Enseignement à distance : Pourquoi ça va consolider nos pratiques éducatives

1

On y est désormais : la formation à distance sera ancrée dans notre système éducatif. Telle est la vision du ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr. Mahamoudou Famanta, que rien, ni aucune critique malsaine, ne pourra faire changer d’optique, convaincu qu’il est que l’enseignement à distance est un moyen sûr, efficace et pérenne d’élargir les offres éducatives au service de l’apprenant.

Tout le monde le sait: c’est la fermeture des classes, suite à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19, qui a amené les autorités scolaires à mettre en place le dispositif de la formation à distance. Si avec la menace de la maladie, la continuité pédagogique sera assurée par les cours à la télévision, la radio et autres supports de communication, il est certain que la formation à distance, elle, va s’inscrire dans la durée, en ce sens que c’est une approche qui viendra consolider nos pratiques éducatives, en nous permettant d’être en phase avec le reste du monde.

Voilà pourquoi, pour certains avis très éclairés, si ce système de la formation à distance n’existait pas, il fallait le créer. Heureusement d’ailleurs qu’il existe, même au Mali qui l’a pratiqué dans le passé, à travers plusieurs expériences qui n’ont pas malheureusement fait tâche d’huile.

Aujourd’hui, avec la nouvelle expérience en cours, où avec l’accompagnement de l’Ortm et de plusieurs partenaires de l’école, on voit des cours diffusés sur la chaine nationale, il s’agit, pour le contexte actuel, d’assurer la continuité pédagogique pendant la période de fermeture des classes, pour cause de maladie, mais, dans un futur très proche, d’implanter ce dispositif dans le système éducatif du pays.

C’est d’ailleurs pour cela qu’au niveau du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, un dispositif huilé, pour chaque ordre et type d’enseignement, a été mis en place, comprenant des comités pédagogiques, chargés, de ce fait, de la production des ressources pédagogiques.

En fait, c’est toute une philosophie qui sous-tende l’élaboration et la conception de ces ressources pédagogiques qui sont réalisés par des professeurs chevronnés, expérimentés et aimant follement leur métier. Selon de sources crédibles, ces cours, ainsi travaillés, avant qu’ils ne soient diffusés sur l’Ortm, bénéficient d’abord de l’avis technique d’experts qui valident le produit fini. On le voit bien, en dehors d’un tel contexte, les cours dispensés en classe le sont par des professeurs individuels, lesquels prennent l’initiative éducative, tout seul, en aucun apport extérieur, susceptible d’enrichir la matière dispensée.

Sans aucun doute, du point de vue de l’apport pédagogique, ces cours, sortis des griffes des comités pédagogiques, sont nettement plus améliorés et donc plus aptes à renforcer les aptitudes pédagogiques et académiques des apprenants.

Selon plusieurs observateurs, adeptes déterminés de la formation à distance, par ce biais d’élargissement des offres éducatives, n’importe quel élève, au Mali, à n’importe quel coin du pays, à travers une telle offre minimale d’éducation par la télévision, la radio, Internet, du téléphone (WhatsApp), peut disposer, sur place, des meilleurs cours, émanant des meilleurs professeurs de son pays et voire même au-delà.

Voilà un bonus qu’apporte la formation à distance qu’il convient absolument de consolider, au grand bénéfice des apprenants, lesquels ont besoin d’améliorer ainsi le niveau, jugé très faible par tous les analystes sérieux des arcanes scolaires. Dans le même temps, pour les élèves des contrées éloignées des centres urbains, pour lesquels on se plaint de la fracture numérique, la production des supports physiques, réalisés sur le quitus des comités pédagogiques, devra permettre aux élèves de ces contrées éloignées de disposer de ressources conséquentes pour renforcer leur niveau.

Comme la formation à distance a de beaux jours devant elle dans notre pays, où l’option est désormais prise de généraliser cette nouvelle offre éducative au profit de tous les apprenant.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Très bien. Mais n’est-il pas mieux de faire appel aux professeurs expérimentés et autres inspecteurs retraités pour apporter leur contribution ? L’enseignement à distance n’est pas l’enseignement normal avec interactivités d’une part, et on peut ne même pas avoir l’image du maître en classe d’autre part. C’est la progression détaillée du module qui est importante. Or ce n’est pas le cas dans les “prestations” que je vois à la télé.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here