Attaque terroriste dans le centre du pays : La MINUSMA invitée à mener franc jeu

1

Installée au Mali pour s’interposer en cas de conflit entre deux parties, la Mission  multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) s’éloigne de plus en plus de son objectif principal au regard de la spirale de violences contre les populations civiles dans le Centre du pays.

Dans la Région de Mopti, des civils continuent de tomber sous les balles assassines des terroristes. A Mondoro, dans le Cercle de Douentza, environ 20 civils ont perdu la vie dans un combat qui leur opposa à des présumés terroristes. Selon des sources locales, un des véhicules des FAMA transportait de médicaments pour le Centre de santé de Tiguila  a sauté sur une mine non loin du village de Mondoro. Il y aurait eu deux blessés, immédiatement évacués par un hélicoptère. Les FAMA retournent sur leurs pas. Les Habitants de Tiguila qui ont décidé d’aller voir ce qui se passait la là-bas  tombèrent à leur tour sur une embuscade. Bilan environ : 20 morts et les corps seraient piégés.

Selon le communiqué de l’ONU, le premier drame est arrivé mercredi  1er mai, des assaillants ont tendu une embuscade faisant plusieurs Dogons morts. Le lendemain, jeudi, toujours selon l’ONU, d’autres membres de la même Communauté ont été tués alors qu’ils tentaient de retrouver les corps des victimes de la veille. « Au cours des incidents, ajoute l’ONU, un membre de la Communauté Peulh a également perdu la vie».

Mahamat S. Annadif, Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Mali, a exhorté les autorités « à redoubler d’efforts pour enrayer ce cycle de violences intercommunautaires dont la répétition est très préoccupante dans un contexte sécuritaire déjà alarmant».

Pour Mahamet Annadif,  les «Responsables de ces attaques abjectes » doivent répondre de leurs actes devant la justice.

Des attaques perpétrées contre des populations civiles sont devenues monnaie courante,  ces derniers temps dans la Région de Mopti. Après la tuerie d’Ogossagou Peulh, dans le Cercle de Bankass, en mars dernier, d’autres cas d’attaques sont également signalés à Bankass ainsi qu’à Bandiagara et Koro. A Mondoro, les auteurs de l’attaque auraient été habillés en tenues militaires et certains même des barbus. C’est ce qui explique le communiqué produit par les autorités militaires maliennes. «Il nous revient que l’ennemi se déguise en uniformes des FAMA, il se déplace également en véhicule de type KIA. Le même en service dans l’Armée malienne. Avec des immatriculations FAMA, les mêmes attributs d’uniformes des FAMA, les ennemis pourraient se faire passer pour les FAMA. Il est demandé à tous et à chacun d’être vigilant et alerter à temps opportun afin  de déjouer leurs intentions criminelles.

O.M

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Avec cette spirale de violences comme vous dites, vous n’avez que le referendum en bouche et l’exigez du Mali! Dans quel pays au monde on peut faire des élections dans des conditions de sécurité aussi troublées même si c’est la volonté du peuple et de son gouvernement?! Ce qui est loin d’être le cas du Mali, où cette révision de la constitution est imposée à ibkalamité qui n’a plus de culotte, ni même des couli.les pour protester contre les Nations Désunies et la france!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here