Probable arrivée de Wagner au Mali : Le Premier ministre qualifie implicitement le projet de « Plan B »

2

Le jeudi 16 septembre 2021, au cours d’une rencontre à la Primature avec les organisateurs du Forum Bamako et une autre association de la société civile, le Premier ministre, Choguel K Maiga, a, à mots couverts, qualifié le projet de contrat avec la société militaire privée russe, Wagner de « Plan B ». Il a également dénoncé le comportement de certains partenaires, qui empêchent le Mali d’acheter du matériel militaire. 

Depuis plusieurs jours des informations, faisant état de la probable signature d’un contrat entre le gouvernement malien et la société militaire privée russe, Wagner, sont relayées par la presse. Ces informations ont provoqué une vive réaction de la France, qui a des troupes sur le sol malien depuis 2013 dans le cadre de la lutte antiterroriste. « La présence de mercenaires russes au Mali sera incompatible avec la présence européenne », prévient Jean Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères.  Après plusieurs jours de silence, la première réaction des autorités maliennes est venue du Premier ministre, Choguel K Maiga, qui profitant d’une rencontre le jeudi dernier, a évoqué ce projet de signature de contrat sans citer la société Wagner.

Selon le Premier ministre, des partenaires du Mali ont changé un peu leur politique après le changement du 18 Août 2020. « Il y a des partenaires qui ont décidé de quitter le Mali pour se replier dans d’autres pays. Il y a des zones abandonnées qu’il faut occuper aujourd’hui car on ne peut pas laisser le vide. Les forces ne suffisent pas et ce qui amène une dispersion des forces », a-t-il affirmé.

« Nous sommes obligés de nous interroger de la même façon dont les partenaires ont décidé de quitter certaines localités, s’ils décident désormais de quitter, qu’est-ce qu’on fait ? On est obligé de s’interroger. Est-ce qu’il ne faut pas avoir des plans B d’autant plus qu’on a vu des pays où on a lâché pu les gens se sont trouvés seuls. C’est cette réflexion qui conduit à des débats aujourd’hui et on nous accuse de vouloir changer de stratégie », souligne Choguel K Maiga.

Dans son intervention le Premier ministre a dénoncé le comportement de certains partenaires du Mali en déclarant : le président a simplement dit à la CEDEAO qu’on ne peut pas dans une situation où on apprend qu’il y a une attaque quelque part, on a un hélicoptère qu’on veut utiliser pour aller on nous l’interdit aux motifs que c’est une zone d’entraînement d’autres forces partenaires. Cette situation ne peut pas continuer, c’était par le passé mais aujourd’hui on ne peut pas continuer dans ça, c’est très clair.

On ne peut pas, indique Choguel K Miga, nous interdire d’acheter le matériel avec un pays si on a un accord parce qu’un autre (pays) ne veut pas. On ne peut pas continuer dans ça, c’est très clair.

On ne peut pas nous empêcher d’envoyer des gens être former dans un pays donné parce qu’un pays ne veut pas et ce, d’autant plus qu’au départ, l’intervention des forces internationale était justifiée par trois raisons : premièrement détruire le terrorisme, deuxièmement aider l’état malien à étendre son autorité et sa souveraineté sur l’ensemble du territoire, troisièmement appliquer les résolutions des Nations unies.

« Le terrorisme s’est étendu, l’autorité et la souveraineté de l’Etat ne sont pas restaurées partout, les résolutions des Nations unies changent chaque année. La dernière, c’est celle qui devait passer il y a deux semaines. Le Mali a refusé l’augmentation du contingent de la MINUSMA parce que cela a été fait sans nous », ajoute-le Premier ministre.

Et de préciser « d’habitude ça se fait sans le Mali mais cette fois-ci nous avons dit qu’on n’est pas d’accord, donc on a dit à notre ambassadeur de s’opposer. On ne peut pas augmenter le nombre d’éléments de la MINUSMA sans savoir pourquoi, qu’est-ce qu’ils vont faire et qu’on discute. C’est ce qu’on a fait depuis neuf ans. Tout cela, on va vers d’autres horizons. Je l’ai dit dans mon discours à la place de l’Indépendance le 4 Juin alors que je n’étais pas investi par le président sa confiance. J’avais dit très clairement qu’il faut la possibilité de regarder vers d’autres horizons, qu’on élargisse d’autres possibilités de coopération pour maîtriser notre défense nationale ».

A. SOW         

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. In this matter of security good governance in Mali absolutely need take position of what did you do for me today that solved my security problems not what you did for me yesterday or day before that did not solve my security problems ?
    Unfortunately Europe did not do enough plus in best interest of future relations should not be so ” thin skinned” as to be offended by Mali plus likely Sahel nations doing what will quickly plus lastingly solve security problems. Rumors of why Europe was unable to fulfill need plus obligation agreed to by stupid IBK are irrelevant. Fact those conditions were not fulfill plus have created forever war under Global Warming is far beyond adequate cause for Mali to pursue other means of fulfilling security needs.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here