Lutte contre l’insécurité en commune IV : Le Commissariat de police du 9ème arrondissement met le grapin sur deux membres de la bande de Titi

    1

    Les hommes du Commissaire Principal Ténimba Sangaré en charge du Commissariat de police du 9ème arrondissement viennent enfin de résoudre l’énigme du phénomène des braquages des commerces dans plusieurs quartiers du district de Bamako, à travers l’arrestation de deux membres de la bande de Ousmane Sissoko alias Titi spécialisée dans les attaques à mains armées des boutiques Orange-money, de vente de téléphones portables, d’appareils électroniques et divers objets.

    De sources proches du dossier, dans la nuit du 28 janvier dernier, le gérant d’une boutique Orange-money, de vente de téléphones portables, d’appareils électroniques et divers objets a été dépouillé par une bande de trois braqueurs cagoulés à Sébénikoro, en face de la pharmacie Lothiezan et à quelques encablures du Commissariat de police du 9ème Arrondissement.

    Informé et sans désemparer, une équipe conduite par le Commissaire adjoint, le Commissaire de Police Boubacar Doumbia, s’est rendue sur les lieux afin de constater. Selon le gérant de la boutique, les assaillants étaient au nombre de trois, tous cagoulés. À leur arrivée, ils se sont introduits dans son commerce avec une arme à feu. Et de poursuivre que sous la menace des armes, ils ont emporté la somme d’environ un million de nos francs.

    Toujours selon le gérant, au cours de l’opération, l’un des braqueurs a tiré un coup de feu qui a blessé l’un des membres de la bande de braqueurs au niveau de l’abdomen. Après l’inspection des lieux, l’équipe de policiers dépêchée pour la circonstance a effectivement constaté des impacts de balle et des traces de sang sur la porte d’entrée de la boutique. Ainsi, la Police technique et scientifique (Pts) a été mise à contribution afin d’effectuer des prélèvements sanguins et balistiques pour des besoins de l’enquête.

    Sachant qu’aucune victime ne présentait des blessures par balles, il a été conclu que les traces de sang prélevées sur les lieux ne peuvent qu’appartenir à un des braqueurs. A cet effet, les enquêteurs ont pris le soin d’alerter tous les centres de santé, les hôpitaux du district de Bamako et environnants, qui ont été automatiquement saisis afin de signaler tout individu qui se présenterait avec une blessure par balles.

    Quelques temps après, la salle de commandement de la Police nationale a informé le Commissariat de police du 9ème Arrondissement de la présence d’un individu blessé par balles dans le Service des Urgences de l’hôpital Gabriel Touré. Immédiatement, l’équipe choc de la Brigade des Recherches, sous la conduite du Lieutenant de Police Mady Bagayoko, s’est rendue sur les lieux où elle a effectivement trouvé un individu du nom de A.T, âgé de 23 ans, avec une blessure par arme au niveau de l’abdomen.

    Interrogé sommairement, il a déclaré dans un premier avoir été victime d’agression à mains armées et dépossédé de sa moto Djakarta à Sébénicoro. Et d’ajouter qu’il a dû marcher seul jusqu’à Djicoroni-Para pour se rendre chez son ami A.K, soit une distance de huit kilomètres avec une telle blessure. Toute chose qui a poussé les limiers à penser que le jeune homme en question était dans une véritable mise en scène.

    Sous le feu des questions, il a fini par donner l’indication du domicile de ce dernier qui a été interpellé à son tour et gardé à vue pour les besoins de l’enquête. Après intervention chirurgicale pour extraire la partie de la balle logée dans son corps, A.T a été mis à la disposition de la Police technique et scientifique pour des prélèvements sanguins qui ont prouvé effectivement que les traces de sang provenaient de lui.

    Après confrontation entre les deux suspects, ils ont finalement reconnu les faits et dénoncé un certain Ousmane Sissoko alias Titi (en fuite), comme étant le chef de la bande. Ils ont également avoué être les auteurs des récents cas de braquages perpétrés dans plusieurs quartiers du district de Bamako et environs, notamment à Faladiè, Attbougou, Kalaban-Coura, Kanadjiguila et le denier cas à Sébénikoro.

    Aussitôt, une perquisition a été effectuée au domicile du cerveau de la bande qui a permis de mettre la main sur un certain nombre d’objets dont une moto apache de couleur noire, quatre téléphones portables, trois permis de conduire, deux pièces d’identité, trois clés de voiture, cinq bracelets dont trois en argent, une chaine en aluminium, un gourdin en aluminium pour certainement assommer leurs victimes, ainsi qu’une somme de 400 000 Fcfa en coupures de 100 000 Fcfa.

    Aussi, une seconde perquisition opérée au domicile de A.T a permis de retrouver une moto Djakarta, six téléphones volés, 11 façades de téléphones, 15 clés Usb, 13 munitions de Pistolet mitrailleur (PM) et de Pistolet automatique (PA), un chargeur vide de Pistolet Automatique, quatre paires de chaussures dont celle qu’il portait au moment de leur opération, deux écouteurs Bluetooth, un permis de conduire, sept montres. Une troisième perquisition effectuée au domicile de A.K a permis de saisir six trousseaux de clefs de moto Djakarta, deux montres, un cadenas (cassé), un power-bank.

    Par ailleurs, la même nuit aux environs de 22 heures, le Commissariat de Police du 14ème Arrondissement a été informé de la présence d’une moto Djakarta abandonnée à Djicoroni-Para dans le secteur appelé communément “Gningnin carré”. Après vérification, il s’est avéré que l’engin a été volé à Samaya par la même bande, lors d’un autre cas de braquage, commis au préjudice d’un agent commercial d’une boutique Orange-money, domicilié à Kanadjiguila. Présenté au gérant de la boutique de Sébénicoro, ce dernier a formellement identifié A.T comme étant l’un des trois braqueurs de sa boutique.

    Notons que le cerveau de la bande, Ousmane Sissoko alias Titi, avait été déféré le 26 janvier 2019 devant le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune IV du district de Bamako, pour un autre cas de braquage à mains armées, suite à son arrestation par le Commissariat du 5è Arrondissmnt.     

      Boubacar PAÏTAO

     

    Commentaires via Facebook :

    1 commentaire

    1. les commissariats et les escrocs sont des cousins…. le 9 arrondissement connait bien l’escroc international samake moussa qu’il a toujours couvert

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here