Après l’attentat de vendredi : Vague de solidarité et de condamnation

0

Depuis l’attaque de vendredi, une vague de solidarité s’est exprimée à l’endroit du Mali. En plus de la condamnation de la communauté internationale, plusieurs pays africains ont exprimé leur compassion à l’endroit du pays. Le président sénégalais Macky Salla a effectué hier dimanche une visite de quelques heures à Bamako, « pour présenter ses condoléances au peuple malien », tant dis que la Guinée annonce qu’elle observera avec le Mali les trois jours de deuil national.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé samedi ses condoléances après l’attaque “inhumaine” survenue dans un hôtel international à Bamako qui a fait au moins 21 morts dont plusieurs Russes et a appelé à une “large coopération internationale”. Dans un message adressé au président malien Boubakar Keita, Vladimir Poutine “a souligné que le crime inhumain commis dans la capitale malienne confirme encore une fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et présente un réel danger pour le monde entier”.

Le président chinois Xi Jinping a “fermement condamné” samedi l’attaque sanglante d’un hôtel international qui a fait au moins 21 morts, dont trois Chinois, à Bamako, revendiquée par un groupe jihadiste. La Chine “va renforcer sa coopération internationale, pour combattre les activités terroristes violentes qui touchent des innocents, pour maintenir la paix et la tranquillité”, a déclaré Xi Jinping selon un texte cité par la télévision centrale

Le président des Etats-Unis Barack Obama a qualifié samedi d’acte de “barbarie” l’attaque par des jihadistes d’un hôtel international à Bamako, qui a fait la veille au moins 27 morts dont une Américaine. En visite officielle en Malaisie, M. Obama a condamné l’attaque, revendiquée par le groupe jihadiste Al-Mourabitoune proche d’Al-Qaïda, contre l’hôtel Radisson Blu de la capitale malienne. “Cette barbarie ne fait que renforcer notre résolution à faire face à ce défi”, a déclaré le président américain.

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, a réitéré la nécessité de la mise en place ‘’rapide’’ d’une force d’intervention à déployer dans le nord du Mali, pour combattre les groupes terroristes et criminels opérant dans cette partie du pays La mise en place de cette force est envisagée par les pays membres du Processus de Nouakchott sur le renforcement de la coopération sécuritaire et l’opérationnalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité.

Enfin, le secrétaire général de l’ONU a dénoncé un « acte barbare » et a appelé à la solidarité internationale.

Rassemblés par Maliki

 

PARTAGER