Mali: Robex inaugure sa première mine d’or d’une capacité de 11 tonnes

2

La mine d’or de Nampala(région de Sikasso) a été inaugurée ce vendredi 29 mars 2019. Avec une réserve prouvée de 350 000 onces, soit 11 tonnes d’or sur six ans, cette mine d’or a deux particularités. Les travaux ont été officiellement lancés par la ministre des Mines et du pétrole, LelentaHawa Baba Ba.

Latoute nouvelle et première mine de Robexest située dans le village de Nampala, à 335km de Bamako, à cheval sur les communes de FinkoloGanadougou et N’Tjikouna. Aux dires d’Abdel Kader Maïga, Directeur pays de Robex, cette mine est le fruit de plusieurs innovations technologiques. Robex, indique-t-il,a su transcender toutes les difficultés techniques et économiques pour assoir sa maitrise des mines à faible teneur et à faibles coûts de production, appelés «lowcost». «Aujourd’hui encore, beaucoup se demandent comment Robex peut exploiter une mine d’or de si basse teneur et imaginer s’en sortir», révèle le chef d’entreprise qui assure que l’expertise développée par son groupe servira le Mali à l’avenir.

Autre particularité de la mine d’or de Nampalaest, selon Abdel Kader Maïga, le fait qu’elle a été à 100% construite par des entreprises maliennes, notamment la société Industrie maliennes pour l’Agriculture (IMAGRI). De plus, ajoute Maïga, la plupart des sous-traitants sont des entreprises maliennes. Autre bonne nouvelle, à la mine de Nampala emploie 600 personnes à temps plein, dont 8 expatriés seulement. Et les perspectives de recrutement sont bonnes. Seulement, explique Maïga aux Maires de FinkoloGanadougou et de N’Tjikouna, on ne récolte pas le lendemain du semis.

Sur le plan environnemental, la société canadienne affirme que des dispositions idoines corroborées par attestation d’huissier et laboratoire indépendant ont été prises afin de prouver de façon indépendante qu’aucun dommage n’est causé aux alentours de la mine. Toujours dans le cadre du respect de l’environnement, Nicolas Ross de Lochounoff, représentant du groupe à Nampala annonce: «Dès 2020, nous construirons une centrale hybride solaire de 6,5 hectares, entraînant une diminution des émissions carbone de 6 300 tonnes par an, et nous avons négocié dès le début le principe du transfert de compétences vers les équipes maliennes».

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Visiblement je me trompe … c’est toujours les blancs qui sont derrière …
    Les nègres francofous refusent de se prendre en mains …

  2. Si cette société Robex est une société malienne, c’est une très bonne nouvelle !!!
    Il est temps que les maliens deviennent riches des richesses du mali !!!

    L’éétat doit virer les sociétés étrangères qui ne paient pas les taxes !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here