G5 Sahel, accord de paix, retour du Mali dans le concert des nations… Les défis qui attendent la nouvelle ministre des Affaires Etrangères Kamissa Camara

1

Plaçant ce mandat sous le signe de la jeunesse, le président IBK vient de donner un signal fort en confiant un poste de souveraineté, en l’occurrence le Ministère des Affaires étrangères, à une jeune dame de 35 ans. Si cette décision est saluée du côté des organisations de jeunesse, elle suscite par contre des réserves chez d’autres.

Qui mieux que Kamissa Camara pouvait mieux représenter cette symbolique d’une jeunesse, cultivée, modèle de réussite, d’abnégation…A 35 ans, Kamissa Camara, cette Franco-Maliano-Américaine native de Grenoble et expatriée aux Etats Unis depuis 2007, aura désormais en charge la lourde tâche de conduire la diplomatie malienne. Un poste occupé pour la seconde fois par une dame (la première a été Mme Sy Kadiatou Sow) et la première fois par une jeune de l’âge de Kamissa.

Diplômée en relations internationales en plus d’un master en économie internationale, celle qui était jusqu’à sa nomination conseillère diplomatique du président IBK était fréquemment présente en Afrique, plus précisément au Mali.

 “J’avais le profil idéal pour travailler sur le Mali avec le NED (National Endowment for Democracy). On est parti de zéro et on a maintenant 15 partenaires sur le terrain. Je me suis déplacée moi-même plusieurs fois sur le terrain, y compris à Tombouctou, pour identifier les partenaires et m’assurer que ces organisations étaient stables et solides. Le Mali est un vrai succès pour le NED”, indique-t-elle dans un entretien accordé à l’un de nos confrères.

Il ressort aussi que durant son parcours professionnel, elle visitait une dizaine de pays africains par an pour y évaluer les contextes politiques et rencontrer les partenaires du NED, afin de vérifier que l’argent est bien utilisé, mais aussi pour identifier de nouveaux partenaires.

Ce n’est pas tout, forte de son expérience, elle s’attèle à la formation des centaines de personnes travaillant dans des commissions électorales sur des sujets aussi pointus que la délimitation des circonscriptions électorales, l’enregistrement des électeurs ou la technologie d’enregistrement des votes ; des activités essentielles à la démocratie sur le continent. Au National Endowment for Democracy (NED), elle avait été récemment promue vice-directrice pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale.

S’agissant de la situation au Sahel, elle ne sera pas dépaysée car elle était déjà engagée dans la région à travers un groupe de réflexion qu’elle a créé, dénommé Sahel Strategy Forum. Lequel existe depuis 2 ans et se réunit régulièrement pour des panels de discussions de haut niveau sur la question avec des professeurs, ministres, ambassadeurs. Il faut rappeler que Kamissa Camara qui était dans l’équipe de campagne d’Hillary Clinton a été même engagée par le State Department (Département d’État) pour former les diplomates américains qui sont déployés en Afrique de l’Ouest.

Cependant, malgré ce CV très riche pour son jeune âge, certains observateurs politiques de la scène doutent déjà de ses capacités à faire face aux défis que notre pays doit relever dans le domaine diplomatique. “Face aux groupes rebelles notre pays est à la croisée des chemins, la mise en œuvre de l’accord de paix piétine or en matière de diplomatie c’est une question de stature, de personnalité et je doute fort que Kamissa réponde à ce profil. Car elle n’a aucune expérience professionnelle de haut niveau (excepté le poste de conseiller diplomatique du président durant 3 mois) pour incarner cette personnalité. Lorsqu’elle prenait fonction comme conseiller diplomatique du président, elle connaissait à peine les services du ministère des Affaires étrangères, en un mot l’administration malienne. Donc à mon avis, je pense qu’elle méritait de se parfaire sur le Mali et les Maliens avant d’être promue à un tel poste” fait savoir notre interlocuteur.

Kassoum THERA

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Les affaires exterieures,les partenaires sont des diplomates bien rodes et chevronnes.Prenez l’exemple du Ministre des affaires etrangeres Russe.En ce moment bien précis,le Mali est appele a definir,non seulement mais pour le futur, les interets superieurs de la Nation Malienne.Il y a quelque millier d’annees,le centre de l’Empire Malien et autres Empires qui ont suivi etait bien dans l’axe Tombuctou/Gao .Cela semble etre ignore dans le futur de ce pays.Par ailleurs,l’Afrique de l’Ouest comme tel et toute l’Afrique doit revoir completement sa vision du Futur.”Free-Trade Area” avec l’Europe est non seulement une strategie perdante pour le Continent,mais une strategie nuisible qui s’oppoase a son industrialisation,et surtout, a l’industrialisation axee sur la transformation de ses ressources naturelles.L’instabilite des regimes a fait de notre pays un pays qui pietine sur place.M.Diop devenait un grand diplomate.Il est releve.La formation d’un Diplomate sans compter les etudes diplomatiques requiert quelques decennies d’experiences diversifiees.En outre,nos ministres doivent avoir une formation et une experience personnelles tres solides car nous n’avons presque pas de support de services d’intelligence,d’ institutions de recherché strategiques.Il y avait de milliers de jeunes qui ont travaille dans la champagne de Hilary Clinton! Finalement,la function des Affaires est un poste de Souverainete .Nous avons des interets entiers(opposes aux aux interets mutuels) a defendre corps et ame,tels que l’integrite territoriale,l’utilisation de nos ressources naturelles pour l’emergence economique notre souverainete politique pleine et entiere.Il aurait fallu un Vice President de la Republique a ce poste et a cette heure!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here