Identification des abonnés à la téléphonie mobile : Plus de 5 millions de numéros dans la nature

3
Identification des abonnés d’Orange-Mali et de Sotelma-Malitel : Le Syndicat des télécommunications dénonce l’arrêté du ministre Choguel

Très mécontent  du changement apporté dans la mise en œuvre des sanctions à l’égard des abonnés de téléphonie mobile non identifiés,  le Syndicat National des Postes et Télécommunications (SYNAPOSTEL) a organisé, le samedi 9 avril 2016 à la Bourse du travail, une conférence de presse  pour dénoncer le jeu malveillant du ministre Choguel K Maïga. Un jeu qui consiste à modifier les délais du début d’application des sanctions à travers d’un deuxième arrêté qui viole le premier. La Conférence de presse aminée par Seydou Diarra, secrétaire général de SYNAPOSTEL a eu lieu en présence de M. Idrissa Coulibaly, membre du SYNAPOSTEL, de M. Aboubacar Diako ainsi que de plusieurs personnalités.

 

Aux dires du Secrétaire général du SYNAPOSTEL, Seydou Diarra, c’est le vendredi 8 avril dernier, que le ministère de l’Economie Numérique et de la Communication a rendu public l’arrêté n° 2016-0 752/ MDNC-SG du 08   avril 2016, portant modification de l’Arrêté n° 2016-12/MENC-SG du 25 Mars 2016,  fixant les modalités d’application du Décret n° 2015-0265/P-RM du 10 avril 2015 fixant les modalités d’identification des abonnés aux services des télécommunications/TIC ouvert au public ». Ainsi, selon  de Seydou Diarra, la prise de cet Arrêté par le ministre Choguel Kokalla Maïga viole le premier Arrêté  en son article 18, en ce sens qu’il réduit les délais de mise en œuvre des sanctions de 3 mois. Selon lui, cet Arrêté vient écourter le délai précédemment de 15 à 12 mois que le premier Arrêté accordait aux abonnés non identifiés.

 

En effet, pour le secrétaire général  du SYNAPOSTEL, si ces mesures venaient à prendre effet ses conséquences seraient  désastreuses sur les populations et pour l’économie du pays. C’est pourquoi, M. Diarra a invité les autorités à s’en tenir au premier Arrêté.

A ce jour, dit-il,  plus de 5 millions d’abonnés non identifiés sont dans la nature et les deux opérateurs Malitel et Orange-Mali n’ont pu identifier  jusque là chacun  respectivement que 60% et 70% de ses clients. Pour les syndicalistes du SYNAPOSTEL, les mesures de sanctions  de l’Arrêté de modification n° 0752/MENC-SG du 08 Avril 2016 consiste à priver les abonnés non identifiés de passer des appels et d’envoyer des messages pendant un premier délai de deux mois pour ensuite être rayés de la liste des deux opérateurs après un second délai d’un mois. Seydou Diarra et ses compagnons disent ne pas écarter la possibilité d’une prochaine rencontre avec la presse au cas où leur  avis ne serait pas pris en compte.

Mamadou Dolo

[email protected]

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Les non identifiés ne sont que des numéros vendu en promotion (le danger même de la situation), et je regrette que l’état autorise toujours ces ventes de promotion de puces; c’est dommage.

Comments are closed.