IPR/IFRA de Katibougou : Les étudiants ont marché hier

0

Pour s’insurger contre les conditions d’apprentissage et d’équipement du Campus universitaire, la coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) de l’Institut polytechnique rural/Institut de formation et de recherche appliquée (IPR/Ifra) de Katibougou ont marché hier sur le gouvernorat de Koulikoro.

 

Le bras de fer entre l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) de l’IPR/Ifra de Katibougou et la direction générale a atteint son point culminant. Après l’exécution de leur mot d’ordre de grève, les étudiants ont sonné hier la mobilisation générale au gouvernorat de la région pour exiger la prise en compte des doléances.

Quatre points étaient à l’ordre du jour : l’insécurité dans le milieu universitaire, le retard dans le paiement des allocations sociales, la pénurie d’eau et l’amélioration des conditions d’hygiène dans le campus.

Le secrétaire général du comité AEEM, Seydou Diallo, joint par nos soins, a fait savoir que les tentatives de dialogue initiées par l’AEEM depuis le 30 avril ont échoué. Après trois mois de vacances et deux mois de cours, les étudiants omis de l’année dernière sont toujours privés de leur droit.

“Nous en avons assez de l’administration ! Rien ne marche dans cette université, pourtant considérée comme une référence. Nos conditions de travail sont désastreuses. Le Campus universitaire n’a pas d’éclairage“, peste M. Diallo.

Et d’enfoncer le clou : “Les reproches des étudiants sont fondés. Les conditions de vie sont nulles. Nous ne pouvons pas cautionner cette attitude. Nous restons toujours dans la légalité pour revendiquer. C’est pourquoi nous allons en grève illimitée jusqu’à la prise en compte de nos revendications”, a déclaré M. Diallo.

Le secrétaire général du comité AEEM souligne que l’itinéraire pour le gouvernorat était pour informer le chef de l’exécutif sur les réalités de l’IPR/Ifra, qui a promis de faire le point au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Bréhima Sogoba

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER