Pour la laïcité, l’indivisibilité et l’unité du Mali : La Plateforme des jeunes du Mali fait entendre sa voix

0

Le Dimanche 26 octobre 2014, le Centre International de Bamako a abrité le regroupement des jeunes de la Majorité, de l’opposition, de la société civile, de Kayes à Kidal, la jeunesse de la Diaspora, la jeunesse Chrétienne, musulmane, animiste pour réaffirmer l’Unité, l’intégrité et la laïcité de notre pays. Une déclaration fut remise au ministre, porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby pour qu’il la remette au président de la république Ibrahim Boubacar Keïta.

Prise de consciences ou non des enjeux des négociations d’Alger, la jeunesse Malienne se réveille enfin. Impulsé depuis les régions du nord, un mouvement de jeunes de Kidal à leur tête Sidi El Meïdi Ag Al Baka et un mouvement des jeunes de Tombouctou dirigé par Najim Ben Assan à savoir « Anw té son » et «  négociés pas à mon nom » sont les deux mouvements fards ayant mobilisé le monde de la jeunesse Malienne. Salle archicomble, l’honorable Moussa Timbiné dans une allocution a donné le ton. « Jeunes du Mali, c’est vous la relève du Mali, c’est vous l’éternité du Mali », a déclaré l’honorable Timbiné. Il n’a pas, aussi, manqué de saluer les amis du Mali en commençant par la communauté Internationale, la France, la CEDEAO, le Tchad, l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie etc. Dans son message, il a appelé les jeunes au bon sens, au patriotisme, au réalisme pour la paix, l’unité et la fraternité. Selon honorable Timbiné, le Mali est une nation où les divergences idéologiques n’empêchent nullement chacun à s’acquitter de son devoir d’unité derrière les intérêts supérieurs du pays. « Rien ne doit nous détourner de toutes ces choses heureuses qui nous unissent et qui continuent de faire notre force individuelle et collective » a dit l’honorable Timbiné. Il a indiqué que l’héritage commun c’est le mali en rappelant les qualités que les ancêtres ont légué. Selon lui, personne ne doit s’employer à diviser les maliens, à semer la haine entre les maliens ou à opposer les filles et les fils de ce pays. Il dira que la Plateforme des jeunes du Mali « Anw té son », dans les jours à venir, envisage d’organiser de façon simultanée dans toutes les régions du Mali et à Paris pour réaffirmer à la face du monde leur attachement constant à l’Unité, à l’intégrité, à la paix et à la stabilité du pays. Après la projection de ses vidéos réalisées décrivant les souffrances que les populations de Kidal ont vécues, Sidi El Meïdi Ag Baka, le jeune de Kidal, a demandé à la jeunesse du Mali d’assumer sa responsabilité sinon l’histoire va l’interpeler. Dans une déclaration dite déclaration n°001 des jeunes leaders du Mali, les organisations de la société civile, les associations et mouvements des jeunes ont décidé de dire non à la partition du Mali et s’engagent pour la construction du Mali dans sa diversité. Le Mali n’est pas un parti, un clan mais un peuple. Ladite déclaration a rappelé la constitution du Mali en ses articles 25 et 26, les différentes résolutions des Nations Unies 2075, 2085, 2100 et 2164, l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013 et la feuille de route d’Alger consacrant tous le caractère laïc, indivisible et unitaire de la République.

Fakara Faïnké

Commentaires via Facebook :

PARTAGER