Bolloré au Mali : Une autre forme de colonisation !

5

Appelé hier SDV ou encore SOCAPAO, Bolloré-Mali emploie plusieurs nationalités en majorité des Français expatriés et des Maliens. Aujourd’hui, en cette période de crise au Mali, il est chargé des opérations de Logistique et de transit des forces Barkhane et une partie de la MINUSMA. Dans l’accomplissement de cette mission qui n’a d’autres buts que de sucer le sang des Maliens, il entretient des relations avec certaines autorités maliennes intervenant dans la gestion de la crise. Comme pour leur dire “Bienvenue à la recolonisation “. Car, avec l’équipe actuelle de Bolloré, c’est une nouvelle forme de colonisation introduite et maintenue par ce groupe français au Mali comme mode de gestion. De sources concordantes, bien vrai que la cheville ouvrière soit assurée par les Maliens comme sous d’autres temps passés, mais la gestion est assurée par des Français.
Implantée au Mali bien avant l’indépendance, c’est-à-dire dans les années 1954, l’entreprise s’est abonnée aux profits colossaux d’année en année malgré qu’elle n’ait aucune capacité d’entreposages. Aussi, le gros du travail est effectué par les Maliens au moment où les expatriés français se promènent dans les voitures de luxe et logés dans les quartiers convoités de Bamako comme Badalabougou, à la Cité du Niger, dans les berges du fleuve dont les frais de location mensuelle atteignent deux millions de nos francs. Sans compter les frais d’électricité, de téléphone, de voiture, de scolarité des enfants dans le Lycée français Liberté A, etc.
Aujourd’hui, le hic, est que ces expatriés qui viennent souvent pour se reposer bénéficient de toutes sortes de privilèges et ne sont malheureusement pas plus qualifiés que les Maliens qui n’ont aucune promotion, aucune considération  à travers un syndicat nourri par la caisse de la Direction.  A l’entreprise Bolloré au Mali, les Maliens n’ont pas droit à une promotion, avons-nous envie de dire. Les  plus engagés sont  toujours mis en  la porte selon le système d’un contrat travail annuel arrêté  à cet effet.
Le Directeur français, nommé récemment, se rend chaque week-end à Dakar afin de passer de merveilleux moment en compagnie de sa famille. Ce voyage est aussi à la charge de la société. Alors que les Maliens ne peuvent même pas subvenir aux besoins primordiaux de leur famille. Un clan mafieux qui dirige Bolloré-Mali et qui n’a aucun scrupule, et encore moins de morale comme en attestent ses relations troubles avec toutes les parties prenantes à la crise du Mali.
Les travailleurs maliens sont les moins payés du groupe présent à travers toute l’Afrique. Pourtant l’entreprise Bolloré réalise ses plus grands profits au Mali, beaucoup plus élevés que ceux d’autres pays. Malheureusement, la cheville ouvrière malienne n’en profite point. Pour preuve, certains salariés ont moins de 100 000 Fcfa par mois dans ce groupe international qui n’offre même pas une cantine subventionnée à ses employés. Inhumain !
Le fruit du travail des Maliens est partagé uniquement entre l’actionnaire majoritaire Vincent Bolloré, les expatriés français et d’autres nationalités qui dirigent l’entreprise. Aussi, des miettes sont données à quelques Maliens afin qu’ils prennent en otage le comité syndical qui n’existe d’ailleurs que de nom. Car, tout est dirigé par la Direction Générale. Bolloré-Mali est un géant au pied d’argile qui n’a aucune capacité d’entreposage, loue les bases Minusma avec un richissime malien. Par la suite, ces locaux loués sont mis à la disposition des clients. D’ailleurs, le richissime malien verse des retro commissions à l’équipe dirigeante comme en atteste la splendide villa offerte au responsable de l’entreposage de Bolloré sise à Kabala.
De sources sûres, l’entreprise Bolloré-Mali entretient également des relations douteuses avec un ressortissant du Nord  dénommé Ben…. Ce qui lui permet de traiter aussi certaines opérations au Nord du Mali afin de renflouer la caisse. Comme on le dit, Bolloré est dans toutes les sauces et ne recule devant rien pour sucer le sang malien. Voilà une autre forme de colonisation de notre pays, le Mali. Pour combien de temps ? Wait and see !

Youssouf SANGARE

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Je vois que tout le monde prend l'escroc Bolloré pour un Dieu; demandez aux employés de la SOCAPALM s'ils vivent avec clim et tel mobiles! Mais le jour Bolloré comme Sarkozy viendra.
    A bon entendeur salut!

  2. C’est du grand n’importe quoi… Ce journaliste est à des années-lumière des réalités de ce pays. Encore un qui croit que ce qu’il pense est la vérité. Pauvres Maliens !

  3. journaleux idiot ,les expatriés vivent dans les quartiers chics et recherchés ,çà t’étonne ????? tu voudrais les loger dans des cases en banco dans ton village ❓ ❓ ❓ :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Ensuite si Bolloré s’occupe du transport du matériel militaire de Barkane et de la MINUSMA ,c’est qu’en presque 60 ans aprés avoir été libétés de la colonisation tu voudrais y revenir ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ tu es tombé sur la tete çà nous a couté trop cher ces conneries et la paresse fait que rien n’a bougé au Mali ,la preuve ,les chinois vont reconstruire la voie ferrée Bamako Dakar que vous avez laissez pourrir !!!!! as tu une idée du salaire qu’ils vont vous donner ????? le smic français sans doute 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.