Faits divers, Kati Hèrèmakono : Difficile cohabitation entre frères

    0

    À l’époque nos grands-parents tenaient à ce que tous les membres de la même famille vivent sous le même toit. Histoire de consolider les liens familiaux. En dépit de tout ce qui pouvait survenir, la vie familiale se passait sans grand problème.

    Autre époque, autre réalité. De nos jours, la cohabitation est de plus en plus difficile même entre frères de sang. Le cas présent l’en illustre parfaitement. R et J sont deux frères qui sont nés et ont grandi dans la famille « S », le domicile paternel à Kati-Mission. Depuis toujours, ils ont partagé la cour commune jusqu’à leur mariage respectif. Au début, tout se passait relativement bien entre les deux frères et leurs épouses.

    Mais, il est arrivé un moment où les difficultés de cohabitation ont commencé à se faire sentir. Tous les voisins sont formels sur un fait. Depuis leur mariage, les tensions sont récurrentes entre les deux frères à la maison. Si ce ne sont pas leurs épouses, ce sont leurs enfants qui sont en cause. Ainsi, la famille « S » vivait dans une atmosphère délétère qui n’était pas prête de se détendre.

    Atmosphère familiale délétère- Et à chaque fois qu’il y avait une dispute entre les épouses des deux frères ou leurs enfants, « R » qui est l’aîné trouvait toujours les moyens de défendre sa petite famille aux dépens de celle de son jeune frère. Dans certains cas, il ne cherchait même pas à comprendre.

    Il suffit soit qu’une dispute éclate entre les membres des deux petites familles pour qu’il tranche, sans réfléchir, du côté de la sienne. Et il le faisait sans la moindre gêne. Avec le temps, cette atmosphère invivable semblait s’éterniser dans la «famille »S ». Plus grave, elle était connue de tout le voisinage. Tout récemment, le jeune frère est revenu d’une course en ville.

    Il a trouvé que ses neveux avaient verrouillé les battants de la porte de la maison commune. À l’intérieur, ils étaient en train d’en découdre durement avec ses enfants. Le jeune homme est parvenu, non sans difficulté, à accéder à la cour. S’il faut croire aux explications faites aux policiers, il semble que c’est l’aîné de ses enfants qui aurait éclaboussé sa tante (l’épouse de son grand-frère) avec de l’eau usée.

    C’’était suffisant pour que cette dernière s’acharne sur ses enfants. Pour leur faire payer l’acte que le garçon lui a fait, elle a ordonné à ses propres mômes de verrouiller le portail d’entrée de la cour commune. Puis, leur aurait enjoint l’ordre de corriger les enfants de son beau-frère comme s’ils n’étaient pas les siennes.

    Les choses pouvaient s’arrêter là, si son époux n’avait tranché encore en sa faveur. Une fois informé, sans réfléchir par deux fois, il s’est rangé du côté de ses enfants comme dans ses habitudes. Et sa réaction a été verbalement violente pour le garçon fautif.

    Excédé par le comportement de son grand frère, « J » n’a eu d’autres solutions que d’aller porter plainte contre lui. Au commissariat de police de Hérémakono (Kati), c’est le lieutenant Seydou Sininta qui a hérité du dossier.

    L’officier de police a convoqué les deux protagonistes pour les entendre. Au terme de plusieurs heures d’échanges, il semble que les limiers sont parvenus à les convaincre pour qu’ils accordent leurs violons.

    Selon les dernières informations, il semble que la raison a prévalu au détriment du cœur. Du moins devant les policiers. Reste à savoir si les deux frères vont définitivement enterrer la hache de guerre et vivre en harmonie dans la cour commune comme ils l’étaient bien avant leur mariage.

    Tiedié DOUMBIA

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here