Chine : le G20 n’est pas un G7 élargi

4

Face à un petit bloc dirigé par les États-Unis qui tente de dévoyer les travaux du G20 en marquant les camps à propos de l’Ukraine, la Chine plaide pour des efforts coordonnés pour résoudre les défis mondiaux. Les États-Unis et les pays vassaux n’ont pas pu obtenir l’exclusion de la Russie mais ne renoncent pas à organiser le G20 sur cette unique question y compris en attribuant la crise alimentaire dont souffrent de nombreux pays à l’intervention russe en Ukraine. La Chine met l’accent sur un véritable multilatéralisme dans lequel tous seraient souverains lors de la réunion des ministres du G20 sur fond de tentative américaine de diviser le G20 sur le conflit russo-ukrainien et dénonce y compris les sanctions comme étant à l’origine de la crise alimentaire.

par Zhang Hui, Liu Xin et Bai Yunyi.

La Chine a souligné l’importance d’un véritable multilatéralisme, d’une ouverture et d’une inclusion dans le cadre du G20 lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 vendredi, les observateurs chinois affirmant que la position de la Chine reflétait les voix des pays en développement et des économies émergentes dans la recherche d’efforts égaux et conjoints pour relever les défis mondiaux aigus dans le cadre de la tentative d’un petit bloc dirigé par les États-Unis de diviser le G20 en incitant à la confrontation entre les camps sur le conflit russo-ukrainien.

Dans un discours prononcé lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 qui s’est tenue sur l’île balnéaire indonésienne de Bali, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a appelé à défendre un véritable multilatéralisme, à mener une coopération gagnant-gagnant et à parvenir à l’inclusion et à la connectivité dans le cadre du G20.

Outre la Chine, de nombreux membres du G20, dont l’Indonésie, actuellement titulaire de la présidence du G20, et l’ONU, ont mis l’accent sur le multilatéralisme lors de l’événement de vendredi.

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré que la sauvegarde du multilatéralisme et la mise en œuvre d’une coopération efficace étaient le seul moyen de relever les défis mondiaux.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que le multilatéralisme n’est pas une option mais un must, exprimant l’espoir que les pays pratiqueront pleinement le multilatéralisme par des actions, favoriseront la connectivité, l’ouverture et l’inclusion afin de mieux faire face aux défis urgents.

Les membres du G20 devraient être des partenaires dans le respect mutuel et la consultation sur un pied d’égalité, a déclaré M. Wang.

Un pays qui place sa propre sécurité au-dessus de la sécurité des autres et renforce les blocs militaires ne peut que conduire à la division au sein de la communauté internationale et se rendra moins sûr, a déclaré M. Wang.

M. Wang a souligné que la Chine continuerait à exhorter les pourparlers de paix et à promouvoir le dialogue sur la question ukrainienne, et se tiendrait toujours du côté de la paix.

La concurrence d’un pays à l’autre devrait être équitable, et ne devrait pas être une concurrence vicieuse ou même une confrontation malveillante, a noté M. Wang, ajoutant que la politique d’exclusion de « petite cour, haute clôture » va à l’encontre de la tendance de l’époque et n’est vouée qu’à l’échec.

Les analystes chinois ont estimé que la position de la Chine est une force motrice forte pour que le G20 s’en tienne à la bonne direction du développement, qui défend un véritable multilatéralisme, ce qui contribue à garantir que le G20 ne sera pas divisé ou ne verra pas d’antagonisme entre les membres en raison de conflits géopolitiques incités par les États-Unis et leurs alliés.

Yang Xiyu, chercheur principal à l’Institut chinois d’études internationales, a déclaré vendredi au Global Times que la position et les propositions de la Chine qui sont conformes à la bonne direction du développement du G20 auront certainement un impact très important et de grande portée sur le processus de développement du G20, y compris le Sommet du G20 de cette année.

Le cadre du G20 est l’un des mécanismes les plus efficaces pour une discussion constructive entre les pays développés et les pays en développement, et son rôle ne devrait pas être minimisé, mais est encore plus critique dans un paysage géopolitique mondial de plus en plus complexe, a déclaré vendredi Diao Daming, professeur agrégé à l’Université Renmin de Chine à Beijing, au Global Times.

M.Yang a déclaré que l’essence du véritable multilatéralisme défendu par la Chine est que tous les pays, grands ou petits, ont une souveraineté égale, ce qui reflète précisément les aspirations des pays en développement, y compris l’Indonésie, actuelle présidence du G20. En comparaison, la clé du club exclusif des États-Unis est que la souveraineté et la sécurité des États-Unis et de leurs alliés sont supérieures à celles des autres pays, et celles des grands pays sont plus élevées que celles des petits pays, a déclaré Yang.

