Haut Conseil des Maliens de France : Quand le ministre Abdramane Sylla divise la diaspora

7
Ministre des Maliens de l’Extérieur, Dr Abdramane Sylla
Ministre des Maliens de l’Extérieur, Dr Abdramane Sylla

Savez-vous que depuis le 28 mai 2016, le Haut Conseil des Maliens de France a été divisé à travers la mise en place d’un bureau fantomatique, dirigé par un certain Demba Diabira? Manipulé depuis la Cité administrative de Bamako par le ministre en charge des Maliens de l’extérieur, Abdramane Sylla, dont le bilan à la tête de ce département est plus que catastrophique, en dépit du tape-à-l’œil, notamment le forum des femmes de la diaspora.

Elu pour un mandat de 5 ans en mai 2014, Hamedy Diarra a été  rapidement victime de sa rigueur et de son honnêteté. Ils refusaient de dilapider les fonds de l’institution que certains voulaient utiliser à des fins qui ne sont pas les leurs.  Une cabale est vite montée, avec des mensonges et de dénigrements. Bamako en a été informé. C’est ainsi, qu’un proche parent du ministre Abdramane Sylla qui siège au Conseil Economique et Social, au nom de la diaspora, a été mis en mission et dépêché sur Paris pour déstabiliser le bureau légal et légitime. Il s’agit de Harouna Camara, communément appelé Dioncounda.

En violation des textes du Haut Conseil des Maliens de France, celui-ci convoque irrégulièrement une assemblée générale, alors qu’il n’en a ni qualité, ni le titre. Seul le Président ou le bureau ou encore le tiers des membres du bureau peuvent demander au bureau ou au Président d’en convoquer une. Cette demande n’a jamais été formulée et le tiers n’a pas été obtenu, selon diverses correspondances. Ensuite, l’Assemblée générale convoquée par le cousin du ministre Sylla avait pour ordre du jour « régularisation administrative du HCMF ». Au finish, il a été question de débarquer le Président légitimement et légalement élu, il y a seulement deux ans. C’est une assemblée générale qui ne répondait à aucun critère, ne parlons pas de du quorum.

Le ministre a été saisi des irrégularités ainsi que le bureau du Haut Conseil des Maliens, présidé par Habibou Sylla. C’est silence radio. On joue au pourrissement.

Pire, au lieu d’apaiser la tension entre Maliens, le ministre Sylla fait siennes les accusations de la tendance adverse et écrit à la Primature pour demander au Premier ministre d’envoyer une mission de contrôle à Paris. Celle-ci, composée de Pierre Henry Diarra de la cellule affaire étrangère de la Primature, de Boubacar Maïga du ministère des Maliens de l’extérieur et d’Alou Traoré, présenté comme étant un inspecteur de police, a écouté les différentes parties. Certaines au consulat du Mali, d’autres au domicile du Consulat Général, Abdoulaye Diané.

Selon un responsable du consulat, toutes les accusations se sont avérées fausses, c’est de la manipulation, nous a-t-il dit. Avant de s’étonner de la rapidité avec laquelle la Primature a dépêché une mission informelle de contrôle, car ce n’est ni le Contrôle des services publics, ni le Vérificateur Général  encore moins l’inspection de contrôle du ministère des Affaires étrangères.

« Le Président légal est un homme rigoureux. Il a tous ses documents, ses dépenses, ses justificatifs. C’est lui qui a régularisé le payement du siège du Haut Conseil des Maliens de France parce qu’il a hérité d’une ardoise de 4638 euros de loyers impayés »,  nous a-t-il expliqué. Avant d’insister sur le fait que c’est une question de personne, à laquelle le département concerné a donné un écho qui ne  sied pas. Nous avons tenté de joindre, à plusieurs reprises, le ministre Abdramane Sylla au téléphone. En vain.

En tout cas, le bureau légitime et légal présidé par Hamedy Diarra ne reconnaît pas le bureau soutenu par le ministre Abdramane Sylla. Il a saisi, nous a-t-on dit, la justice française pour clarifier la situation parce que le département de tutelle s’en accommode et tente de faire discrètement un double jeu alors que la réalité est bien connue. A suivre

Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. De n'importe quoi bien payé pour écrire que du mensonge tout ton écris bidon est Archis faux c'est toi qui est paniquer pas le Président du haut conseil des Maliens de l'extérieur

