Terrorisme : Plusieurs écoles fermées dans les cercles de Sikasso, Koutiala et Yorosso

8

L’insécurité gagne de plus en plus du terrain dans notre pays, privant plusieurs centaines d’enfants d’étudier.

Commencé dans le septentrion malien avant de gagner le centre du pays, les terrorisme s’est finalement installé dans le sud, précisément dans les cercles de Sikasso Koutiala et Yorosso où ils règnent désormais en roi.

Les terroristes, véritables ennemis de la paix ont commis, récemment plusieurs forfaits dans ces localités. Le lundi,19 Avril, le détachement des éléments du commissariat de police de Koutiala, en partance pour le poste frontalier Mali-Burkina Faso, précisément à Sona a été attaqué, vers 6 heures, à Kargouanapar des individus armés non identifiés.Le bilan est de 3 policiers gravement blessés et le véhicule endommagé.

Le même jour, l’école du village de Sanguela, une localité située à 57 km de Koutiala a été fermée par des djihadistes venus en motos en scandant “Allah Akbar, Allah Akbar”.

Le mardi 20 Avril, ce fut au tour du village de  Dioninadans la commune de Ouerikila, dans l’arrondissement de Koury de recevoir la visite des malfaiteurs. Ils ont fait irruption dans l’école de ce village en menaçant les enseignants. Puis, ils sont allés  fermer l’école de Sougoumba dans le cercle de Koutiala, le même jour. Les djihadistes ont ensuite fermé les classes. Selon des sources locales, les djihadistes se sont dirigés dans le village de Tièrè dans le cercle de Koutiala pour mener la même opération, c’est à dire fermer l’école.

Il faut signaler que le village de Molobala où les autorités scolaires de Koutiala avaient décidé de recaser les élèves des localités de Tièrè et Sanguela est à son tour menacé par les djihadistes.

Plusieurs  écoles des villages relevant de l’arrondissement de Kléla dans le cercle de Sikasso ont été aussi fermées par ces malfaiteurs. Dans l’arrondissement de Danderesso,une localité située à 40 km à l’Est de Sikasso,où ils règnent en maîtres absolus, les djihadistes ont fermé les écoles et empêchent les populations de vaquer librement à leurs occupations.

C’est dire que le Sud du pays est en passe d’être entièrement occupé par les malfaiteurs. Pendant ce temps, on fait la fête à Bamako comme si tout était rose.Le pire,c’est que les forces de l’ordre sont absentes dans ces localités. Pour l’arrondissement de Danderesso, la gendarmerie a carrément déserté les lieux depuis longtemps.

Le sous-préfet qui a eu l’audace de rester à Molobala, une localité, sous menace des terroristes dans le cercle de Koutiala est sans garde de corps. Donc il encourt un grand danger.

Les ministres de la Défense et des Anciens combattants, Colonel Sadio Camara et celui de la Sécurité et de la Protection civile, Colonel Modibo Koné sont interpellés. Il faut que nos ministres fassent comme le défunt président tchadien,Idris Déby qui a quittéses bureaux feutrés pour aller prêter main force à ses soldats engagés dans un affrontement sans merci avec les rebelles. Nos aorités sécuritaires doivent allerau secours de ces centaines d’enfants qui sont sans écoles aujourd’hui dans ces localités, afin d’assurer leur avenir.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. La clique des colonels froussards, se prélassant dans les bureaux climatisé à Bamako sont des indignes de diriger le Mali;
    Il n’ y rien à négocier avec des terroristes, IL FAUT LES ECRASER… mais pour cela il avoir de soldats, de vrais garçons qui ont le sens de l’honneur et de la dignité…
    Ces voyous qui ferment des écoles à Sikasso, Koutiala et Yorosso doivent rechercher et éliminer… par tous les moyens

  2. Il faut assainir la scène politique de notre pays.

    Tout ce qui se passe au sud de notre pays est l’œuvre de certains responsables politiques et religieux qui ont un lien étroit avec des groupes de bandits dont certains éléments sont issus de l’armée.

    Il n’y a pas de djihadistes à koutiala encore moins à sikassa. Ce sont des groupes de bandits à la solde de certains responsables politiques, militaires et religieux.

    On restera dans ce cercle vicieux tant que ces 3 sphères ne sont pas assainies.

    Aucun militaire ne devrait être en contact avec un quelconque responsable en dehors du cadre militaire sans l’accord de sa hiérarchie. C’est ce genre de comportement qui a cassé notre structure militaire.

    • Vous remarquerez bien que jamais l’armée n’a divulgué l’identité des assaillants neutralisés ( morts ou prisonniers).

      Et pourtant ces informations sont précieuses pour les populations maliennes. Alors pourquoi elle ne le fait pas? Et bien la réponse est dans la question.

      Certaines attaques sont l’œuvre de quelques éléments réfractaires de l’armée même.

  3. Plusieurs écoles fermées dans les trois régions, Mopti Ségou et Sikasso.A qui le tour la région de KAYES ? La jeunesse que j’ai connus a l’époque est la même aujourd’hui qu’en 1989. Les terroristes ne pourront pas pénétrer les villages sans que les villageois ne sont pas au courant .

  4. Le Mali n’a jamais été en danger que pendant le règne des jeunes colonels. Ces militaires qui doivent protéger sur les lignes de front l’intégrité territoriale ont abdiqué au profit des biens matériels à Bamako. Ils ont peur de se battre comme DEBY et ils ont laissé le pays aux mains de Barkhane et de la Minusma. Donc, ils n’ont rien à dire et il reste aux populations de se défendre elles mêmes pour leur propre survie et c’est ce que tentent de faire les chasseurs traditionnels. HONTE AUX JEUNES OFFICIERS maliens au pouvoir qui refusent de se battre!!!!

  5. Le sécurité anticipé a toujours était le cadet des soucis des autorité. Comment une bande d une dizaine de personne habillés de haillons circulant a motos peuvent prendre en otage une région.Parce que il n y aucun stratégie de sécurisation .Dans un pays où une personne peut acheter une centaine de motos et l amène dans une destination inconnue sans que aucune autorité de fait. de soupçons .Dans un pays ou l on peut acheter des centaine de litre de carburant dont personne ne cherche a qui elle est destiné .La circulation sans controle rigoureuse des motobatigui ou grosses motos et des tricycles qui sont les pieds des bandes armées .Tant que les bandes armées ont accès a ces logistiques il sera difficile de sécuriser .Pour des raisons sécuritaires ,l importation,la vente ,la circulation des ses grosses motos est devenu problématique est devenu un moyen qui favorise l insécurité au sahel .,c est pourquoi le niger le pays le moins toucher par l insécurité a interdit a la circulation a l ouest et au sud du niger et récolte d assez bon résultats car les attaques rares ,seuls les zones très isolés sont attaquer .Le gouvernement malien doit prendre des mesures fortes pour sécuriser le kenedougou ,le minianka .l heure est grave .Que dieu veille sur le mali et le sahel

  6. Ces 2 citations de Winston Churchill ont été faites pour le Mali: “Si la guerre est horrible, la servitude est pire.” “Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” Fin de citations.
    Les maliens doivent se poser les bonnes questions à présent. Pour éviter la guerre, on s’est reniés dans ce pays (comme l’apôtre Pierre, par peur de risquer la mort, nie trois fois avoir eu aucune relation avec Jésus), mais on se retrouve finalement avec la honte/le déshonneur et on est aussi face à la guerre encore.
    Quelle honte!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here