Pour dénoncer la mise en place du nouveau bureau du Conseil Malien des Transporteurs (CMTR), les transporteurs routiers entameront à partir du mercredi 23 mai plusieurs actions à travers le pays.

1

Les transporteurs routiers pointent un doigt accusateur vers le ministre des transports qui a validé un bureau issu d’une élection illégalement convoquée. En effet, le Décret N° 04-359/P-RM du 8 septembre 2004 qui fixe l’organisation et les modalités de fonctionnement du conseil Malien des Transporteurs Routiers stipule, entre autres, dans sa section 4 relative au régime électoral, que sont électeurs les membres du conseil Malien des Transporteurs Routiers qui remplissent les conditions. Le président du CMTR, est élu pour 5 ans. Elu le 17 avril 2007 et son mandat devait finir en 2005, mais suite eux évènements de 2012, son mandat s’est prolongé jusqu’à nos jours. Le 27 avril 2015, il y’a eu des nouvelles élections, pour le renouvellement des Assemblées Consulaires, élections qui ont été contestées. Le contentieux sur ces élections consulaires de 2015, n’ont jusqu’à présent pas été totalement vidés, nous indique, M. Coulibaly. Toute chose qui a retardé la mise en place du bureau du CMTR. Le président sortant du CMTR, Youssouf Traoré, non moins PDG de la compagnie « Bani Transport » en violation des textes, et avec le soutien du département a mis en place un bureau illégal ne respectant pas les textes régissant les élections du bureau. Cette violation nous a été dénoncée par M. Siaka Oumane Coulibaly, membre consulaire qui conteste le nouveau bureau du CMTR, présidé à nouveau par Youssouf Traoré. Pour l’orateur, les textes ont été violés sur toute la ligne. Il dira que selon l’article 13 du décret 359 P-RM du 8 septembre 2004 les textes, c’est le ministre qui convoque le collège électoral. En décembre 2014, le ministre a pris l’arrêté 34-80 pour l’élection des membres de l’Assemblée Consulaire et du Bureau. A partir de ce arrêté, le ministre a pris une décision pour organiser les élections des Assembles consulaires. Il devait prendre une autre décision pour mettre en place les membres du bureau, ce qui n’a pas été fait par l’actuel ministre. Contre toutes attentes, c’est le président du bureau sortant qui a convoqué le collège électoral, contrairement aux textes. Il se trouve dans la présente élection, une tendance qui un candidat favoris n’a même pas été conviée à l’élection. Le président du bureau sortant s’est en réalité fait soutenir par le département de tutelle qui a écarté cette tendance. Le département a, à la dernière minute laissé le soin au président sortant Youssouf de convoquer le collège et d’organiser les élections, chose qui devait relever du département conformément aux textes. Youssouf Traoré pouvait seulement convoquer l’assemblée consulaire pour valider ses rapports d’activités ou son budget. Il ne peut nullement convoquer le collège électoral qui est du ressort du département de tutelle. Or dans la convocation faite par le président sortant il est prévu les élections, l’adoption du règlement intérieur, et l’adoption du budget 2018. L e département de tutelle a fermé les yeux sur cette irrégularité et a laissé faire. Le président sortant Youssouf Traoré a donc organisé des élections avec la bénédiction du ministre des transports. Pire dans cette affirme, le département de tutelle a laissé violé un décret pourtant signé par 7 ministres de la République. Les transporteurs routiers floués disent ne pas reconnaitre ce bureau fantoche mis en place avec la bénédiction du ministère de tutelle. Ils jurent de frapper fort dans les jours à venir pour se faire entendre. Donc, ce qui est sûr, dans les jours les transporteurs les plus sérieux qui sont du côté de la dissidence risquent de paralyser le Mali, par une grève des gros porteurs.

A suivre donc…

Abdoulaye Koné

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.