El Chapo: l’extradition vers les Etats-Unis prendra “au moins un an”

0
Le baron mexicain de la drogue "El Chapo" a été arrêté le 8 janvier 2016 après six mois de cavale. AFP / Omar Torres

Il faudra “au moins un an” pour extrader le trafiquant de drogue mexicain Joaquin “El Chapo” Guzman du Mexique vers les Etats-Unis, a déclaré la justice mexicaine. En cavale depuis son évasion en juillet 2015, le chef du cartel de Sinaloa a été arrêté ce vendredi.

Le processus d’extradition vers les Etats-Unis du trafiquant de drogue mexicain Joaquin “El Chapo” Guzman pourrait durer au moins un an, a déclaré sur la radio Radio Formula José Manuel Merino Madrid, directeur des relations internationales des services du procureur, précisant qu’il se fondait sur des cas similaires.

Joaquin “El Chapo” Guzman a été arrêté vendredi à Los Mochis, au nord-ouest du pays, six mois après son évasion rocambolesque de la prison de haute sécurité d’Altiplano, le 11 juillet dernier. Une évasion humiliante pour le président Pena Nieto qui avait tenu à le faire incarcérer au Mexique. Ne pouvant plus prendre le risque d’une nouvelle évasion du puissant baron de la drogue,potentiellement désastreuse politiquement, le gouvernement mexicain a lancé dimanche un processus formel d’extradition vers les Etats-Unis.

Ne pas prendre le risque d’une nouvelle évasion

Le processus d’extradition pourrait cependant durer jusqu’à quatre ou six ans si ses avocats utilisent tous les recours légaux, ont déclaré lundi les services du procureur de Mexico. “Dans l’hypothèse où le ministère des Affaires étrangères considérerait qu’il y a suffisamment d’éléments pour donner son feu vert à l’extradition, il (El Chapo) pourrait encore déposer un recours” devant la justice, a ajouté José Manuel Merino Madrid.

Après que soit rendue la décision des juges sur l’extradition, il restera au ministère des Affaires étrangères mexicain à prendre une décision finale, et Guzman pourra encore faire appel. L’avocat d'”El Chapo” s’est engagé à mener un combat juridique “dur”, pouvant aller jusqu’à la Cour suprême, pour s’opposer à l’extradition du chef du cartel de Sinaloa vers les Etats-Unis, où il risque la peine de mort.

SOURCElexpress.fr
PARTAGER