Formation linguistique des journalistes : la 3e promotion lancée

0

La Maison de la presse en collaboration avec l’ambassade de France au Mali a organisé, le jeudi dernier, à son siège, le lancement officiel du programme de formation linguistique des journalistes. C’était sous la présidence de l’ambassadeur de France au Mali.

La formation linguistique des journalistes est une composante clé du projet FSPI «Appui au français au Mali», une collaboration entre  l’ambassade de France au Mali et la Maison de la presse.

Selon la représentante du président de la Maison de la presse, Ramata Diaoura, la formation en est à sa 3e vague. Elle a indiqué que 111 journalistes en ont bénéficié. «Toutes les dispositions sont prises pour la bonne formation linguistique des journalistes», a-t-elle assuré.

Pour sa part, le Directeur du centre de langue de l’Institut français, Jean Luc, a expliqué que la formation linguistique des journalistes leur permet de s’exprimer aisément dans un langage moderne, de les alimenter à l’oral et à l’écrit. «Alors ce que nous cherchons à la fin de cette formation aux journalistes, c’est la compétence des compréhensions, la clarté de l’expression et de l’information dans un travail de profondeur», a-t-il précisé.

L’ambassadeur de France au Mali, Joël Mayer, s’est réjoui du lancement de cette 3e vague de formation. «Je ne vous cache pas ma satisfaction devant les résultats déjà enregistrés par ce programme et les deux premières promotions de journalistes déjà formées, l’engagement des rédactions et de la maison de la presse, l’assiduité et le sérieux des journalistes stagiaires et la qualité de la formation apportée par le centre de langue de l’Institut français, ont en effet conduit à un taux de diplomation de 99% aux derniers examens du DELF et du DALF, internationalement reconnus» a-t-il souligné. Il  a ajouté que l’ambassade compte sur les journalistes de la troisième promotion pour égaler ce taux remarquable avec des notes meilleures.

Selon lui, la maîtrise experte de la langue de production de l’information semble ainsi être une condition centrale de sa qualité, permettant d’exprimer la nuance et l’équilibre, de mieux appréhender ses sources et de rechercher l’exactitude.

En terminant, l’ambassadeur de France au Mali a invité les journalistes à tirer le meilleur parti (profit) de cette formation, et dit les laisser aux mains de l’équipe pédagogique de l’Institut français du Mali et de la maison de la presse.

Fatim B. Tounkara

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here