En un mot : Le Premier ministre face à lui-même

1

Si le remaniement de vendredi a été largement perçu comme un non événement, ce n’est pas du côté des proches du Premier ministre.

A nos confrères de l’AFP, l’un d’eux s’est acclamé qu’”il fallait mettre de l’ordre dans l’équipe. C’est notamment pour cette raison que les deux ministres (Mamadou Igor Diarra et Bocary Tréta en) sont partis”.

Donc, Modibo Kéita a été conforté par le président de la République qui met ainsi dans la balle de son camp et fait définitivement de lui le seul capitaine à bord d’un gouvernement qui ne jouit plus du soutien des Maliens et qui n’a plus droit à l’erreur dans un contexte marqué par la détérioration des relations avec les mouvements armés qui refusent de “rentrer dans un gouvernement” incapable de respecter l’accord de paix.

En tout cas, d’ici juin où il est annoncé partant, Modibo Kéita joue désormais gros, voire très gros.

DAK

PARTAGER

1 commentaire

  1. Il faut qu’IBK retienne que l’instabilité gouvernementale est un facteur limitant pour la performance du régime, les ministres qui durent au gouvernement son plus performants en terme de résultats probants pour le développement du pays. Le PM actuel semble une personne sage et calme, quiconque ne peut pas travailler avec des hommes de la sorte doit se dire que la faute vient d’eux même. En juin, on sera à moins de deux ans les prochaine échéances électorales, je me demande que fera comme résultats le PM qui sera à la commande de l’appareil gouvernemental? Il faut que les futurs dirigeants de ce pays puisse intégrer cet aspect dans les actions futures du régime. Qu’Allah le tout puissant protège et aide le Mali.

Comments are closed.