AIGE : La sentinelle des élections !

0

L’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE) est le nom de l’Organe chargé de l’organisation des élections. Sa création avait été annoncée, en septembre 2021, à la clôture d’une table ronde sur les Assises nationales de la Refondation. L’AIGE est donc appelée à jouer la mission de sentinelle lors des futures élections. Cet organe dirigé par un éminent avocat, Me Moustapha Cissé, est déjà à pied d’œuvre en vue d’entamer sa mission.

Ses membres ont été nommés le 5 octobre 2022 par  le président de la transition, le colonel Assimi Goïta. L’AIGE est compose de 15 membres : 3 représentants du Chef de l’Etat, un représentant du Premier ministre, 2 représentants du Conseil National de Transition, 1 représentant du Haut Conseil des Collectivités, 1 représentant du Conseil Economique, Social et Culturel, 4 représentants des partis politiques et 3 représentants de la Société civile. Le mandat des membres de l’Organe Unique est  fixé à 7 ans non renouvelable.  Ils élisent à leur sein le président. Ce qui été fait le vendredi 28 octobre en la personne  du bâtonnier Me Moustapha Cissé.

L’Organe sera unique dans la gestion centralisée des opérations électorales. Il (AIGE) a pour missions, l’organisation et la gestion de toutes les opérations référendaires et électorales.
À ce titre, elle est chargée de la confection, de la gestion, de la mise à jour et de la conservation du fichier électoral, de la réception et de la transmission des dossiers de candidatures relatifs aux élections des députés à l’Assemblée nationale, des conseillers nationaux et des conseillers des collectivités territoriales, des opérations de dépouillement des bulletins de vote, de recensement des votes, de centralisation, de la proclamation, de la publication des résultats provisoires des scrutins par bureau de vote et de la transmission des procès-verbaux. Mais aussi de la gestion des observateurs nationaux et internationaux, de l’acheminement des procès-verbaux des consultations référendaires, présidentielles et législatives accompagnés des pièces qui doivent y être annexées à la Cour constitutionnelle.

En outre, l’AIGE est chargée de la centralisation des résultats des consultations électorales communales, régionales, des cercles et du District de Bamako et la conservation des procès-verbaux, du suivi et de la supervision de la révision des listes électorales à l’occasion des opérations référendaires et des élections dans les conditions prévues par loi.

Elle s’occupe, par ailleurs, de la confection, de la personnalisation, de l’impression et de la remise des cartes d’électeurs biométriques à l’occasion des opérations référendaires et des élections, du suivi de la campagne électorale, des opérations de délivrance des procurations de vote, du suivi du déroulement des opérations de vote, de l’élaboration de son budget annuel de fonctionnement et du budget des consultations référendaires et électorales, etc.

C’est un Organe de l’Etat qui bénéficiera du support nécessaire de toutes les entités de l’Etat qui ont toujours contribué à la réussite des processus électoraux notamment les ministères chargés de l’Administration Territoriale, de la Justice (à travers les Cours et Tribunaux, la Cour Constitutionnelle), de la Défense, de la Sécurité, de la Communication (à travers le Comité de l’Egal Accès aux Médias), celui chargé des Finances.

Les élections présidentielles et législatives annoncées pour février 2022, ont été repoussées pour mars 2024. Les Autorités de la transition ont ainsi décidé de fixer la durée de la transition à 24 mois, à compter du 26 mars 2022.

Mémé Sanogo

la liste des membres de l’AIGE 

Par le décret N°2022-0609 du 12 octobre 2022, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a nommé les membres du collège de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE).

Pour les représentants des pouvoirs publics, les trois membres choisis par le chef de l’État sont le général Siaka Sangaré, Me Moustapha et Mme Cissé Nana Sanou.

Salia Samaké a été désigné par le Premier ministre.

Brahima Fomba (professeur de Droit public) et Komon Sanou (administrateur civil) sont les représentants du Conseil national de Transition (CNT).

Souleymane Sinayogo (magistrat) est le représentant du Haut conseil des collectivités et Ousmane Traoré a été désigné par le Conseil économique, social et culturel.

Concernant les quatre représentants des partis politiques, il s’agit de:

Mme Oumou Dicko (Rassemblement malien pour le Travail, RAMAT-PARTI RAHMA);

Mme  Dao Hawa Kanté (Alliance malienne pour le travail, AMAT);

Salomon Ongoïba (Alliance pour la promotion et le développement du Mali, APDM) et

Harouna Cissoko (Front uni pour la démocratie et le changement, FUDEC).

Les trois représentants de la Société civile sont Mme Djénébou Diakité (Forsat civile) ; Fily Moussa Kanté (RECOTRADE) et Sékou Coulibaly (Collectif des régions non opérationnelles, CRNOP)

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here