Faux et usage de faux : la police saisit 446 faux cachets et déplore des milliards FCFA pertes à l’Etat

    5

    Le commissariat du 3ᵉ arrondissement a réalisé un coup de filet le 1er mars dernier en démantelant un réseau de fabricants de faux cachets. Ce sont au total 446 faux cachets et 200 faux documents qui ont été saisis lors de cette descente de la police du commissariat du 3ème arrondissement dans le grand marché de Bamako.
    Cette saisie a été réalisée suite à une plainte du chef du centre II des Impôts de la commune II du district de Bamako « pour faux et usage de faux » au commissariat du 3ᵉ arrondissement contre X.
    Aussitôt la plainte déposée, la police a ouvert une procédure d’enquête qui a très vite permis à l’interpellation de trois présumés suspects. Interrogées, les personnes interpellées ont passé à l’aveu en conduisant les enquêteurs dans leur business de confections des faux cachets avec lesquels ils délivrent les documents publics. Cette entreprise illégale était mise en place par un génie à l’informatique qui s’est spécialisée dans la confection de toutes sortes de documents.
    Parmi ces documents saisis dénichés, l’on peut retenir des certificats de non-imposition, des cartes nationales d’identité, de faux visas, des fiches individuelles d’identification Nina, des jugements supplétifs, des extraits d’acte de naissance, des carnets d’état civil, des passeports, des certificats de décès, des diplômes de toutes les facultés, des actes notariés, des casiers judiciaires. S’y ajoute aux cachets contrefaits du Président de la Transition, des impôts…
    Suite à cette saisine importante de faux cachets et documents, les suspects ont dénoncé le cerveau du réseau qui a été pris en flagrant délit d’établissement d’acte de naissance et de carte nationale d’identité lors d’une seconde descente musclée des éléments du commissariat du 3ème arrondissement renforcés par la Brigade Anti criminalité. La perquisition dans cet atelier de fortune un individu a été interpellé que nous allons appeler par les initiales M.K avait en sa possession plus de 200 cachets, des tampons de tous les ministères, Tribunaux, Commissariats, Mairies, Brigades de Gendarmerie ainsi que les outils informatiques avec lesquels il établissait ses documents forfaitaires.
    Selon les informations relayées par le commissaire principal du 3ème arrondissement, la confection de ces documents auraient conséquences incalculables sur les revenus de l’Etat qui se chiffrent à des milliards FCFA de manque à gagner.
    Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

    Commentaires via Facebook :

    5 COMMENTAIRES

    1. On devrait vérifier si ce Siaka Diamoutene est bien un journaliste.
      Il écrit comme un raté.
      Monsieur Diamoutene,
      Essayer la vente de beignets au grand marché Dibida.
      L’écriture n’est pas votre point fort.
      ” la confection de ces documents auraient conséquences incalculables”
      Pour l’instant, c’est nous qui subissons les conséquences incalculables de votre charabia.

    2. Meme si le Mali avait une bombe atomique quelqu’un aurait une copie falsifiee du code de lancement!!!!!!!
      Quand on rend le facile difficile pour le citoyen sans raison( si ce n’est le vol) d’autres trouveront des moyens lucratifs de le compenser! Confiance, confiance et confiance c’est ce qui lie un Etat a son Citoyen!

    3. Ce n’est pas pour rien que le Mali detient le championat d’Afrique de la Corruption, quand on a eu un President comme Boua le ventru IBK, il faut s’attendre a tout dans ce pays, veritablement nous sommes un peuple sans dignite, sans morale, sans honneur et sans vertu!

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here