Centre du Mali : La mort de Kouffa aidera-t-elle à éteindre les foyers de tensions communautaires ?

0

L’élimination du terroriste Amadou Kouffa a été saluée par la majorité des populations vivant dans le centre du Mali. Sa disparition, comme un coup de baquette magique, fera-t-elle éteindre les foyers de tensions intercommunautaires ?

On coupe la queue du serpent et tout le pays jubile, pendant que la tête venimeuse continue de répandre son poison dans le pays. Comme en Janvier 2013, la force française choisit quand et où mener des opérations conjointes avec les forces armées maliennes. Comme disent les criminologues, à qui profite le crime ? A qui profite l’absence des forces armées maliennes au Nord du pays ? Qui tire sur les ficelles et pour quelle raison ? Personne n’est dupe et on n’a pas besoin d’être spécialiste des renseignements ou du Sahel pour comprendre que la tragédie qui se joue au centre du Mali est entretenue pour distraire, pour oublier les enjeux au Nord du Mali.

Oui, nous aurons une semaine, voire des mois, pour commenter et remercier les Français pour avoir fait taire Amadou Koufa, le baudet, le souffre-douleur de l’insécurité au Mali. Les médias français s’en donnent à cœur joie, chantant cette grande victoire contre l’insécurité au Mali. Qu’en est-il du parrain de la Katiba au Mali, l’homme par qui tout est arrivé au Nord du Mali ? Non, il n’est pas dangereux pour la sécurité du pays. Au contraire, il est d’une grande utilité pour justifier la présence de nos ancêtres les Gaulois, nos grands protecteurs ! Oui, c’est pourquoi, le serpent venimeux vit tranquille, au nez et à la barbe de ceux qui peuvent déceler une aiguille dans le désert, à des kilomètres. Oui, là-bas dans le Nord, les forces armées du pays ne sont pas les bienvenues pour mener des opérations conjointes. D’ailleurs, pour quelle raison vont-elles mener des opérations, puisqu’il n’y a plus d’ennemis à neutraliser.

La- bas dans le nord du Mali, tout est rose et nos protecteurs gaulois veillent sur la quiétude de la population et même du serpent venimeux. Ouvrons enfin les yeux, la disparition de Kouffa ne fera pas éteindre d’un coup de baguette magique les foyers de tensions intercommunautaires. La seule arme qui vaille contre tous les serpents venimeux, avec ou sans queue, demeure la lutte du peuple contre l’impunité et l’injustice, qui gangrènent l’administration malienne. La mal gouvernance est le terreau fertile de tous les serpents du nord, du centre et du sud du pays. Tant que l’impunité et l’injustice perdurent, les serpents de mer de sable et des savanes proliféreront, avec ou sans protection des Gaulois. Comptons sur nous-mêmes car notre destin ne peut pas continuer à être écrit par les autres.

Correspondance particulière

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here