Des assassinats en cascade à Bamako : La soif de la peine de mort s’empare des Bamakois

0

Un imam et deux commerçants ont été froidement assassinés à Bamako dans l’intervalle de trois semaines. Le meurtrier de l’imam et celui du commerçant du grand marché de Bamako ont été appréhendés par les limiers. Mais celui du commerçant des halls de Bamako court toujours. Surexcités, les proches de l’iman assassiné veulent que la peine de mort soit appliquée au bourreau de leur coreligionnaire comme dit la ”charia”. Les commerçants du marché ” les halls de Bamako”, quant à eux, ont demandé plus de protection de l’Etat ou ils vont prendre en main leur sécurité. Sur les réseaux sociaux, certaines personnes vont jusqu’à demander la démission du Ministre de la Sécurité. En tout cas, la sentence des bourreaux est attendue de pied ferme.

“Tout coupable d’assassinat, de parricide ou d’empoisonnement sera puni de mort… seront punis comme coupables d’assassinats tous malfaiteurs, quelle que soit leur dénomination, qui, pour l’exécution de leur crime, emploient des tortures ou commettent des actes de barbaries”, selon l’article 161, les alinéas 1 et 3 du code pénal du Mali. Mais, l’application de cet article remonte très loin dans l’histoire de la justice de notre pays. Aujourd’hui, les récents meurtres à Bamako ont fait ressurgir la soif de la peine de mort, en tout cas chez les proches de feu imam YATTABARE.

Le samedi 19 janvier, Moussa GUINDO a délibérément poignardé à mort l’imam Abdoul Aziz YATTABARE, avant d’aller se rendre au commissariat. Le fait est survenu au moment où l’imam se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Le jour suivant son meurtre, ses proches ont pris d’assaut le commissariat du troisième arrondissement où était gardé l’assassin de leur coreligionnaire. Au commissariat, ils voulaient se venger du meurtrier en l’exécutant sur place. Mais les policiers ont su calmer leurs colères.

Une semaine avant l’assassinat de l’imam, le samedi 12 janvier, afin de ne pas lui rembourser les 200 millions, Bakary SACKO a froidement assassiné Kalilou COULIBALY et enfoui le corps dans un puits de son champ. La victime et son bourreau étaient des amis de longue date et également des commerçants au grand marché de Bamako. Quelques jours après son forfait, les limiers de la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ) ont arrêté Bakary SACKO. Il a avoué les faits après les interrogations.

Le plus récent, dans la nuit du jeudi 24 janvier, des cambrioleurs sont allés tuer Oumar TOURE, un vendeur d’accessoires de téléphones au marché ” les halls de Bamako”, dans son domicile à YIRIMADIO ZERNI. Ils ont emporté sa mallette après leur forfait. Le lendemain, les commerçants du marché ”les halls de Bamako” ont organisé une réunion urgente au sein dudit marché, au cours de laquelle ils ont invité les autorités à plus de sécurité, sinon, ils prendront leur sécurité en main. Ce samedi 26 Janvier, vers Niamakoro, un soudeur de plastiques aurait tranché la gorge d’un apprenti chauffeur avant d’être abattu par les apprentis surexcités. Aussi, en plein coeur de l’Hippodrome, le super marché Mini-prix aurait été la cible de bandits armés et aux environs de 21h.

Vu la montée vertigineuse de la criminalité en ce début d’année à Bamako, les réseaux sociaux se sont enflammés ces derniers jours. Beaucoup d’internautes ont demandé l’application effective de la peine de mort. Pour eux, cela va persuader les futurs potentiels assassins. Certains vont jusqu’à parler de l’incompétence du ministre de la Sécurité. Du coup, ils l’appellent à démissionner.

Sory Ibrahim TRAORE

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here