Institut Universitaire de Gestion (IUG) : Les cours se déroulent normalement après quatre mois de grève

0

Les cours se déroulent dans la quiétude, pas de débrayages, les bourses des étudiants tombent régulièrement, les professeurs et les étudiants se réjouissent des actes de bonne foi  posés par le nouveau directeur de l’institut, Dr Badra Macalou, pour la stabilité, l’apaisement au sein de l’institut même si les enseignants regrettent qu’aucun des points issus de l’accord entre le Comité exécutif national du Syndicat national de l’enseignement supérieur (Cen-Snesup) et le gouvernement n’a été résolu. Ce sont entre autres constats qui se dressent au sein de l’Iug  aujourd’hui, après quatre mois de grève. Notre reportage.

Contrairement à d’autres facultés ou grandes écoles qui sont en vacances, l’IUG est activement en pleine année scolaire. Cela se voit de visu en faisant un tour à l’institut. Le 8 août 2016, il est 8 heures. La cour qui était pleine d’étudiants se désempli. Ils (étudiants) ne sont pas rentrés à la maison, mais en classe, suivre les cours qui prennent fin à 17 heures  pour les réguliers. «Depuis la reprise, nous partons vite, pas de temps à perdre. On s’active tous à boucler l’année. Je pense qu’à ce rythme, nous parviendrons à atteindre notre objectif de sauver l’année scolaire», déclare avec joie Diakaridia Doumbia, étudiant en  licence  dans la filière gestion des entreprises.  Il est soutenu dans sa réflexion par le secrétaire général du comité Aeem de l’IUG, Hamidou Sanogo dit «JPP». Ce dernier s’est réjouit qu’ils aient regagné les classes, avant d’apprécier le bon déroulement des cours. «Nous n’avons pas de problèmes présentement. On souhaite que les choses continuent comme ça pour éviter d’autres blocages après quatre mois dehors. Nous encourageons le nouveau directeur dans sa politique de communication avec tous les acteurs de l’institut pour sa bonne marche. Concernant les bourses, des camarades ont été omis. Mais des dispositions ont été prises qu’ils soient mis dans leur droit.», indique Hamidou Sanogo.

Du côté du comité Snesup de l’IUG, l’optimisme est de mise. Selon le secrétaire à relations extérieures du comité Snesup, Alassane Sidibé, même si les points pour lesquels la grève illimitée a été suspendue, le Snesup de l’IUG n’a pas encore eu de réponse satisfaisante concernant le paiement des heures supplémentaires et la compensation financière des mois d’août et septembre 2016.  D’abord, souligne Alassane Sidibé, les enseignants ont décidé de poursuivre les cours en espérant que lesdites sommes seront payées. «On fait cela parce qu’on fait confiance à la bonne foi du nouveau directeur, le Cen-Snesup, et du nouveau ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Cet espoir se fonde sur le fait qu’ils avaient voulu bloquer encore les salaires de mois de juillet, mais notre direction, le Cen Snesup, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique se sont impliqués pour débloquer la situation», explique Alassane Sidibé. En dehors de cela, poursuit-il,  le nouveau directeur général a, à son arrivée posé des actes de stabilité, d’espoir en rencontrant d’abord tous les acteurs de l’institut (chef de département,  corps professoral, comité syndical, Aeem, le personnel administratif et technique, le personnel d’entretien et de gardiennage). Après avoir recueilli les préoccupations et suggestions de tout le monde, dit le syndicaliste, il a présenté une feuille de route en cinq axes majeurs: la gestion de crise, la gouvernance et le leadership, la capitalisation des acquis partagées , la relance, la stabilité et le développement de l’IUG , la poursuite des chantiers entrepris par ses prédécesseurs.

Le comité Snesup de l’Iug pense, conclu Alassane Sidibé, qu’il faut accompagner le nouveau directeur dans sa feuille de route. Car, dit-il,  le syndicat avait un problème avec le rectorat pour le paiement des salaires des cours du soir. Avec le rectorat, poursuit Sidibé, on avait à peine nos salaires des cours du soir à la fin du mois. Mais dès l’arrivé du nouveau directeur, il a anticipé sur cette situation qui n’est plus qu’un mauvais souvenir pour nous.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

PARTAGER