Violences conjugales : sa femme le tabasse en moyenne deux fois par mois

    4

    La violence conjugale n’est pas le fait des seuls hommes. Les femmes aussi violentent leur conjoint contrairement à une idée reçue.
    Les hommes sont de plus en plus victimes de violences conjugales. Ceux-ci préfèrent malheureusement garder le silence par fatuité. C’est le cas d’un inspecteur des douanes qui affirme que sa femme le tabasse en moyenne deux fois par mois.
    Au début, affirme notre interlocuteur (dont nous tairons le nom), c’était un fantasme sexuel. Car la dame adorait jouer les dominateurs au lit. C’est devenu par la suite une habitude (Ndlr : Le dominateur ne se contente pas d’exercer son pouvoir au niveau sexuel, son emprise est réelle dans tous les domaines de la relation. Il s’agit d’imposer son tempo, ses préférences, de faire passer son bon plaisir avant tout. C’est lui le maître à bord, et il entend régner sans partage dans son royaume).
    L’inspecteur des douanes déclare avoir été brutalisé. «Je traîne partout des traces sur mon corps. Elle me frappe pour toute sorte de futilité. Si je rentre en retard ou si je ne lui donne pas de l’argent à hauteur de son souhait», confie l’inspecteur des douanes.
    Le gabelou ne sait plus où donner de la tête. Lorsqu’il se plaint auprès de ses amis, madame devient hystérique. Elle n’apprécie guère que Monsieur expose leur intimité sur la place publique.
    Le gabelou affirme supporter sa femme à cause de leurs enfants. Des amis lui ont suggéré de prendre une seconde femme. Mais il a peur du courroux de sa femme. «Je n’ai pas le courage de lui en parler. Dieu seul sait de quoi elle serait capable. Parfois, elle me trimballe par mes parties génitales jusqu’à ce que je perde connaissance», avoue, impuissant, notre gabelou.
    Anne Marie Soumouthéra

    Le  Wagadu

    Commentaires via Facebook :

    4 COMMENTAIRES

    1. Il ya encore dans ce monde des hommes aussi peureux, aussi idiot, aussi maudits comme ce cas présent. En lisant ces lignes , j’ai falli tomber en syncope.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here