Accord pour la paix au Mali : les signataires ont désormais six mois pour sa mise en œuvre intégrale

2
Sidi Brahim Ould Sidati, membre de l’AZAWAD, lors de la signature de l’accord du 20 juin 2015. CRÉDITS : AFP/HABIBOU KOUYATE
Sidi Brahim Ould Sidati, membre de l’AZAWAD, lors de la signature de l’accord du 20 juin 2015. CRÉDITS : AFP/HABIBOU KOUYATE

Le gouvernement malien a 6 mois pour appliquer l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger. Ce nouveau délai a été défini suite à la 73ème session de l’ONU où les différentes parties signataires ont conclu un nouveau document dénommé « Pacte pour la paix ». Selon le document, « si après les 6 mois aucun progrès n’est réalisé le conseil de sécurité prendra des mesures contre les auteurs du blocage ».

Dans ce nouveau parchemin, il est indiqué qu’après les 6 mois suivant l’investiture du président de la République, les différentes parties devront rendre compte des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation.

Selon le secrétaire général de l’ONU, c’est de cela que dépendra la nature de l’engagement du conseil de sécurité avec le Mali. L’organisation a aussi une fois de plus brandi des menaces de sanctions contre toute personne qui sera à l’origine du blocage de ce processus.
Ainsi en acceptant de signer ce « pacte pour la paix », les différentes parties s’engagent à accélérer les travaux pour la mise en œuvre de l’accord de paix. Néanmoins, ce délai est donné pour l’application de l’accord alors qu’il y a deux mois, le conseil de sécurité de l’ONU dans un rapport, a cité les noms de quelques responsables des groupes armés qui s’adonnent à des activités rendant la mise en œuvre de l’accord difficile.

Trois ans après sa signature, certains observateurs pensent que les dividendes de cet accord de paix restent à désirer.
« Ce délai de 6 mois n’est pas tenable ». C’est ce que pensent certains groupes signataires de l’accord pour la Paix. Selon Mohamadou Djeri Maiga, membre de la CMA, la mise en œuvre de l’accord va être accélérée pour soulager la souffrance des maliens et non pour satisfaire le Conseil de Sécurité de l’ONU. Il a fait cette déclaration ce matin lors de la prise de contact entre les groupes armés et leur nouveau ministère de tutelle.

Par Studiotamani.org

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. DU MAUVAIS COTE’ DE L’ HISTOIRE…..

    Cette ONU, ce pue-la-mort qui agit dans tous les sens en violant tous les principes qu’il prétend défendre et en s’embourbant dans le désordre qu’il produit comme une diarrhée immonde où rode l’odeur épouvantable de la mort et de l’entropisation.

    La Libye, la Syrieet le Mali sont, des schémas, des “modèles” recents de ce que ce pue-la-mort est capable de produire pour mener son entreprise à bien. (Curieux oxymore de rencontre et de simulacre : “mener à bien son entreprise productrice de Mal”.)

    Dieu sait, et Il le sait bien – et même oserais-je dire Il le sait diablement, – qu’il n’y a là-dedans rien de construit, d’élaboré, de pensé, absolument rien d’un complot ni d’un immense dessein venu du fond de la vilenie du sapiens ; certes non, rien qu’une mécanique impitoyable que le Mal démoniaque qui a investi la culture occidentale a mis en marche et que les larbins-zombies-Système à son service s’emploient aveuglément à opérationnaliser.
    Patientons encore, les pauvres, rudes travailleurs du Mordor, n’echapperont pas a’ la RECOMPENSE DES PEUPLES..

  2. CENSURER LA VERITE’ EST UNE ENTREPRISE DANGEREUSE, CHER MALIWEB, SURTOUT QUE LE SYSTEME D’ OPPRESSION ET DE MENSONGE TEND VERS SA DESTRUCTION FINALE ET COMPLETE, ET AU NIVEAU GLOBAL, MONDIALEMENT.

    LAISSEZ WAZEKWA TOLO DOE, MAITRE VODOOU S’ EXPRIMER…

    *****

    LE POUVOIR MALIEN FAIT SEMBLANT D’ IGNORER QUE :
    La défense du territoire Malien, même les portions occupées par des groupes terroristes anti-gouvernementaux, séparatistes, est en droit international, sous la responsabilité du gouvernement Malien.

    DONC AUCUN ACCORD DE PAIX SOUS QUELQUE FORME QUE SOIT NE PEUT ET NE DOIT EMPECHER LE MALI DE FAIRE “FRIRE” LES BANDITS DE KIDAL.

    TOUT SEMBLE CONVERGER VERS LE FAIT QUE LES COMPLICES DES TERRORISTES-BANDITS-NARCOTRAFICANTS, LES LARBINS FRANCISE’S-ARABISE’S ONT ENVAHI KOULOUBA ET SES ANNEXES.

    LA FAUTE REVIENT AUX “DIRIGEANTS”, IL FAUT LES BALAYER VIOLEMMENT ET LES SURVIVANTS TRADUITS EN JUSTICE POUR ATTEINTE AUX INTERETS SUPREMES DE L’ ETAT MALIEN.

    REVOLUTION POPULAIRE ET PAS D’ACCORD DE SIMULACRE-DE-PAIX !!!

    LE PEUPLE MALIEN EST EN GUERRE ASSYMETRIQUE AVEC LES BANDITS
    CRIMINELS “FRANCE-ISLAMISTES-DIRIGEANTS-LARBINS-FRANCISE’S-ISLAMISE’S”.

    ENCORE ET ENCORE :
    LE POUVOIR MALIEN FAIT SEMBLANT D’ IGNORER QUE :
    La défense du territoire Malien, même les portions occupées par des groupes terroristes anti-gouvernementaux, séparatistes, est en droit international, sous la responsabilité du gouvernement Malien.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here