Décharge de Noumoubougou : Le MEADD rassure la population

0
Ousmane Koné

Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Ousmane Koné, a visité le jeudi dernier la décharge d’ordures solides à Noumoubougou dans la région de Koulikoro. Cette décharge devant accueillir les déchets de la capitale inquiète la population de la localité. L’objectif du déplacement du MEADD en compagnie de son prédécesseur Mohamed Ag Erlaf était d’aller rassurer la population sur l’impact environnement et socioéconomique de ce projet porteur d’emplois pour les fils de la localité et environs, aussi de constater de visu le site prêt à accueillir ses premières composantes.

 

Après plusieurs années de contestations et de difficultés liées à l’exécution du projet de la décharge des déchets solides de Noumoubougou, une solution est  en passe d’être trouver pour l’ouverture prochaine de ce site.

L’information a été donnée jeudi dernier par le ministre de  l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Ousmane Koné. Le MEADD, en compagnie de son collègue prédécesseur Mohamed Ag Erlaf, a visité le site fin prêt à accueillir ses premiers chargements d’ordures.

La délégation ministérielle était accompagnée par deux députés de la commission de l’environnement et de l’assainissement de l’Assemblée nationale et d’élus locaux. Etaient également associés les chefs de village de Noumoubougou, Tienfala et leurs conseillers.

Le site est composé deux zones majeurs : la zone de triage et la cellule de confinement muni d’un géo-membrane et géotextile pour l’enfouissement des déchets. A côté de celles-ci, il est érigé un premier bassin pour le stockage et l’évaporation de l’eau de lixiviation provenant de la cellule de confinement.

Il faut noter aussi la réalisation des pistes d’accès, deux bâtiments (pour l’administration et le garage) et un mur de clôture, etc. Le coût de ces réalisations et de leur suivi est estimé à environ 6,4 milliards de F CFA.

Après la visite des installations, le ministre Ousmane Koné a organisé une rencontre avec les chefs de villages. Le chef du département a donné l’assurance à la population quant à l’impact environnemental et social. A l’en croire, toutes les études sommaires et détaillées (techniques, hydrogéologiques et environnementales) ont été réalisées sur financement de la Banque mondiale à travers le PDUD. Et d’avouer que les travaux ont été sanctionnés par l’octroi d’un permis environnemental et un Plan de gestion environnemental et social (PGES).

Il a été question également de l’impact économique de ce projet. Sur ce point, M. Koné a fait savoir que les articles qui seront issus du triage des ordures serviront les usines de fer et de plastique de proximité. Un triage qui pourrait employer les jeunes et les femmes des localités environnantes de la décharge.

Le chef de village de Noumoubougou a fait savoir les inquiétudes de sa population face à l’érection de ce site devant abriter les déchets d’ailleurs. Il a invité le ministre au suivi de près de ce projet pour éviter les dérapages éventuels. Le ministre lui a promis une rencontre future pour peaufiner des plans d’actions de veille de la décharge.

Au représentant de la mairie du district, il a instruit que des dispositions soient prises pour le démarrage des activités sur ce site en vue d’une solution définitive à la problématique des dépôts anarchiques d’ordures à Bamako. Une solution également qui va mettre fin à la pollution du sol, de l’eau du fleuve Niger et la détérioration du cadre de vie, qui constituent une véritable menace pour la santé des populations riveraines du fleuve et l’équilibre écologique dans le fleuve.

Ousmane Daou

PARTAGER