Démolition des constructions illégales dans la zone aéroportuaire : L’opération concerne 1660 hectares pour un départ

10

En vue de libérer la zone aéroportuaire occupée illégalement, le ministre des Affaires foncières, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dionkè Diarra, a lancé hier une opération de démolition des constructions illicites se trouvant dans ladite zone. C’était en présence de ses collègues de la Sécurité et de la Protection civile, Col Modibo Koné et des Transports et des Infrastructures, MakanFilyDabo.

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’Etat du Mali fait face à un incivisme criard et profond du fait de certains élus municipaux, d’agents de l’Etat et de certains citoyens.

En effet, le domaine public de l’Etat est morcelé allègrement par des maires, des préfets et des sous-préfets, souvent même des gouverneurs, en violation des dispositions réglementaires. Les bénéficiaires de ces parcelles sont des occupants illicites.

Le domaine aéroportuaire classé suivant le Décret n°99-252/P-RM du 15 septembre 1999 portant classement d’une parcelle de terrain à usage d’emprise aéroportuaire d’une superficie de 7194 hectares fait l’objet de lotissement et d’occupations illicites. Ces occupations illicites ont atteint une telle ampleur que l’Aéroport est menacé de retrait de sa licence par les autorités de l’aviation civile internationale. Le Président de la Transition a réagi, par une lettre confidentielle n°073/PRM du 12 octobre 2020 en instruisant de procéder à la démolition des occupations illicites. Une consultation a été organisée par l’ANAC à la suite de laquelle l’entreprise Africa Construction Corporation a été sélectionnée (ACC), pour la démolition effective des constructions illicites dans le secteur dite zone prioritaire pour un montant total de 320.888.628 FCFA. Cette opération a commencé hier par la zone très proche de la piste de l’Aéroport, qui a une superficie de 1660 hectares.

Selon le ministre des Affaires foncières, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dionkè Diarra, « c’est une opération de salut public parce que toute la zone aéroportuaire est agressée. Ce qui représente un danger pour la circulation aérienne. Si on ne fait rien l’aéroport de Bamako risque de perdre sa licence à cause des occupations illicites. Nous serons obligés en ce moment d’aller à Dakar ou à Conakry pour prendre l’avion. Il ne nous faudra pas moins de 1000 milliards de FCFA pour construire un nouvel aéroport. Pourquoi courir le risque de perdre cet aéroport pour des gens qui sont dans l’illégalité. Depuis 1995, l’Etat a fait une démolition dans la zone aéroportuaire. Les occupants d’alors ont été indemnisés. Toutes les constructions édifiées en violation de la loi doivent être démolies ».

Le ministre Transports et des Infrastructures, MakanFilyDabo, a affirmé que cette opération entre dans le cadre de l’application des textes de notre pays. « Les textes ont faits pour être appliqués à nous tous. Les opérations de démolition vont se poursuivre pour l’intérêt des Maliens et pour sauvegarder notre aéroport », ajoute-t-il.

Quant au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Colonel Modibo Koné, il dira que « Nous avons déployé le dispositif qu’il faut pour sécuriser cette opération de démolition. Des instructions fermes ont été données aux différents corps concernés ».

Seydou Koné

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

    • Personne ne sera dédommagé dans cette affaire là !!!!!!!! On m’a fait plusieurs propositions de terrain dans cette zone mais j’ai refusé parce que je savais que c’était illégal, malgré les prix dérisoires proposés….. d’autres se sont entêtés en disant : « foyi te bo a la », en pensant que rien ne leur arriverait car nous sommes dans une république bananière !!!!!!!!! Maintenant que le vent a tourné, ils doivent assumer… nul n’est censé ignorer la loi.

  1. LES COMMERCANTS NEGRES-ARABO-ISLAMISES , LES DJOKARAMEH DE KAOU DJIM, TROUVENT UN TERRAIN, ILS COMMENCENT A Y CONSTRUIRE ANARCHIQUEMENT, EN PRENANT SOINS D Y PLANTER UNE MOSQUEE (POUR LEGALISER LE VOL RELIGIEUSEMENT, SACHANT QUE LE POUVOIR ISLAMO-IDIOTISE NE DEMOLIRAIT JAMAIS UNE “MOSQUEE MAISON DE ALLAH” , UN MADRESSAT, VOILA LES COMMERCANTS DE LA PLACE, AMIS DE MAHMOUD DICKO, D AUTRES ORGANISATIONS ISLAMO DEBILISATRICES, S ACCAPARENT DES TERRES ET ENCOURAGENT LES CITOYENS SIMPLE A LE FAIRE POUR SE COUVRIR LES DERRIERES PUANTES….

