Après six mois de refus d’obtempérer : Le sergent Abdramane Bagayoko se fait prisonnier

    0

    Le sergent de police, Abdramane Bagayoko après six mois de refus d’observer les 7 jours d’arrêt de rigueur, s’est fait prisonnier au Groupement mobile se sécurité.

    Après s’être refusé de se soumettre à la décision de sa hiérarchie qui, lui avait infligé 7 jours d’arrêts de rigueur pour un cas d’indiscipline, le sergent Abdramane Bagayoko, a fini par obtempérer. Le 5 décembre 2018, nous apprenons qu’il est allé se faire prisonnier à l’école nationale de police ce, après près de six mois de rébellion.

    Pourquoi  attendre maintenant ? Lui seul à la réponse.  Cette situation intervient après que le policier ait pollué l’atmosphère au sein de la police. Il a pu braquer son syndicat contre le commissaire de Kalabancoro, Mamadou Mounkoro dans le seul but de le discréditer aux yeux des premiers responsables de la police. Même s’il n’a pu atteindre pleinement, son objectif, le sergent  est qu’à même arrivé à semer le doute dans l’esprit de beaucoup de policiers quant à la nécessité d’exécution des sanctions disciplinaires.

    Pourquoi ce volt face ? Qu’a-t-il entendu pour se plier finalement ? A-t-il été lâché par son syndicat ? La direction de la police a-t-elle décidé de prendre enfin sa responsabilité et d’examiner son cas ? Autant de questions qui taraudent les esprits.

    En juin dernier, le sergent Abdramane Bakayoko a tenu une réunion tard dans la nuit sur le toit d’un des bâtiments du Commissariat de police de Kalabancoro, sans demander la permission de sa hiérarchie (Commissaire principal). Sa hiérarchie lui a donné une demande d’explication et à ses collègues  qui ont participé à la réunion. Au cœur de la réunion : l’appel à refuser de se plier aux décisions du Commissaire principal. Le jeune sergent avait traité le Commissaire Mounkoro de tous les noms. Et de l’accuser de travailler avec les bandits.

    Le commandement, après investigation, a sanctionné Abdramane Bagayoko et certains de ses collègues pour « sept jours d’arrêt de rigueur avec demande d’augmentation ». Des agents sanctionnés, seul M. Bagayoko a refusé de se plier à la décision de son chef sous prétexte qu’il est syndicaliste.

    B Touré

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here