L’honorable Mataly visé par une sanction des Nations Unies : Révoltées, les communautés du Nord projettent une manif demain, à Gao !

2

Sur une proposition injuste de la France, cinq personnes doivent faire face aux sanctions de l’ONU. Parmi ces cinq personnes figurent l’élu RPM de Bourem, Mohamed OuldMataly. Ce député est accusé injustement d’entrave à l’application de l’Accord pour la paix. La stupéfaction de plusieurs observateurs fut grande en apprenant la nouvelle. Comment diantre l’honorable Mataly qui s’est toujours battu corps et âme pour la résolution définitive de la crise dans la partie septentrionale malienne et pour recoudre le tissu social peut être un obstacle à la mise à application de l’Accord ? Face à cette décision injuste, les communautés du nord, en colère, projettent une grande manifestation ce jeudi 18 juillet 2019, dans la cité des Askia.

La France a-t-elle consulté les communautés et les parties prenantes du processus de la mise en œuvre de l’Accord avant de soumettre les noms au Conseil de sécurité de l’ONU pour des sanctions ? La réponse est négative, selon l’avis de plusieurs acteurs impliqués dans le processus de mise en œuvre de l’Accord de paix. Ils sont unanimes que l’honorable Mataly est proposé injustement par la France sur la liste noire des sanctions de l’ONU. « Cette décision surprenante et unilatérale de la France est injuste, incompréhensible d’autant plus qu’elle vise un homme qui a passé toute sa vie à lutter pour la paix et l’entente entre les différentes communautés du nord », indique un acteur du processus de mise en œuvre de l’Accord. Un sentiment unanimement partagé par plusieurs ressortissants du nord qui n’entendent pas croiser les bras face à cette injustice.

Le soutien total et massif des communautés à leur leader pacifiste !

Leader communautaire, responsable politique, Mohamed  OuldMatali a fait de la Paix et de l’unité nationale  son cheval de bataille.

De sa circonscription  à l’Assemblée nationale, partout au Mali et dans le monde, l’Honorable OuldMatali respire la paix, s’active  au quotidien à la recherche de la cohésion et de l’unité nationale  et  du vivre ensemble.

Cette posture, ce parcours et ses idéaux de l’homme de paix dérange  en effet  les ennemis de la paix, de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Mali. C’est dans le cadre de ce dessein sordide et  inavoué que s’inscrit cet acharnement de la France et de ses ouailles contre  un homme épris de paix et de justice pour qui, il n’y a aucune différence entre un  Arabe, un   Songhoi et  un Touareg.

Selon eux, l’honorable Mataly a travaillé d’arrache-pied à la résolution de la crise. « Cet homme a travaillé nuit et jour à nous unir quand la crise battait son plein. Il est une solution à la paix et non un problème, mon Dieu », indique AlmoustaphaMaïga, un habitant de Bourem. Alhassane Ibrahim de répliquer : « Cette décision est injuste et nous n’allons pas permettre que des gens qui se sont toujours battus pour la paix entre les communautés puissent être payés injustement de la sorte… Nous disons non à cette injustice. Et nous n’allons pas permettre à la France de jeter de l’opprobre sur un homme engagé pour la paix et l’unité du Mali…».

Ces communautés qui ont apporté leur soutien total et massif à l’honorable  Mataly entendent prendre des mesures de protestation contre la décision des sanctions de l’ONU contre l’élu de Bourem qui est pacifiste, attaché sans faille à la paix et à l’attente. « Ce député est à la base de plusieurs foras et grandes rencontres des communautés autour de la paix, tenues dans la circonscription de Bourem et alentours. Alors, comment pourrait-il être un obstacle à la mise en œuvre  de l’application de l’Accord pour la paix », s’interrogent-elles. Avant de conclure: « l’honorable Mataly est un homme sociable, digne et très intègre. Il s’est toujours battu pour le développement et le bien- être des populations de sa commune et environnant. De ce fait, nous n’allons pas croiser les bras face à l’injustice des autorités françaises à son l’encontre. Nous allons organiser une grande manifestation de protestation contre cette décision injuste ce jeudi 18 juillet 2019. ».

En tout cas, les populations du Mali en général et celles du Nord en particulier ont décidé de soutenir leur élu et responsable communautaire dans ce combat contre la France néocolonialiste ce jeudi 18 juillet 2019 à travers une grande manif à Gao. Les vagues de manifestations et de soutiens, les rassemblements populaires, les marches pacifiques et les communiqués de tous  les acteurs de la paix témoignent à suffisance, la  détermination de ceux-ci à faire bloc derrière l’honorable OuldMatali.

A.Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. C’est bien connu de tous les sanctions occidentale vise ceux qui sont pour l’unité du pays sinon bilaly ag Chérif devrait être le premier à sanctionner mais non non ceux là sont leur mercenaires à qui elles ont donné des armes pour combattre l’état malien nos dirigeants peureux ne disent rien

  2. Tout le monde sait que la France et la minusma ne veulent pas de la paix au Mali elles veulent sanctionner ceux qui ne veulent pas que le Mali soit diviser voilà tout leur démarche nous avons tout compris

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here