M. Retno a déclaré à l’ouverture de la réunion des ministres des Affaires étrangères que le multilatéralisme est le seul mécanisme où tous les pays, grands ou petits, se tiennent sur un pied d’égalité et sont traités sur un pied d’égalité, et les voix de tous les pays, qu’ils soient en développement ou développés, doivent être entendues.

Elle a déclaré que la réunion des ministres des Affaires étrangères comprenait deux sessions, la première sur le renforcement du multilatéralisme et la seconde sur la sécurité alimentaire et énergétique.

Cependant, selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, les partenaires occidentaux n’ont pas suivi le mandat du G20 pour traiter des questions de l’économie mondiale. Lavrov a déclaré que la discussion de l’Occident « s’est égarée presque immédiatement » dès qu’ils ont pris la parole pour critiquer la Russie en relation avec la situation en Ukraine, a rapporté Al Jazeera vendredi.

Les responsables américains ont déclaré avant la réunion qu’ils étaient déterminés à ne pas laisser les distractions détourner l’attention de ce qu’ils croient être les principaux objectifs, à savoir la perturbation de l’approvisionnement mondial en nourriture et en énergie causée par l’opération militaire de la Russie contre l’Ukraine et blâmant Moscou pour cela, a rapporté AP.

La crise alimentaire mondiale est un problème humanitaire et économique découlant du développement déséquilibré de l’économie mondiale et de la question de la chaîne d’approvisionnement, et devrait être traitée par des efforts conjoints, mais les États-Unis et l’Occident traitent la crise alimentaire comme un problème géopolitique, insistant sur le fait qu’elle a été causée par la Russie, a déclaré Yang, notant qu’il semblait à l’Occident que l’insécurité alimentaire mondiale n’existerait pas sans la question ukrainienne.

Lü Xiang, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré vendredi au Global Times que ce sont les sanctions économiques imposées par les États-Unis et certains de leurs alliés à la Russie qui ont provoqué la rupture économique mondiale, et l’impact n’a pas seulement été limité à la Russie, mais également étendu à de nombreux autres pays.

Le président américain Joe Biden a placé ses espoirs dans ces sanctions pour faire tomber la Russie, mais ironiquement, elles n’ont entraîné que des souffrances économiques pour les États-Unis et l’Europe, a-t-il déclaré.

L’AFP a rapporté que les États-Unis avaient cherché à isoler la Russie, et les assistants du secrétaire d’État américain Antony Blinken ont déclaré qu’ils ne voyaient aucun intérêt à parler à Lavrov.

Les États-Unis et le G7 ont eu tort d’éviter de rencontrer ou de parler avec Lavrov, et davantage de négociations entre la Russie et l’Ukraine et entre la Russie et les États-Unis devraient être menées pour résoudre conjointement la question ukrainienne, a déclaré Lü.

Les États-Unis ont cet objectif clair de tenter de transformer le G20 en un G7 élargi, d’apporter ce que le G7 estime devrait être les sujets chauds à la table du G20 et de forcer les membres du G20 à prendre des mesures cohérentes avec le G7 sur la Russie, a déclaré Yang, notant que les États-Unis et les membres du G7 ont essayé d’inverser la direction dans laquelle le G20 devrait aller.

La tentative des États-Unis et de leurs alliés d’attiser la confrontation des blocs au G20 pourrait affaiblir les efforts conjoints des membres du G20 et saper la coopération mondiale pour faire face aux défis économiques urgents, ont averti les analystes.

Mais la tentative des États-Unis de construire une alliance anti-russe au G20 ne réussira pas, car de nombreux pays ne partagent pas une position similaire avec le bloc occidental dirigé par les États-Unis et s’attendent à ce que la crise ukrainienne soit résolue par des consultations diplomatiques plutôt que par des pressions, ce qui crée plus de conflits, ont déclaré des analystes.

Le cours du monde n’est plus décidé par les pays occidentaux, et le G20, qui compte des membres beaucoup plus larges que le G7, y compris les marchés émergents de la Chine, du Brésil, de l’Afrique du Sud et de l’Inde, n’est pas et ne deviendra pas un G7 élargi comme le souhaitent les États-Unis, ont déclaré des analystes.

source : Global Times

via Histoire et Société

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Cette fois on voit l’allegeance du Mali à la Russie..
    Maliweb s’attaque aux USA et usant d’une rhétorique devenue banale le journal a la solde du Kremlin vassalise l’UE..
    Revenons à la réalité :.. La Russie mal pilotée décide unilatéralement d’attaquer l’Ukraine en prétextant hypocritement lutter contre des Nazis..
    Cette monstrueusitee au 21 ème siècle met en lumière l’archaisme du pouvoir Russe qui pensait avaler le brave peuple Ukrainien..
    En résumé Un PAYS vient de diviser le monde en semant la haine…
    Pouah qu’elle horreur !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here