourquoi, dans le but de parachever les activités en cours et d’assurer l’atteinte des résultats attendus, le gouvernement du Mali a proposé à la Banque mondiale une prolongation de deux ans de la période d’exécution du prêt Ida.

Le Secrétaire général du ministère du Développement rural a remercié, au nom du gouvernement, l’ensemble des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Mali dans son processus de développement, notamment dans le secteur du développement rural.

Diango COULIBALY

PARTAGER