    CA VA SE TERMINER DANS UNE TUERIE EN MASSE A BAMAKO ET ENVIRON SI LES AUTORITEES NE PRENNENT LA CHOSE EN MAIN AVEC DES MAIRES MALHONNETES ET UNE JUSTICE MALHONNETE, LES GENS RENTRERONS EN POSSESSION DE LEURS TERRES AVEC DES FUSILS ET EN TUANT LESMILLEGAUX ARABO-IDIOTISES ARROGANTS…

  2. S’il y’a une vraie sincérité dans cette opération, vous devez immédiatement poursuivre ce qui ont cédé ces terrains.
    Et vous devrez immédiatement aller démolir ce qui occupé le Domaine Universitaire de Badalabougou!
    La Bonne justice construit la Nation et donne espoir aux citoyens.

  3. Si les choses sont normales dans un pays normal, il fallait aussitôt commencer la poursuite des autorités qui ont osé donner l’autorisation de construire à ces personnes qui ont accepté de bâtir leur concession sur un Titre Foncier du gouvernement. Mais nous sommes dans un pays anormal où les décisions se prennent sur du mensonge, du népotisme et du favoritisme. Nous avons vu ce qui s’était passé il y a deux ans à Souleymanebougou où le Ministre Mahamadou BATHILY avait été stoppé en pleine opération de déguerpissement et de démolition des constructions des malfrats fonciers, donc nous pouvons dire sans risque de nous tromper que cette opération n’est pas encore finie, car le Ministre Dionké DIARRA n’est qu’en mi-chemin. Des gens déséquilibrés comme Issa Kaou DJIM risquent de peser de leur poids pour arrêter cette opération pourtant nécessaire pour le bonheur de tout le pays pour ce qui sont avertis des conséquences et de l’ampleur du dégagement d’une zone aéroportuaire.Nous restons convaincus que cet écervelé de Issa Kaou DJIM doit sans équivoque avoir des intérêts liés à cette zone appartenant à l’état malien.

  4. C’est Un État d’Injustice ! On ne peut démolir ses Bâtiments et laisser les Autorités qui ont morcelé et cédé ces espaces a des citoyens( maire, préfets, gouverneurs…).
    Et ça recommencera tant que les agents publics qui les cèdent ne sont pas poursuivi.

  5. Très bonne opération………….. Mais il serait injuste de s’arrêter en si bon chemin…………… Les maires, préfets, gouverneurs, autres administrateurs de l’Etat, Président, fils de président qui ont vendu ces espaces doivent être poursuivis par la loi et emprisonnés à vie!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Il faut que les autorités maliennes sachent qu’avec cette impunité de toujours, personne ne peut bâtir un pays, les contrevenants aux décisions des autorités méritent des punitions tout de suite, celles-ci doivent être opérationnelles. Si toutes nos autorités étaient dans cette dynamique depuis très longtemps, personne n’allaient pas se comporter comme ce que nous voyons maintenant. Avec des dirigeants irresponsables et des acteurs indisciplinés, personne ne bâtira le Mali d’aujourd’hui et de demain, nous irons de chaos en chaos jusqu’à la disparition de ce pays. Il faut punir sévèrement quand il s’agit réellement de punir et ne pas punir des innocents comme ce qu’on voit de nos jours. C’est d’ailleurs pourquoi le peuple n’a nullement confiance à ses dirigeants de ces jours.

  7. POURQUOI ON NE POURSUIT PAS CEUX QUI ONT VENDU ILLEGALEMENT CES ESPACES. LE MAIRE ADAMA SANGARE ET SES ACOLYTES AU LIEU DE S’OCCUPER DE LA MODERNISATION, LA SECURITE ET LA PROPRETE DE BAMAKO ET ENVIRON S’EST TRANSFORMER EN VERITABLE SPÉCULATEUR FONCIER. LA CNT DOIT PROCEDER A L’ANNULATION DES IMMUNITÉS QUI LES PROTEGES POUR LES METTRE A LA DISPOSITION DE LA JUSTICE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here