Après avoir obtenu le transfert des écoles de Collège Horizon à la fondation Maarif : Le régime Erdogan aux trousses de l’ancien encadrement !

1

Au bout d’une forte pression maintenue sur le gouvernement malien, le régime du président Turc, Recep Tayyip Erdogan, est finalement arrivé à son objectif : avoir le contrôle des écoles de Collège Horizon créées dans notre pays et jusque là dirigées par un encadrement essentiellement composé de partisans du prédicateur Fethulla Gûllen, principal opposant du président turc.

-Maliweb.net- Tenant Fethullah Gûllen pour principal commanditaire du coup d’Etat (avorté) de l’année dernière, le régime Erdogan a décidé de livrer, à travers le monde, une lutte sans merci contre tous les partisans de celui qu’il accuse d’avoir tenté de le renverser. Le transfert de la direction des écoles de Collège Horizon à un nouvel encadrement à travers la Fondation Maarif contrôlée par Ankara, procède d’un plan savamment orchestré par le régime Tayyip Erdogan, pour affaiblir financièrement le mouvement Hizmet de Fethulla Gûllen et le réduire au silence.

Privés de travail mais également…de passeports

Après cette première victoire avec le contrôle des écoles de Collège Horizon, (qui deviennent désormais écoles Fondation Maarif) le pouvoir turc n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Il cherche à présent à obliger ces militants du mouvement Hizmet, visant au Mali, à rentrer en Turquie où une chasse systématique est livrée aux partisans et sympathisants du prédicateur  Fethullah Gûllen ; Lesquels remplissent actuellement les prisons Turques depuis le coup d’Etat avorté de l’année dernière. C’est ce triste sort qui vise malheureusement tous les membres de l’ancien  encadrement du Collège Horizon, qui ont actuellement un souci : ils n’ont plus de papiers en règle au Mali. La date de leurs passeports étant arrivée à expiration, le pouvoir turc leur refuse catégoriquement la possibilité de renouveler leurs papiers. Conséquence ? Ils n’ont plus la possibilité de voyager et restent bloqués au Mali où ils vivent présentement dans une grande détresse. Tout leur espoir (aujourd’hui) est de bénéficier de la compréhension des autorités maliennes, en particulier le chef de l’Etat IBK, dont ils demandent le soutien pour les accepter au Mali contre leur rapatriement qui équivaut, selon eux, à leur envoie direct en prison. «Quelque 1800 personnes, y compris 750 officiers de police et 80 soldats ont été mis en prison ces deux dernières années dans le cadre de la lutte contre le mouvement de Fethullah Gülen» selon l’agence de presse turque Anadolu

Le mouvement de Fethullah Gülen, faut-il le préciser, prône un mélange de mysticisme soufie et d’harmonie entre les gens basé sur l’islam. «Son enseignement d’un islam ouvert à l’éducation et aux sciences ainsi qu’au dialogue interreligieux lui vaut des millions d’adeptes mais aussi les suspicions des défenseurs de la laïcité en Turquie».

Papa Sow

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. S’ils se sentent persécutés et mis en danger par leur propre État, qu’il fasse la demande de réfugiés. Paradoxale que les passeports d’eux tous soient arrivés à expiration au même moment que leur école (entreprise) est dissoute.

Comments are closed.