Revendication de la démission d’IBK : Manassa rame à contre-courant !

0

Décidément, la présidente de la Cour constitutionnelle a pris fait et cause pour le régime, n’en déplaise à ses nombreux détracteurs qui estiment que sous sa présidence, l’auguste institution est devenue l’arrière-cour de Sébénicoro.

Dans un communiqué, la présidente de la Cour constitutionnelle, Manassa Danioko, dénonce «des propos insurrectionnels, subversifs, séditieux» et les revendications de démission du président de la République.

« La Cour constitutionnelle, tout en condamnant ces agissements attentatoires à la cohésion sociale, s’insurge contre toutes velléités de remise ne cause de la forme républicaine et la laïcité de l’Etat », vitupère Manassa Danioko qui incite le régime à sévir en engageant « le gouvernement à faire respecter scrupuleusement, sans préjudice des dispositions pénales ».

«Auto-attribution de facto de compétences sans fondement autre que son obsession à soumettre cette même Constitution aux dérives autoritaristes et antidémocratiques d’un régime honni par le peuple qui a rompu avec les valeurs fondamentales de la République», rétorque avec véhémence le Constitutionnaliste Dr. Bréhima Fomba, ancien Secrétaire général du département de l’administration territoriale.

Selon ce professeur de droit à la FSJ, «…l’institution fraîchement accusée de ” blanchiment de fraude électorale”  se déguise en donneuse de leçons de morale républicaine doublée d’incitatrice à la répression policière…»

Et un commentateur de noter avec une pointe d’ironie que la présidente de la Cour constitutionnelle n’a pas été aussi pointilleuse lorsque, récemment, la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), à travers des gestes forts, s’est auto-attribué les pouvoirs régaliens dont le pouvoir de grâce présidentielle. Ce qui n’a guère ému Manassa Danioko !

 

Bourama Kéïta

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here