  2. Cet article ne relève pas d'un travail de journaliste professionnel. Sinon il ne comporterait pas autant d'erreurs. Qui représente la diaspora Malienne au Conseil Economique social et culturel? Il suffit de se renseigner auprès de l'institution concernée au lieu de raconter des mensonges.
    La délégation citée dans l'article a été envoyée à Paris pour quoi faire? Là aussi l'information est disponible auprès des Ministères cités, du Consulat et de l'Ambassade du Mali en France. Un vrai journaliste devrait le vérifier au lieu de raconter n'importe quoi. Ce qui prouve que tout ce qui est raconté dans l'article est faux. La France est un pays de liberté, mais aussi un pays de droit. Les Maliens de France ne peuvent se permettre de laisser continuer un Président à détourner des cotisations de membres et des fonds publics, avec des statuts et un bureau non déclarés sans prendre leur responsabilité. C'est ce qu'ils ont fait en Assemblée Générale Extraordinaire convoquée à cet effet le 28 mai 2016. Ils n'ont besoin de l'intervention d'aucun Ministre pour agir dans ce sens. La déontologie journalistique n'exige t-il un minimum d'ethique ?

  3. Force doit rester à la loi à la légalité et je ne sais pas comment le ministre H. SYLLA peut rentrer dans ces sales jeux pour déstabiliser un HAMEDY DIARRA légalement élu et compétent ! Tant qu”ils n’ont pas entièrement la main sur les ressources d’une structure certains hommes politiques préfèrent casser carrément la baraque…mais Mr le ministre n’oublie pas ce type a toujours combattu légalement depuis l’épisode DIADIE et le bureau de GAHORO DOUCOURE…On n’est pas des suiveurs ni des moutons en France donc tu nous trouveras sur ton chemin si tu persistes dans ta sale besogne dans l’ombre.

    • Cet article ne relève pas d’un travail de journaliste professionnel. Sinon il ne comporterait pas autant d’erreurs. Qui représente la diaspora Malienne au Conseil Economique social et culturel? Il suffit de se renseigner auprès de l’institution concernée au lieu de raconter des mensonges.
      La délégation citée dans l’article a été envoyée à Paris pour quoi faire? Là aussi l’information est disponible auprès des Ministères cités, du Consulat et de l’Ambassade du Mali en France. Un vrai journaliste devrait le vérifier au lieu de raconter n’importe quoi. Ce qui prouve que tout ce qui est raconté dans l’article est faux. La France est un pays de liberté, mais aussi un pays de droit. Les Maliens de France ne peuvent se permettre de laisser continuer un Président à détourner des cotisations de membres et des fonds publics, avec des statuts et un bureau non déclarés sans prendre leur responsabilité. C’est ce qu’ils ont fait en Assemblée Générale Extraordinaire convoquée à cet effet le 28 mai 2016. Ils n’ont besoin de l’intervention d’aucun Ministre pour agir dans ce sens. La déontologie journalistique n’exige t-il un minimum d’éthique ?

  4. Chahana Takiou= journaliste alimentaire!Wa i ba soro Il a pris des sous avec Habib Sylla!Sinon ce n’est pas un problème si les 2 bureaux des 2 associations cohabitent pour défendre les intérêts des maliens de l’extérieur!Voilà pourquoi il y a eu du “bicéphalisme” au niveau des organismes telsque l’UNTM, c’est les conséquences directes de la Démocratie avec son corollaire de liberté d’association

    • Cet article ne relève pas d’un travail de journaliste professionnel. Sinon il ne comporterait pas autant d’erreurs. Qui représente la diaspora Malienne au Conseil Economique social et culturel? Il suffit de se renseigner auprès de l’institution concernée au lieu de raconter des mensonges.
      La délégation citée dans l’article a été envoyée à Paris pour quoi faire? Là aussi l’information est disponible auprès des Ministères cités, du Consulat et de l’Ambassade du Mali en France. Un vrai journaliste devrait le vérifier au lieu de raconter n’importe quoi. Ce qui prouve que tout ce qui est raconté dans l’article est faux. La France est un pays de liberté, mais aussi un pays de droit. Les Maliens de France ne peuvent se permettre de laisser continuer un Président à détourner des cotisations de membres et des fonds publics, avec des statuts et un bureau non déclarés sans prendre leur responsabilité. C’est ce qu’ils ont fait en Assemblée Générale Extraordinaire convoquée à cet effet le 28 mai 2016. Ils n’ont besoin de l’intervention d’aucun Ministre pour agir dans ce sens. La déontologie journalistique n’exige t-il un minimum d’ethique ?

Comments are closed.