Escalade de violence nord du Mali : 4 soldats et trois gendarmes tués…

0
BER : tension entre ex-rebelles
(photo archives à titre illustratif)

Le jeudi dernier, au moins quatre soldats maliens ont été tués dans deux attaques distinctes à Tombouctou et près de Gao. Ces attaques meurtrières interviennent en moins de 10 jours de celle qui a coûté la vie à trois gendarmes dans la région de Mopti. Le réveil des démons ? En tout cas, le Mali, dans sa partie septentrionale, reste en proie à la violence. Aux attaques ciblées (souvent en pleine ville) se succèdent les embuscades, plus meurtrières les unes que les autres.  Le jeudi 28 janvier dernier aura été une journée mortifère pour les forces armées maliennes. Ce jour-là, dans la périphérie de la ville de Tombouctou, un militaire malien a été tué par balle lors d’une embuscade. La victime, nous apprend une source, était au volant d’un véhicule qui allait ravitailler les troupes. Le bourreau reste à ce jour irretrouvable.

Le même jeudi, trois militaires ont péri dans l’explosion d’un engin au passage de leur véhicule. C’était aux environs de la ville de Gao, d’où partait une escorte pour Douentza.

Ces actes barbares interviennent après l’assistanat (dans la région de Mopti) de trois gendarmes par de présumés Djihadistes. En effet, dans la nuit du 19 au 20 janvier dernier, les trois gendarmes (en mission) étaient tombés dans une embuscade à une soixantaine de kilomètres de Mopti.  Les auteurs de l’attaque seraient des disciples du prédicateur radical Amadou Koufa, allié à Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique).

I B Dembélé

PARTAGER